Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

Amériques

Poignée de main historique entre Barack Obama et Raul Castro

© Capture d'écran | Barack Obama et Raul Castro le 10 décembre 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/10/2014

Présent à Johannesburg pour la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela, Barack Obama a tenu à saluer tous les chefs d’État présents au stade de Soweto. Parmi eux : le président cubain Raul Castro, dont le pays est en froid avec Washington depuis 1960.

L’image pourrait presque voler la vedette à Nelson Mandela. Mardi 10 décembre, journée d'hommage dédiée au héros de la lutte anti-apartheid décédé le 5 décembre, le président américain Barack Obama a serré la main de son homologue cubain Raul Castro avant de monter sur la scène du FNB stadium de Soweto pour livrer son discours.

Cette poignée de main historique témoigne de la volonté de Washington de se rapprocher des ennemis des États-Unis, a expliqué un responsable américain à l’AFP. Les deux pays sont en froid depuis le début des années 1960 et les États-Unis maintiennent leur embargo commercial contre Cuba depuis un demi-siècle.

Les républicains mécontents

Cette main tendue n'a pas été du goût de tout le monde. Les conservateurs américains ont vu rouge. "Pourquoi serrer la main d'un homme qui emprisonne des Américains ?, s'est ainsi interrogé le sénateur républicain John McCain. À quoi cela sert-il ?"

Le sénateur d'origine cubaine Marco Rubio, l'un des plus fervents partisans de l'embargo américain contre Cuba, a également regretté que Barack Obama n'en ait pas profité pour interroger Raul Castro sur la question des droits de l'homme. "Le fond m'intéresse plus qu'un seul moment, mais si le président voulait serrer sa main, il aurait dû lui parler de ces libertés fondamentales auxquelles Mandela était associé et qui n'existent pas à Cuba", a dit Marco Rubio à des journalistes.

En septembre, Barack Obama avait déjà fait un pas vers un autre ennemi des États-Unis en s’entretenant avec le président iranien Hassan Rohani, une première depuis 1979.

Avec AFP

Première publication : 10/12/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    À Soweto, Obama héritier de Mandela

    En savoir plus

  • REPORTAGE - NELSON MANDELA

    En images : à Soweto et Johannesburg, la ferveur ne faiblit pas

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Plus de 50 chefs d’État seront présents aux obsèques de Mandela

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)