Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

Afrique

Égypte : les 21 manifestantes pro-Morsi remises en liberté

© AFP (archive) | Le 27 novembre, elles avaient été condamnées à 11 ans de prison

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/12/2013

La Cour d'appel d'Alexandrie a décidé, samedi 7 décembre, la remise en liberté des 21 manifestantes égyptiennes pro-Morsi condamnées pour "violences" en novembre dernier.

Elles avaient été condamnées à 11 ans de prison pour avoir manifesté en faveur du président destitué Mohamed Morsi, le 27 novembre. Vingt-et-une jeunes Egyptiennes, dont sept mineures, ont été remises en liberté samedi 7 décembre à l’issue de leur procès en appel à Alexandrie. Les 14 jeunes femmes majeures ont vu leur peine réduite à une année de prison avec sursis, tandis que les sept mineures ont été placées en liberté surveillée pour trois mois par une chambre spéciale.

Le jugement a été accueilli par des cris de "Dieu est grand" de leurs partisans dans la salle d'audience. La tête recouverte de leurs habituels hijabs blancs, les 14 adultes étaient entrées menottées dans la cage grillagée du box des accusés, une rose à la main et le mot "Liberté" écrit au feutre sur leur paume, selon une journaliste de l'AFP présente au procès.

Arrêtées le 31 octobre à Alexandrie lors d’une manifestation pro-morsi qui avait dégénéré en affrontements avec le police, elles avaient été accusées de s'être battues avec des couteaux et d'avoir jeté des cailloux. L’annonce de leur interpellation provoqué un tollé chez les défenseurs des droits de l'Homme en Egypte et à l'étranger.

Une condamnation jugée choquante jusque dans les rangs de l’armée

Le 27 novembre, lors de leur condamnation pour "violences", les images de ces jeunes filles toutes voilées de blanc, menottées et sagement assises derrière les barreaux d'une cage du tribunal, avaient même choqué jusque dans les rangs des partisans du nouveau gouvernement installé par l'armée depuis la destitution et l’arrestation de Mohamed Morsi le 3 juillet.

Pour Heba Morayef, responsable de l'ONG Human Rights Watch en Egypte, les jeunes femmes n'auraient jamais dû être condamnées. "Ils n'avaient aucune preuve que les femmes aient commis des violences".

Dans la même affaire, six hommes ont été condamnés par contumace à 15 ans de prison pour avoir incité les femmes à bloquer les artères principales d'Alexandrie.

Appel à la "fin du régime militaire"

Les forces de l'ordre avaient déployé un important dispositif autour de la cour d'appel, devant laquelle une centaine de personnes réclamaient la "fin du régime militaire". En destituant Mohamed Morsi, seul président élu démocratiquement en Egypte, l'armée s'était appuyée sur les manifestations, le 30 juin, de millions d'opposants reprochant au président islamiste de monopoliser le pouvoir et de vouloir islamiser la société.

Depuis début le mois d’août, les autorités de transition répriment les pro-Morsi dans le sang. Un millier de manifestants islamistes ont été tués et plus de 2.000 membres des Frères musulmans arrêtés. La quasi-totalité des cadres de la confrérie, à l'instar du président déchu, comparaissent pour "incitation au meurtre" de manifestants lorsqu’ils étaient au pouvoir. Des procès qualifiés de "politiques" par les pro-Morsi et dénoncés par les défenseurs des droits de l'Homme.

Avec AFP

 

Première publication : 07/12/2013

  • ÉGYPTE

    Manifestations "illégales" : un militant pro-démocratie libéré, un autre reste en détention

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens s'inquiètent du tour de vis autoritaire du pouvoir militaire

    En savoir plus

  • DÉCRYPTAGE

    Égypte : le lourd prix à payer pour manifester

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)