Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

À Bangui, Hollande rend hommage aux deux soldats français tués

© Capture d'écran

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/12/2013

Venu d'Afrique du Sud où il assistait à la cérémonie en hommage à Mandela, le président s'est rendu mardi soir à Bangui, où il s'est recueilli devant les cercueils des deux soldats français tués. "Il était temps d'agir" en Centrafrique, a-t-il dit.

François Hollande est arrivé mardi 10 décembre au soir à Bangui pour rencontrer les troupes françaises engagées depuis lundi dans une mission de désarmement des groupes armés en Centrafrique. Lors de cette visite qui ne devrait durer que quelques heures, le président français doit également rencontrer le président par intérim de Centrafrique Michel Djotodia. "Il était temps d'agir" en Centrafrique, a déclaré François Hollande à son arrivée.

Sa visite survient alors que l'armée française a subi ses premières pertes. Deux

"La mission se poursuit", affirme François Hollande à Bangui après la mort des deux soldats français.

soldats français sont morts dans la nuit de lundi à mardi lors d'un accrochage dans la partie nord de la capitale centrafricaine. François Hollande s'est recueilli devant les cercueils des deux militaires du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Castres. Le président français a souligné que la mission restait "la même" malgré ces morts. "Elle est dangereuse, on le sait, on le savait mais elle est nécessaire si on veut éviter qu'il se produise ici un carnage", a-t-il déclaré en marge de l'hommage qu'il a rendu à Antoine Le Quinio, âgé de 22 ans, et Nicolas Vokaer, 23 ans.

Ces deux soldats ont essuyé des tirs lundi peu avant minuit alors qu'ils effectuaient une patrouille avec leur
section près de l'aéroport de la capitale centrafricaine. Ils sont tous deux morts des suites de leurs blessures.

Les soldats français "plus rares dans les rues"

"Les chefs militaires français s'attendaient à ce genre d'incident. Mais la mission continue, même si les Français se faisaient plus rares ce matin dans les rues de Bangui. Seuls les pick-up de la Somac [la force de l'Afrique centrale] se sont montrés", explique Matthieu Mabin, l'envoyé spécial de FRANCE 24 en Centrafrique.

Depuis leur arrivée dans la capitale centrafricaine, encore traumatisée par les récents massacres ayant fait plus de 450 morts, les soldats français sillonnent les rues de la ville à la recherche d'armes illégalement détenues par des milices. "L'opération est extrêmement compliquée car la situation politique à Bangui reste très tendue", rapporte Matthieu Mabin.

Les autorités de transition, pourtant, s'efforcent de rappeler à la population la nécessité de coopérer avec les forces militaires en présence. "Lorsque le président Michel Djotodia s'exprime, il rappelle qu'il est en accord avec les décisions qui ont été prises par la communauté internationale et qu'il s'y pliera. Comme le fait de demander à ses troupes [les anciens rebelles de la Séléka] de rejoindre les casernes et de rendre leurs armes", rappelle le journaliste.

"Tension palpable"

Dimanche, le ministère français de la Défense a fait état d'une "tension" palpable entre soldats français et certains groupes armés dans les rues de la capitale. Un climat de nervosité dont témoigne, lui aussi, Matthieu Mabin. "Nous avons assisté hier [lundi] à des incidents. Les militaires français ont parfois des difficultés à saisir les armes", précise-t-il. Sur le terrain, la tâche des troupes françaises est d'autant plus difficile que, depuis leur déploiement, les miliciens ont remisé leur uniforme pour des habits civils.

Dans les quartiers à majorité chrétienne, la confiscation des armes d'anciens rebelles présumés de la Séléka, pour la plupart musulmans, est accompagnée par des applaudissements (voir reportage ci-dessous). Mais les accrochages restent nombreux, notamment dans certaines zones de Bangui où des civils pillent des magasins appartenant à des musulmans. Sous le regard impuissant des soldats français qui, conformément aux cadres de leur mission, ne peuvent effectuer que des tirs de sommation.

 

Première publication : 10/12/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Reportage : avec les militaires français à Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Le président centrafricain à FRANCE 24 : "C'est trop dire que je n'ai aucun contrôle"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Exclusif : le président Hollande appelle à "aller le plus vite possible vers des élections" en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)