Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar, nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration: tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

Afrique

Le président centrafricain à FRANCE 24 : "C'est trop dire que je n'ai aucun contrôle"

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/12/2013

Dans un entretien à FRANCE 24, le président centrafricain, Michel Djotodia, revient sur la crise qui secoue son pays. Il reconnaît ne pas contrôler la totalité du territoire et appelle ses concitoyens à "accepter de cohabiter".

Alors que les forces françaises ont commencé, samedi 7 décembre, à patrouiller dans les rues de Bangui et ses faubourgs, où les violences ont fait près de 400 morts depuis jeudi, le président centrafricain, Michel Djotodia, est revenu sur la crise qui secoue actuellement son pays.

"Le peuple centrafricain a trop souffert. Ce qui se passe aujourd’hui est la somme de tout ce qui s’est passé il y a 30 ans", a-t-il confié

Michel Djotodia : "C'est trop dire que je n'ai aucun contrôle de la situation"

samedi à Matthieu Mabin et Alexander Turnbull, envoyés spéciaux de FRANCE 24, quelques heures avant l'intervention télévisée de François Hollande.

"S’il y a un miracle à opérer pour que la paix revienne chez nous, le miracle doit être collectif, c’est-à-dire que tous les Centrafricains doivent s’unir, doivent conjuguer des efforts communs afin de mettre un terme à ce qui se passe aujourd’hui. C’est très regrettable. Notre pays n’a jamais connu des moments aussi durs dans son histoire."

"Accepter de cohabiter"

Sur la question du contrôle de la situation, le président centrafricain ne veut pas entendre dire qu'il n'a aucune prise. "Mes hommes, je les contrôle. Ceux que je ne contrôle pas, ce ne sont pas mes hommes", explique t-il avant de reconnaître qu'il est toutefois difficile de maîtriser la totalité du territoire, tant il est vaste.

Le chef d'État africain a conclu l'entretien en s’adressant directement à son peuple. "J’exhorte mes concitoyens à accepter de se tendre la main, à accepter de cohabiter".

Le président centrafricain Michel Djotodia - arrivé au pouvoir en mars à la tête de la coalition rebelle Séléka, qu'il a ensuite dissoute - a par ailleurs décrété un deuil national de trois jours à compter de dimanche en mémoire des victimes des massacres qui ont fait des centaines de morts à Bangui, dans un message diffusé à la radio nationale samedi soir.

Première publication : 08/12/2013

  • CENTRAFRIQUE

    VIDÉO : en patrouille avec l’armée française dans les rues de Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Exclusif : le président Hollande appelle à "aller le plus vite possible vers des élections" en Centrafrique

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Opération Sangaris : 1 600 soldats français déployés en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)