Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

EUROPE

Une marée humaine à Kiev pour réclamer le départ de Ianoukovitch

© AFP | L'opposition ukrainienne dans les rues de Kiev

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2013

Ce fut une nouvelle démonstration de force. Entre 250 000 et 300 000 partisans de l'intégration européenne se sont mobilisés à Kiev, dimanche, pour faire plier le président Viktor Ianoukovitch, accusé de vouloir "vendre" l'Ukraine à la Russie.

Des centaines de milliers d’opposants ukrainiens se sont rassemblés dimanche 8 décembre place de l’Indépendance à Kiev, sous la neige, pour accentuer la pression sur le gouvernement. Ils veulent faire plier Viktor Ianoukovitch, qui cherche à se rapprocher de la Russie, après avoir renoncé à un accord d’association avec l’Union européenne. Ils étaient entre 250 000 et 300 000 selon les organisateurs.

"Il devient de plus en plus difficile de se déplacer ici, dans le centre de Kiev, a rapporté Gulliver Cragg, l’envoyé spécial de FRANCE 24, vers 18h. Les manifestants affluent de toutes les directions. Ils sont même sur les collines autour de la place de l’Indépendance".

Une vidéo de la foule - impressionnante - rassemblée à Kiev, le 8 décembre

Parmi la foule se trouvait notamment Evguenia Timochenko, la fille de l’opposante et ex-Première ministre Ioulia Timochenko. Entre plusieurs slogans "Démission ! Démission !" à l’encontre de Viktor Ianoukovitch, les manifestants ont appelé à la libération de l’ancienne chef du gouvernement : "Liberté à Ioulia!", a scandé la foule.

"Ne baissez pas les bras, ne faites pas de pas en arrière, ne vous mettez pas à la table des négociations avec ce pouvoir qui a le sang sur les mains", a lancé Evguenia Timochenko, en référence aux violences policières contre des étudiants la semaine dernière.

En fin d'après-midi, des manifestants ont renversé une statue du leader de la Révolution russe de 1917 Vladimir Lénine dans le centre de Kiev. La statue a été déboulonnée par des manifestants "masqués", qui brandissaient des drapeaux du parti ultra-nationaliste Svoboda (Liberté), a précisé un porte-parole de la police de la capitale de l'ex-république soviétique indépendante depuis 1991.

La statue de Lénine est déboulonnée à Kiev, le 8 décembre

Élections anticipées

Les protestataires ukrainiens espèraient une mobilisation record : jusqu'à un million de personnes.  

Ce rassemblement risque d'accroître un peu plus les tensions avec le pouvoir. Le refus du gouvernement de signer fin novembre l'accord d'association avec l'UE négocié depuis trois ans et les violences contre les manifestants il y a une semaine ont plongé ce pays de 46 millions d'habitants dans une crise politique sans précédent depuis la Révolution orange de 2004.

L'opposition réclame l'organisation d'élections anticipées et veut que soient punis les responsables des violences policières. Elle demande aussi la libération des personnes mises en détention provisoire pour "troubles".

"Nous souhaitons une révolution"

Entre 200 000 et 500 000 personnes, selon les sources, s'étaient déjà rassemblées le 1er décembre sur la place de l'Indépendance à Kiev.

En Ukraine, le parti nationaliste Svoboda engrange les adhésion

La veille, la dispersion violente d'une manifestation au même endroit avait fait des dizaines de blessés, dont de nombreux étudiants.

Les manifestants continuent d'occuper des campements de fortune sur cette place symbolique. "Nous souhaitons que notre pays accède au niveau des pays les plus avancés en Europe. Cela signifie une réelle démocratie et des droits identiques devant la loi", explique Valentina Mysak, 58 ans, qui a prévu de participer à la manifestation de dimanche.

"Au fond de notre cœur, nous souhaitons la révolution", a commenté Dennis Tcherniavski, 25 ans, ouvrier agricole. "La question n'est plus de rejoindre l'Europe mais d'avoir un gouvernement à visage humain".

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 08/12/2013

  • UKRAINE

    VIDÉO : au coeur du quartier général de l'opposition à Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Ukraine : Timochenko veut des sanctions occidentales contre le président

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Washington appelle le gouvernement ukrainien à "écouter son peuple"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)