Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Moyen-orient

Réhabilitation de l’Iran : vers un rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite ?

© Bandar bin Sultan, le chef des services secrets saoudiens.

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 10/12/2013

La détente entre Washington et Téhéran est-elle en train de rapprocher Riyad et Tel Aviv ? Selon des informations d'une agence iranienne, reprises en Israël, de hauts responsables sécuritaires des deux pays se sont récemment rencontrés à Genève.

Le célèbre adage selon lequel "l'ennemi de mon ennemi est mon ami", en l’occurrence l’ennemi est l’Iranien, est-il en train de rapprocher Saoudiens et Israéliens ? Selon des informations de l’agence de presse iranienne Fars, reprises par plusieurs sites israéliens  lundi 9 décembre, le chef des services de renseignement saoudiens, le Prince Bandar bin Sultan, se serait entretenu avec de hauts responsables sécuritaires de l’État hébreu, dont le patron du Mossad, le mois dernier à Genève. Et ce en marge des pourparlers sur le nucléaire iranien.

S’appuyant sur une source qu’elle présente comme connectée au milieu du renseignement saoudien, l’agence Fars affirme que les entrevues se sont focalisées sur "les moyens de contenir l’Iran par tout moyen, renforcer le contrôle sur les rebelles djihadistes en Syrie, marginaliser les Frères musulmans et stopper la vague du Printemps arabe".
 
Si elles n’ont pas été jusqu’ici démenties, il faut prendre ces informations avec prudence, dans la mesure où elles sont révélées par une agence iranienne contrôlée par les Gardiens de la révolution, vraisemblablement à des fins de propagande visant à discréditer le rival régional saoudien.
 
"Intérêts mutuels"
 
Toutefois, selon un observateur avisé de la région contacté par FRANCE 24, ces informations peuvent tout à fait être "plausibles" puisque les services de renseignement, même de pays ennemis, se parlent de temps en temps. "Israéliens et Saoudiens ont beaucoup d’informations à échanger compte tenu des intérêts mutuels qu’ils partagent en ce moment notamment sur la question iranienne et de leurs préoccupations concernant l’attitude de l’administration américaine dans la région, ainsi que les développements de la crise syrienne" explique-t-il sous couvert d'’anonymat.
"Malgré les apparences, il ne faut pas oublier que l’Arabie saoudite se caractérise par son approche modérée vis-à-vis de l’État hébreu contrairement à l’intransigeance de l’axe Téhéran-Damas plus jusqu'au-boutiste et radical sur la question palestinienne", ajoute l’expert, qui rappelle que c’est Riyad qui avait proposé le plan arabe de paix qui avait été adopté en 2002, lors d’un sommet à Beyrouth, et qui offre la paix et la sécurité à Israël en échange de son retrait des territoires arabes conquis en 1967 et de la création d’un État palestinien ayant Jérusalem-Est pour capitale.
 
Le contexte et le timing dans lequel l’information d’une rencontre des chefs de renseignement des deux pays ont été divulguées ne sont pas anodins. En effet, le réchauffement diplomatique entre le camp occidental et Téhéran, qui s’est matérialisé fin novembre par un accord intermédiaire sur le nucléaire iranien, a exaspéré au plus haut point Riyad et Tel Aviv qui n’ont eu de cesse de plaider auprès de Washington, leur allié commun, pour un isolement croissant de la République des mollahs.
 
Shimon Peres prêt à rencontrer Hassan Rohani

Le président israélien Shimon Peres, qui ne dispose que de pouvoirs protocolaires, s'est dit prêt dimanche 8 décembre à rencontrer le président iranien Hassan Rohani.

Interrogé lors d'un forum économique à Tel Aviv sur une possible rencontre avec le président iranien, il a répondu: "Pourquoi pas ? Je n'ai pas d'ennemis, ce ne n'est pas une question de personne, mais de politique. L'objectif est de transformer des ennemis en amis", a-t-il ajouté. (Avec AFP)

Rapprochement tacite
 
Or les informations allant dans le sens d’un rapprochement tacite de circonstance entre l’Arabie saoudite et l’État hébreu se sont multipliées ces derniers temps.
 
Ainsi, dans son éditorial publié le 19 novembre par le prestigieux quotidien américain "The New York Times", Thomas Friedman révélait que le président israélien Shimon Peres s’était exprimé, depuis son bureau à Jérusalem et par vidéoconférence, face à une assemblée composée de responsables politiques et d’experts issus des pays du Golfe et du monde arabe. Ces derniers étaient réunis dans le cadre d’une conférence sur les questions de sécurité à Abou Dhabi.
 
Au cours de cet évènement qui devait rester secret, aucun des ministres arabes présents, ni même un des fils du roi saoudien Abdallah, n’a quitté la salle, et ont, au contraire, applaudi le discours du président israélien. Ce dernier avait notamment évoqué la menace que pourrait constituer l’Iran, si jamais elle devenait une puissance nucléaire. 
 
Le 17 novembre déjà, le "Sunday Times" avait révélé que l’Arabie saoudite et Israël étudiaient les possibilités d’une éventuelle collaboration logistique dans le cadre d’un plan de frappe militaire contre l’Iran. Le quotidien britannique évoquait alors la possibilité pour Riyad d’autoriser l’aviation israélienne à utiliser son espace aérien en cas de frappe contre les installations nucléaires iraniennes.

Première publication : 09/12/2013

  • NUCLÉAIRE

    L'Iran prévoit de geler ses activités nucléaires d'ici quelques semaines

    En savoir plus

  • UNE SEMAINE AU MOYEN-ORIENT

    Accord sur le nucléaire iranien : la fin de l'isolement pour Téhéran ?

    En savoir plus

  • Iran

    Les Iraniens saluent un accord historique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)