Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

Matteo Renzi, l'homme qui veut "dépoussiérer" la gauche italienne

© AFP

Texte par Yona HELAOUA

Dernière modification : 09/12/2013

Matteo Renzi, 38 ans, est le nouveau chef du Parti démocrate italien. Ce tribun au style décontracté souhaite "dépoussiérer" son parti. Son ascension politique pourrait le mener jusqu’au siège de président du Conseil.

Matteo Renzi est le nouveau leader de la gauche en Italie. Dimanche 8 décembre, ce brillant orateur de 38 ans a largement remporté la primaire pour diriger le Parti démocrate (PD) avec 68 % des voix. À l’issue d’un scrutin qui a rassemblé 1,5 million d'électeurs selon des résultats provisoires, il devance l’ancien communiste Gianni Cuperlo et le député de Lombardie Pippo Civati. Encore peu connu il y a un an, le successeur de Pierluigi Bersani compte bien s’imposer dans le paysage politique italien.

Cet amateur de marathon et de promenade à bicyclette a commencé à militer à l’âge de 19 ans au sein de la Margherita, parti chrétien-démocrate. Diplômé en droit, il a mené son premier grand combat politique à Florence, dont il a été élu maire en 2009. 

Avec son physique de gendre idéal et son style décontracté - il se promène manches de chemises retroussées comme Barack Obama et ose la veste en cuir -, ce grand brun à l’accent toscan séduit les électeurs. Très présent dans les médias, il est même devenu le deuxième dirigeant politique auquel les Italiens font le plus confiance, derrière le président Giorgio Napolitano, d’après un sondage de l'institut iXè de Trieste.

Son modèle : Tony Blair

Son principal atout, fait-il savoir, est de ne pas être un membre de l’appareil du PD, une formation créée il y a six ans avec l’union des anciens communistes et des démocrates-chrétiens de centre-gauche. Certains le comparent volontiers au Britannique Tony Blair, qui a refondé le Parti travailliste en "New Labour" à la fin des années 1990.

Son style direct et pugnace lui vaut le surnom de "Rottamatore" ("le démolisseur"). Son objectif : "dépoussiérer" son parti. "C'est la fin d'un groupe de dirigeants, pas de la gauche, a-t-il annoncé à ses partisans réunis à Florence, après avoir promis d'unifier le parti. Maintenant, c'est le tour d'une nouvelle génération, mes amis. C'est à notre tour de tenir le volant." Son programme politique est quant à lui encore flou. Se tenant à distance du milieu syndical, il prône une baisse des impôts, une réforme du système électoral et une refonte du code du travail.

Si la vieille garde de la gauche se méfie de ses idées et de son ton jugé populiste, Matteo Renzi pourrait bien séduire les électeurs du centre-droit. Une capacité de rassemblement qui en effraie certains. À l’heure où le gouvernement d’union nationale d’Enrico Letta - lui aussi issu du PD - est fragilisé par le départ des partisans de Silvio Berlusconi, le nouveau dirigeant du Parti démocrate pourrait bien faire de l’ombre au Premier ministre. C’est notamment ce que pense le Cavaliere, qui rêve de l’organisation de nouvelles élections législatives.

Mais selon ses proches, Matteo Renzi ne cherche pas à siéger au gouvernement - pour le moment. "Avec le nouveau secrétaire, Matteo Renzi, nous allons travailler avec un esprit d'équipe qui sera productif pour le pays et pour le centre-gauche", a d’ailleurs déclaré Enrico Letta à l’issue du scrutin. Selon les observateurs, Matteo Renzi préfère peser de l’extérieur sur la ligne politique de Letta, tout en se préparant aux prochaines élections, avec, à la clé, le poste de président du Conseil.

Première publication : 09/12/2013

  • ITALIE

    Le Sénat italien chasse Silvio Berlusconi de ses rangs

    En savoir plus

  • ITALIE

    Italie : le gouvernement d'Enrico Letta obtient une large confiance du Sénat

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le Premier ministre italien évoque un "geste fou" après l’éclatement de sa coalition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)