Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Société militaire privée : le business de la guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : l’emploi, un défi pour le futur président

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

Afrique

"On ne veut plus de Tchadiens en Centrafrique"

© AFP

Vidéo par Farouk ATIG , Yoan PROD'HOMME

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2013

À Bangui, les soldats tchadiens de la force africaine chargée de ramener l'ordre sont hués par la population. Les Centrafricains gardent un ressentiment profond à l’égard du Tchad, qui a joué un rôle trouble dans l’histoire de leur pays.

"Il faut que tous les Tchadiens partent !", "On ne veut plus d’eux dans le pays !", "Dehors les Tchadiens, traîtres, lâches, chiens !". Dans les rues de Bangui, la capitale centrafricaine, les habitants ne cachent pas leur hostilité au passage des soldats tchadiens de la force africaine. Ces soldats tchadiens sont pourtant membres de la Misca, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique, qui, appuyée par l’armée française déployée depuis le 7 décembre, a pour but de ramener l’ordre dans le pays, où les tensions interreligieuses s’accroissent. Mais les Tchadiens, qui viennent d'un pays majoritairement musulman, ne sont pas les bienvenus en République centrafricaine.

Depuis la prise du pouvoir par la Séléka le 24 mars 2013, la population centrafricaine subit les exactions de l’ex-rébellion, composée, en majorité, de musulmans originaires du nord et de mercenaires tchadiens et soudanais. Parmi la population, des chrétiens ont à leur tour pris les armes, d’abord contre les membres de la Séléka, puis contre les civils musulmans, assimilés aux ex-rebelles, entrant ainsi dans le cercle vicieux des massacres et des représailles.

Rôle trouble du Tchad

Si les Centrafricains nourrissent aujourd’hui tant de ressentiment à l’égard des Tchadiens, c’est que leur puissant voisin a joué un rôle trouble dans l’histoire récente du pays. Lorsqu’en 2003 François Bozizé chasse Ange-Felix Patassé du pouvoir centrafricain par un coup d’État, il bénéficie de l’appui explicite du président tchadien Idriss Deby Itno. François Bozizé avait d’ailleurs formé sa rébellion au Tchad, avec la bénédiction des autorités en place.


Quand il prend le pouvoir, 500 soldats tchadiens sont même déployés dans Bangui pour assurer sa sécurité. Ils deviendront les membres de la garde présidentielle. Pendant les années qui suivent, le général-président François Bozizé peut compter sur le soutien de son puissant voisin pour mater les divers soulèvements que connaît le pays.

Mais petit à petit, les liens entre les deux chefs d’État s’émoussent. Début 2013, face à l’avancée des rebelles de la Séléka, Idriss Déby reste sourd aux appels au secours de son homologue centrafricain. Pire, la force multinationale déjà présente sur place (la Mission de consolidation de la paix en République centrafricaine, Micopax), composée essentiellement de Tchadiens, ne tente que très mollement d’entraver l’avancée des rebelles.

"Déby a officieusement aidé la Séléka"


Au moment de la prise du pouvoir par la Séléka, Roland Marchal, chercheur au CNRS spécialiste de la Centrafrique, interrogé par FRANCE 24, ne s’était pas étonné du peu de combativité de l’armée tchadienne face aux rebelles. "Depuis plusieurs années déjà, Idriss Déby est profondément irrité par Bozizé à cause de son incapacité à restaurer la loi et l’ordre dans le nord-est du pays, où le Tchad a des intérêts, et à instaurer des relations commerciales avec les pays voisins", affirmait-il. Selon le chercheur, Idriss Déby avait manifesté dès le mois de mars sa volonté de voir chuter le régime de Bozizé lors d’une attaque rebelle sur une ville frontalière, un assaut auquel N’Djamena n’avait pas réagi.

Roland Marchal va encore plus loin : le Tchad ne se serait pas contenté de rester passif face à l’avancée des rebelles, il serait allé jusqu’à leur prêter main forte. Dans "l’Humanité", en date du 13 novembre, le chercheur affirme : "Déby a suscité la Séléka et l’a sans doute aidée officieusement". Il nuance cependant : "Le départ de Bozizé n’est pas simplement dû à Déby. Il est dû à un accord régional pour s’en débarrasser".

Reste qu'en Centrafrique, le Tchad est perçu comme le faiseur de roi et le responsable direct des troubles que connaît aujourd’hui le pays. Et aujourd’hui à Bangui, il ne fait pas bon être tchadien : leurs maisons et commerces sont pillés. Quant à l’armée d’Idriss Déby, c’est sous les insultes de la population qu’elle évacue les 10 à 15 000 ressortissants tchadiens que compte la Centrafrique.

Avec AFP

Première publication : 11/12/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Hollande à Bangui : "Notre mission est nécessaire si on veut éviter un carnage"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Reportage : avec les militaires français à Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Le président centrafricain à FRANCE 24 : "C'est trop dire que je n'ai aucun contrôle"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)