Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Rafah, les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

Bouygues contre-attaque Free et intensifie la guerre de la 4G

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/12/2013

L’opérateur français a annoncé, lundi, qu’il allait proposer des abonnements 4G au prix de la 3G. Une réponse de la bergère Bouygues au berger Free, qui a cherché à bousculer, la semaine dernière, le marché en proposant de la 4G low-cost.

Free n’est plus seul sur le créneau. Bouygues est devenu, lundi 9 décembre, le premier des trois opérateurs téléphoniques du “canal historique” (avec SFR et Orange) à riposter à l’offre 4G de Free. La filiale télécom du bétonneur français a annoncé qu’elle allait également proposer à ses clients 3G de bénéficier du réseau 4G, sans augmentation du prix de l’abonnement.

Une décision qui intervient six jours après la sortie médiatique tonitruante de Xavier Niel, PDG de Free, assurant que l’opérateur allait offrir des abonnements 4G à prix cassé pour 19,99 euros par mois (même tarif que ces abonnements 3G). Une entrée sur le marché du réseau mobile de quatrième génération (des débits théoriques de connexion à Internet environ cinq fois plus rapide qu’actuellement) qui avait, tout d’abord, créé une levée de bouclier généralisée de la concurrence. “C'est du vent tout ça puisqu'il n'y a pas de couverture”, résumait à RTL Stéphane Richard, le PDG d’Orange.

Même le gouvernement avait jugé opportun de publier une mise en garde. “Les ministres s’interrogent sur la qualité de l’offre pour les consommateurs”, indique ainsi dans un communiqué commun, en date du 4 décembre, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et sa collègue en charge des Télécommunications Fleur Pellerin.

Pour les détracteurs de l’offre de Free, le nœud du problème provient du réseau 4G de Free. “Il n’en est, en effet, qu’à ses débuts”, confirme à FRANCE 24 Antoine Autier, chargé de mission sur les questions relatives aux nouvelles technologies pour l'UFC-Que Choisir. Free ne dispose, à l’heure actuelle, que de 700 antennes relais pour fournir la 4G dans environ 1 000 communes. C’est-à-dire, d’après Stephane Richard, “même pas ce que nous avons pour couvrir seulement Paris et Lyon”.

Le Far West de la 4G

Reste que l’annonce de Xavier Niel “a remis en cause la stratégie commerciale de ses concurrents qui espèraient refaire leurs marges sur le dos de la 4G [en augmentant le prix des abonnements, NDLR]”, reconnaît Antoine Autier. Pour cet expert, ce n’était, en outre, pas qu’un coup de com’ de la part de Free. “En théorie, c’est viable si Free reste le seul à offrir la 4G au prix de la 3G, car il peut espérer compenser le manque à gagner par une augmentation du nombre d’abonnés”, explique-t-il.

D’où l’intérêt de l’annonce de Bouygues. Elle permet de couper l’herbe sous le pied de Free. Certes, l’offre de Bouygues concerne, pour l’instant, uniquement des abonnements qui commencent à 30 euros par mois. Mais l’opérateur a précisé qu’il comptait l’élargir, dans le futur, à sa filiale à bas prix B&You, concurrente directe de Free.

Entre l’offensive Free, la réplique Bouygues et l’énervement du patron d’Orange, le paysage de la 4G en France ressemble à un véritable champ de mines pour le consommateur. Faut-il craquer pour la 4G low-cost, quitte à ne pas voir la couleur de l’amélioration du débit ? Payer un abonnement plus cher garantit-il réellement un réseau de quatrième génération performant ? “Les premiers retours sur la 4G sont relativement positifs, même si nous avons reçu des témoignages sur des couvertures réseaux qui ne correspondent pas aux annonces faites par les opérateurs et d’autres sur une qualité des services qui laisse parfois à désirer”, constate Antoine Autier.

L’impression qui en ressort est une ruée vers l’or 4G généralisée digne d’un Far West des télécoms. Antoine Autier reconnaît qu’il y a un petit côté jungle dans l’offre actuelle. "Cela vient du fait qu’il n’y a, actuellement en France, aucune règle sur une qualité minimale de services 4G”, remarque-t-il. L’UFC-Que Choisir a, ainsi, demandé à l’Arcep (l’Autorité française de régulation des télécoms) d’établir des principes de qualité de service contraignants pour les opérateurs qui font de cette “nouvelle” technologie mobile l’argument choc de leurs offres de fin d’année. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

Première publication : 09/12/2013

  • INTERNET

    Le gendarme des télécoms dégomme la nouvelle offre très haut débit de Free

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Free : après la guerre des prix, la guerre des emplois

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Les organisateurs du Bourget "furieux" contre Orange et SFR

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)