Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

EUROPE

À Kiev, la police démonte les barricades des manifestants pro-Europe

© AFP | L'opposition ukrainienne dans les rues de Kiev

Vidéo par Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2013

Alors que le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a accepté, lundi, des pourparlers avec l'opposition pour trouver une issue à la crise politique, la police a commencé à démonter les barricades de manifestants pro-européens.

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a accepté, lundi 9 décembre, l'idée de pourparlers avec l'opposition, afin de trouver une sortie à la crise politique que traverse le pays depuis son refus d'un rapprochement avec l'UE.

Cette main tendue du pouvoir survient au lendemain d'une manifestation réunissant des centaines de milliers de personnes à Kiev, dont la mobilisation ne semble pas faiblir lundi, malgré de fortes chutes de neige. Dans le même temps, la police ukrainienne a repoussé des manifestants pro-européens qui bloquaient le siège du gouvernement à Kiev.

Poussés par les forces anti-émeutes, les manifestants ont reculé le long de la rue en direction de la place de l'Indépendance, coeur de la manifestation, qui se trouve en contrebas, selon un photographe de l'AFP sur place. Aucun heurt n'a été constaté, des députés présents appelant les opposants à s'exécuter face aux demandes des forces de l'ordre.

Rencontre avec trois ex-présidents

Le chef de l'État a en outre annoncé une rencontre dès mardi avec les trois ex-présidents du pays pour évoquer la mobilisation en cours. Léonid Kravtchouk, le premier président de l'Ukraine indépendante, Léonid Koutchma, dont l'actuel président a été le Premier ministre, et Viktor Iouchtchenko, sorti vainqueur de la Révolution orange de 2004, avaient apporté la semaine dernière leur soutien au mouvement.

Cette rencontre doit poser les bases de pourparlers réunissant pouvoir et opposition dans le but de "trouver un compromis". Elle coïncidera avec l'arrivée à Kiev de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, pour une mission de conciliation avec en vue "la recherche d'une solution politique".

"Il ne s'agit pas d'une médiation formelle", a souligné la commission européenne, avant d'ajouter que l'UE ne prétendait pas régler la crise, cette tâche revenant "aux forces politiques ukraniennes".

Association avec l'UE versus rapprochement avec la Russie

Les opposants réclament le départ de Viktor Ianoukovitch, à qui ils reprochent d'avoir renoncé fin novembre à la signature d'un accord d'association avec l'UE au profit d'un rapprochement avec la Russie.

La mobilisation, sans précédent depuis la Révolution orange, a été renforcée par les violences que les forces anti-émeutes sont accusées d'avoir commises contre de jeunes manifestants le 30 novembre, puis par une escale vendredi du président ukrainien en Russie, pour des entretiens avec son homologue russe Vladimir Poutine.

L'opposition estime que l'actuel président prépare en secret l'entrée de l'Ukraine, en grandes difficultés économiques et financières, dans l'Union douanière menée par Moscou avec d'anciennes républiques soviétiques.

Dimanche a eu lieu un nouveau rassemblement massif à Kiev d'environ 300 000 manifestants, selon les estimations de l'AFP, et d'autres protestations de dizaines de milliers de personnes dans d'autres villes du pays.

La journée s'est terminée par le déboulonnage d'une statue de Lénine, symbole de la domination de Moscou sur l'Ukraine à l'époque soviétique, par quelques dizaines de manifestants, issus notamment du parti ultra-nationaliste Svoboda.

Le pouvoir a haussé le ton ces derniers jours contre les manifestants, exigeant la fin de l'occupation de certains bâtiments publics. Le gouvernement a annoncé l'ouverture d'une enquête pour tentative de prise illégale du pouvoir.

Avec dépêches (AFP)

Première publication : 09/12/2013

  • UKRAINE

    VIDÉO : au coeur du quartier général de l'opposition à Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Ukraine : Timochenko veut des sanctions occidentales contre le président

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Washington appelle le gouvernement ukrainien à "écouter son peuple"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)