Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

Les pilleurs profitent de la grève des policiers en Argentine

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2013

Plusieurs régions d'Argentine sont le théâtre de pillages depuis la semaine dernière, alors que les policiers sont en grève dans une dizaine de provinces. Cette poussée de violences a fait un mort et plusieurs blessés dans le centre du pays.

La tension est toujours vive en Argentine, lundi 9 décembre, alors qu'une vague de pillages, profitant d'une grève de la police dans une dizaine de provinces, inquiète les autorités. Le phénomène, parti mardi de Cordoba, au centre du pays, s’est étendu aux provinces d’Entre Rios et de Buenos Aires entre samedi 7 et dimanche 8 décembre.

Alors que le chef du cabinet de la présidence, Jorge Capitanich, a accusé les pilleurs de chercher à "semer la panique", le pape François a lancé un "appel à la paix", selon l'archevêque de Cordoba, Carlos Nanez.

Un mort à Cordoba

Un homme d’une vingtaine d’années est mort, mercredi, à Cordoba, où des groupes de jeunes, parfois à moto, ont brisé des vitrines de commerces avant de les dévaliser. De nombreux coups de feu ont été tirés. Des dizaines de personnes ont été blessées, et 52 pilleurs ont été interpellés. Le calme est ensuite revenu, quand un accord a été trouvé entre les policiers et le gouverneur.

En grève, les forces de l'ordre protestent pour revendiquer des salaires plus élevés, et seule la police fédérale est toujours en exercice.

L'expression d'une tension sociale

Les actes de pillage sont récurrents en Argentine depuis la fin des années 1980. Pour le sociologue, Enrique Zuleta Puceiro, c'est l'expression d'une tension sociale dans une économie rongée par l'inflation.

Fin 2001, une explosion sociale d'une grande violence avait surgi, alors que le pays s'enfonçait dans une grave crise économique. L'an dernier, des pillages de supermarchés avaient eu lieu dans plusieurs villes d'Argentine, commis par des personnes en grande précarité.

Cette poussée de violence surgit alors que l’Argentine fêtera, mardi 10 décembre, 30 ans de démocratie ininterrompue depuis la dernière dictature (1976 – 1983).

Avec dépêches AFP

Première publication : 09/12/2013

  • LÉGISLATIVES ARGENTINES

    Argentine : le parti de la présidente Kirchner accuse plusieurs revers

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Élections législatives en Argentine : vers la fin du "kirchnérisme" ?

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Monseigneur Bergoglio et les années de plomb

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)