Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Afrique

"On ne veut plus de Tchadiens en Centrafrique"

© AFP

Vidéo par Farouk ATIG , Yoan PROD'HOMME

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2013

À Bangui, les soldats tchadiens de la force africaine chargée de ramener l'ordre sont hués par la population. Les Centrafricains gardent un ressentiment profond à l’égard du Tchad, qui a joué un rôle trouble dans l’histoire de leur pays.

"Il faut que tous les Tchadiens partent !", "On ne veut plus d’eux dans le pays !", "Dehors les Tchadiens, traîtres, lâches, chiens !". Dans les rues de Bangui, la capitale centrafricaine, les habitants ne cachent pas leur hostilité au passage des soldats tchadiens de la force africaine. Ces soldats tchadiens sont pourtant membres de la Misca, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique, qui, appuyée par l’armée française déployée depuis le 7 décembre, a pour but de ramener l’ordre dans le pays, où les tensions interreligieuses s’accroissent. Mais les Tchadiens, qui viennent d'un pays majoritairement musulman, ne sont pas les bienvenus en République centrafricaine.

Depuis la prise du pouvoir par la Séléka le 24 mars 2013, la population centrafricaine subit les exactions de l’ex-rébellion, composée, en majorité, de musulmans originaires du nord et de mercenaires tchadiens et soudanais. Parmi la population, des chrétiens ont à leur tour pris les armes, d’abord contre les membres de la Séléka, puis contre les civils musulmans, assimilés aux ex-rebelles, entrant ainsi dans le cercle vicieux des massacres et des représailles.

Rôle trouble du Tchad

Si les Centrafricains nourrissent aujourd’hui tant de ressentiment à l’égard des Tchadiens, c’est que leur puissant voisin a joué un rôle trouble dans l’histoire récente du pays. Lorsqu’en 2003 François Bozizé chasse Ange-Felix Patassé du pouvoir centrafricain par un coup d’État, il bénéficie de l’appui explicite du président tchadien Idriss Deby Itno. François Bozizé avait d’ailleurs formé sa rébellion au Tchad, avec la bénédiction des autorités en place.


Quand il prend le pouvoir, 500 soldats tchadiens sont même déployés dans Bangui pour assurer sa sécurité. Ils deviendront les membres de la garde présidentielle. Pendant les années qui suivent, le général-président François Bozizé peut compter sur le soutien de son puissant voisin pour mater les divers soulèvements que connaît le pays.

Mais petit à petit, les liens entre les deux chefs d’État s’émoussent. Début 2013, face à l’avancée des rebelles de la Séléka, Idriss Déby reste sourd aux appels au secours de son homologue centrafricain. Pire, la force multinationale déjà présente sur place (la Mission de consolidation de la paix en République centrafricaine, Micopax), composée essentiellement de Tchadiens, ne tente que très mollement d’entraver l’avancée des rebelles.

"Déby a officieusement aidé la Séléka"


Au moment de la prise du pouvoir par la Séléka, Roland Marchal, chercheur au CNRS spécialiste de la Centrafrique, interrogé par FRANCE 24, ne s’était pas étonné du peu de combativité de l’armée tchadienne face aux rebelles. "Depuis plusieurs années déjà, Idriss Déby est profondément irrité par Bozizé à cause de son incapacité à restaurer la loi et l’ordre dans le nord-est du pays, où le Tchad a des intérêts, et à instaurer des relations commerciales avec les pays voisins", affirmait-il. Selon le chercheur, Idriss Déby avait manifesté dès le mois de mars sa volonté de voir chuter le régime de Bozizé lors d’une attaque rebelle sur une ville frontalière, un assaut auquel N’Djamena n’avait pas réagi.

Roland Marchal va encore plus loin : le Tchad ne se serait pas contenté de rester passif face à l’avancée des rebelles, il serait allé jusqu’à leur prêter main forte. Dans "l’Humanité", en date du 13 novembre, le chercheur affirme : "Déby a suscité la Séléka et l’a sans doute aidée officieusement". Il nuance cependant : "Le départ de Bozizé n’est pas simplement dû à Déby. Il est dû à un accord régional pour s’en débarrasser".

Reste qu'en Centrafrique, le Tchad est perçu comme le faiseur de roi et le responsable direct des troubles que connaît aujourd’hui le pays. Et aujourd’hui à Bangui, il ne fait pas bon être tchadien : leurs maisons et commerces sont pillés. Quant à l’armée d’Idriss Déby, c’est sous les insultes de la population qu’elle évacue les 10 à 15 000 ressortissants tchadiens que compte la Centrafrique.

Avec AFP

Première publication : 11/12/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Hollande à Bangui : "Notre mission est nécessaire si on veut éviter un carnage"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Reportage : avec les militaires français à Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Le président centrafricain à FRANCE 24 : "C'est trop dire que je n'ai aucun contrôle"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)