Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Economie

Des hackers utilisent des faux nus de Carla Bruni pour piéger des diplomates

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/12/2013

Des hackers chinois ont utilisé de fausses photos de Carla Bruni dénudée - envoyées par mail - pour appâter des diplomates européens et pirater leur ordinateur.

On imaginait mal l’ex-first Lady française dans le rôle de cheval de Troie pour des Chinois. Pourtant Carla Bruni, et plus précisément des photos de la femme de l’ancien président Nicolas Sarkozy, a été utilisée comme appât par des pirates informatiques chinois en 2011, révèle la société américaine spécialisé dans la sécurité informatique FireEye.

Dans un rapport, publié mardi 10 décembre, cette entreprise décrit comment un groupe de hackers a tenté, entre 2010 et 2013, de piéger plusieurs ministères de Affaires étrangères sans les nommer. Le "New York Times", qui a pu avoir accès à ce rapport, a identifié la République tchèque, la Hongrie, le Portugal, la Bulgarie et la Lettonie comme cibles de cette opération.

L’une des techniques utilisées consistaient, d’après FireEye, à envoyer des mails contenant des fausses images de Carla Bruni dénudée. Si le destinataire, par la pièce attachée alléché, téléchargeait ces photos, un petit programme malveillant s’installait sur son ordinateur permettant au cybercriminel d’en prendre le contrôle.

L’opération de cyberespionnage aurait, d’après le rapport, été particulièrement virulente durant une réunion de préparation du sommet cannois du G20 consacré à la finance en 2011. L’histoire ne dit pas combien de cibles ont, alors, succombé à l’appel de la pièce attachée piégée. Les experts de FireEye ont, cependant, pu constater durant leur enquête qu’au moins 21 ordinateurs avaient été infectés et qu’aucun des cinq ministères concernés n’avait échappé à une intrusion informatique.

Intéressés par l’avis des diplomates sur les États-Unis

Reste que les photos de Carla Bruni ne sont pas forcément la seule porte par laquelle ces cyberespions sont entrés sur les serveurs des diplomates européens. Les hackers chinois ont, en effet, utilisé d’autres types de documents moins glamour, comme des faux plans américains pour une intervention en Syrie, pour tenter de se frayer un cyber-chemin.

Le rapport de FireEye ne précise pas quel genre de documents ont été subtilisés lors de cette cyber-attaque. Autre point d’interrogation : la raison pour laquelle ces pirates informatiques se sont intéressés aux ministères des Affaires étrangères de pays comme la Hongrie ou la Bulgarie. Une piste évoquée par FireEye serait que Pékin voulait en savoir plus sur l’opinion de ces pays au sujet de la politique américaine. Une théorie qui part du principe que cette attaque a été commanditée par le régime chinois, ce que Pékin nie catégoriquement.

Ce serait, en tout cas, conforme aux précédentes cyber-attaques présumées chinoises connues contre des délégations diplomatiques occidentales. “Les Chinois sont très à la recherche d’informations commerciales et diplomatiques qui pourraient donner une idée de ce que les diplomates étrangers pensent des États-Unis ou de la Chine”, explique au "New York Times" James A. Lewis, un ancien cadre du ministère des Affaires étrangères et membre du Centre d’études stratégiques et internationales de Washington.

Première publication : 11/12/2013

  • DÉFENSE

    Des cyber-espions chinois accusés d'avoir fait leur marché au Pentagone

    En savoir plus

  • CHINE

    Espionnage informatique : Pékin réfute les accusations du Pentagone

    En savoir plus

  • INTERNET

    Cyber-attaque contre la Corée du Sud : la balle est dans le camp chinois

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)