Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

Moyen-orient

Accord "historique" entre Palestiniens et Israéliens pour sauver la mer Morte

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/12/2013

Alors que Palestiniens et Israéliens tentent de raviver le processus de paix, ces derniers ont signé, conjointement avec la Jordanie, un accord qui prévoit l'acheminement de millions de mètres cube d’eau depuis la mer Rouge pour sauver la mer Morte.

Elle n'en finit pas de reculer. Chaque année, la mer Morte voit son niveau diminuer d'un mètre. Les anciennes installations balnéaires sont aujourd'hui bien loin du rivage. À ce rythme la mer morte aura totalement disparu en 2050.

Pour la sauver, un accord historique a été signé, lundi 9 décembre à Washington, entre Israël, l'Autorité palestinienne et la Jordanie. Le projet est de pomper de l'eau salée dans la mer Rouge et de l'acheminer dans la mer Morte. Objectif : 200 millions de mètres cube par an. “On a eu un rapport en 2012 qui estimait que c’était faisable, mais maintenant que l’on a l’accord, il reste le problème du financement. Qui va être le principal bailleur de fonds ? On ne sait pas encore”, soulève Pierre Berthelot, chercheur spécialiste de l'eau.

Symbole fort

Autre volet du projet, la construction d'une usine de désalinisation à Aqaba, dans le sud de la Jordanie. Cet accord, obtenu après onze ans de négociations, va permettre une meilleure répartition de l'eau dans la région. Mais il est également un symbole fort. Celui de Palestiniens et d'Israéliens qui trouvent un terrain d'entente.

"Cet accord a été signé avec la bénédiction du Premier ministre Netanyahou mais aussi, à ce que j'en sais, par le roi Abdullah et le président Abbas. Ils nous montrent que quand des leaders veulent vraiment trouver un accord c'est possible d'y parvenir", a commenté Silvan Shalom, ministre israélien de l'Eau et de l'Énergie. Son homologue palestinien, Shaddad Attili, s’est également réjoui de cette nouvelle. "Nous avons montré que l'on pouvait travailler ensemble en dépit de nos problèmes politiques", a-t-il affirmé, à l'heure où Palestiniens et Israéliens tentent de raviver le processus de paix sous l'égide des États-Unis.

Menaces environnementales

Israël a accepté de vendre 20 à 30 millions de mètres cube d'eau dessalée supplémentaire chaque année à l'Autorité palestinienne. Cette dernière reprochait à l'État hébreu d'aggraver les pénuries.

Plusieurs organisations de défense de l'environnement ont déjà mis en garde contre les possibles effets néfastes de l'arrivée d'eau de la mer Rouge sur le fragile écosystème de la mer Morte.

Avec AFP

Première publication : 10/12/2013

  • DIPLOMATIE

    Réhabilitation de l’Iran : vers un rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite ?

    En savoir plus

  • ISRAËL

    L'armée israélienne tue trois Palestiniens présumés salafistes

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    François Hollande devant la Knesset : "la paix sera votre plus grande victoire"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)