Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

EUROPE

Une marée humaine à Kiev pour réclamer le départ de Ianoukovitch

© AFP | L'opposition ukrainienne dans les rues de Kiev

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2013

Ce fut une nouvelle démonstration de force. Entre 250 000 et 300 000 partisans de l'intégration européenne se sont mobilisés à Kiev, dimanche, pour faire plier le président Viktor Ianoukovitch, accusé de vouloir "vendre" l'Ukraine à la Russie.

Des centaines de milliers d’opposants ukrainiens se sont rassemblés dimanche 8 décembre place de l’Indépendance à Kiev, sous la neige, pour accentuer la pression sur le gouvernement. Ils veulent faire plier Viktor Ianoukovitch, qui cherche à se rapprocher de la Russie, après avoir renoncé à un accord d’association avec l’Union européenne. Ils étaient entre 250 000 et 300 000 selon les organisateurs.

"Il devient de plus en plus difficile de se déplacer ici, dans le centre de Kiev, a rapporté Gulliver Cragg, l’envoyé spécial de FRANCE 24, vers 18h. Les manifestants affluent de toutes les directions. Ils sont même sur les collines autour de la place de l’Indépendance".

Une vidéo de la foule - impressionnante - rassemblée à Kiev, le 8 décembre

Parmi la foule se trouvait notamment Evguenia Timochenko, la fille de l’opposante et ex-Première ministre Ioulia Timochenko. Entre plusieurs slogans "Démission ! Démission !" à l’encontre de Viktor Ianoukovitch, les manifestants ont appelé à la libération de l’ancienne chef du gouvernement : "Liberté à Ioulia!", a scandé la foule.

"Ne baissez pas les bras, ne faites pas de pas en arrière, ne vous mettez pas à la table des négociations avec ce pouvoir qui a le sang sur les mains", a lancé Evguenia Timochenko, en référence aux violences policières contre des étudiants la semaine dernière.

En fin d'après-midi, des manifestants ont renversé une statue du leader de la Révolution russe de 1917 Vladimir Lénine dans le centre de Kiev. La statue a été déboulonnée par des manifestants "masqués", qui brandissaient des drapeaux du parti ultra-nationaliste Svoboda (Liberté), a précisé un porte-parole de la police de la capitale de l'ex-république soviétique indépendante depuis 1991.

La statue de Lénine est déboulonnée à Kiev, le 8 décembre

Élections anticipées

Les protestataires ukrainiens espèraient une mobilisation record : jusqu'à un million de personnes.  

Ce rassemblement risque d'accroître un peu plus les tensions avec le pouvoir. Le refus du gouvernement de signer fin novembre l'accord d'association avec l'UE négocié depuis trois ans et les violences contre les manifestants il y a une semaine ont plongé ce pays de 46 millions d'habitants dans une crise politique sans précédent depuis la Révolution orange de 2004.

L'opposition réclame l'organisation d'élections anticipées et veut que soient punis les responsables des violences policières. Elle demande aussi la libération des personnes mises en détention provisoire pour "troubles".

"Nous souhaitons une révolution"

Entre 200 000 et 500 000 personnes, selon les sources, s'étaient déjà rassemblées le 1er décembre sur la place de l'Indépendance à Kiev.

En Ukraine, le parti nationaliste Svoboda engrange les adhésion

La veille, la dispersion violente d'une manifestation au même endroit avait fait des dizaines de blessés, dont de nombreux étudiants.

Les manifestants continuent d'occuper des campements de fortune sur cette place symbolique. "Nous souhaitons que notre pays accède au niveau des pays les plus avancés en Europe. Cela signifie une réelle démocratie et des droits identiques devant la loi", explique Valentina Mysak, 58 ans, qui a prévu de participer à la manifestation de dimanche.

"Au fond de notre cœur, nous souhaitons la révolution", a commenté Dennis Tcherniavski, 25 ans, ouvrier agricole. "La question n'est plus de rejoindre l'Europe mais d'avoir un gouvernement à visage humain".

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 08/12/2013

  • UKRAINE

    VIDÉO : au coeur du quartier général de l'opposition à Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Ukraine : Timochenko veut des sanctions occidentales contre le président

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Washington appelle le gouvernement ukrainien à "écouter son peuple"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)