Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

Economie

Les géants du Net veulent faire plier le géant de la cybersurveillance

© Wikimedia Commons

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/12/2013

Huit géants américains de d'Internet ont publié un appel commun pour demander au Congrès de "changer les lois de surveillance" qui permettent à la NSA de capter la plupart des données qui transitent par via Internet et les réseaux mobiles.

Tous unis pour rédorer leur blason. Twitter, Facebook, Apple, Google, Aol, Yahoo, LinkedIn et Microsoft se sont associés pour demander, lundi 9 décembre, que les lois sur la surveillance électronique par la NSA soient revues et corrigées.

C'est la première fois que ces huit géants du Net, par ailleurs féroces concurrents, parlent d'une même voix. "Nous comprenons que les gouvernements ont le devoir de protéger leurs citoyens. Mais les révélations de cet été [par l'ex-consultant de la NSA Edward Snowden, NDLR] ont mis en lumière le besoin urgent de réformer les pratiques gouvernementales de surveillance dans le monde", écrivent ces mastodontes du Web dans une lettre ouverte adressée au président américain Barack Obama et au Congrès.

Ils ont élaboré une plateforme de changements qui reviendrait à revoir de fond en comble la manière dont la NSA opére actuellement. Ces sociétés appellent les maîtres cyber-espions américains à ne plus collecter massivement des données, comme c'est le cas actuellement, et à se cantonner à demander des informations sur des "individus spécifiques et désignés". Ils demandent également plus de transparence dans la procédure de contrôle des activités de la NSA qui n'est, pour l'heure, soumise qu'à l'appréciation d'une cour secrète.

Opération de communication

Autant de propositions que d'autres adversaires de la cybersurveillance à la sauce américaine ont déjà formulées. Rien de révolutionnaire, donc, mais l'influence économique des huit signataires donne un poids particulier à cette initiative.

Reste que la dimension opération de com' de cette coalition improbable est évidente. Le flot des révélations sur la cybersurveillance mises en place par les services de renseignement américains a largement affecté la crédibilité de ces grands noms américains du Web.

Google, Microsoft et autres ont ainsi été soupçonnés de fournir à la NSA des données personnelles sur les utilisateurs de leurs services. "Les gens ne vont pas utiliser une technologie dans laquelle ils n'ont pas confiance. Les gouvernements ont mis en péril cette confiance (...) et doivent la restaurer", reconnaissent les auteurs de cette lettre ouverte. Une manière de sous-entendre qu'il en va du modèle économique de ces grands pourvoyeurs d'emplois aux États-Unis et ailleurs.

Première publication : 09/12/2013

  • ÉTATS-UNIS

    La NSA accusée d’espionner les pratiques pornographiques de prédicateurs musulmans

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    L’offensive anti-NSA du Brésil fait des remous

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Apple se livre aussi au jeu de la transparence sur les requêtes gouvernementales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)