Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : À Rafah les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

Criminal Case : Facebook aime le made in France

© Pretty Simple

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/12/2013

Éclipsés les Candy Crush, FarmVille et autre Mafia Wars, Facebook a décerné, cette année, son prix du meilleur jeu à Criminal Case. Cocorico : c'est un jeu produit par un studio français baptisé Pretty Simple.

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif et champion du made in France, doit être content : Facebook a décerné, lundi 9 décembre, son prix du meilleur jeu à Criminal Case, produit par Pretty Simple, un studio parisien de 50 personnes. Il devance des poids lourds du secteur comme "Candy Crush".

C’est “la start-up française qui connaît la plus forte croissance de l'histoire du Web en France”, s’enflamme Julien Codorniou, directeur Europe de Facebook, dans un communiqué. Une affirmation qui fait sourire Corentin Raux, co-fondateur de ce jeu vidéo français disponible en neuf langues : “c’est sûr que lorsqu’on passe de zéro à plus de 10 millions d’euros de bénéfices d’exploitation, on affiche une croissance impressionnante, maintenant, il va falloir voir comment les choses vont évoluer”.

Le prix décerné par Facebook devrait doper encore un peu plus la popularité de Criminal Case qui affiche, pourtant, déjà d’impressionnantes performances. Cent millions d’utilisateurs de Facebook ont testé, les douze derniers mois, leurs compétences de fins limiers virtuels. Au quotidien, ce sont près de 6 millions de joueurs - essentiellement hors de France - qui cherchent à trouver le meurtrier de la semaine.

Cette popularité, Pretty Simple l’explique essentiellement par l’originalité de Criminal Case. “L’enquête policière est un sujet qui n’avait pas encore été abordé dans les jeux sur Facebook alors que c’est un thème qui parle à beaucoup de monde, on touche donc un large public”, explique Corentin Raux.

100 embauches d'ici 2015

Comme la plupart des jeux sur Facebook, Criminal Case a l’apparence du jeu gratuit, mais ne l’est pas tout à fait. Les utilisateurs peuvent acheter des bonus - comme des autopsies plus rapides - pour leur simplifier l’enquête. Ce modèle de micro-transactions a déjà fait la fortune de grands noms du secteur comme Zynga (FarmVille, Mafia Story etc.). Pretty Simple est ainsi rentable depuis 2011, soit un an après sa création.

Une sacrée performance pour une start-up française. À l’heure où les entrepreneurs hexagonaux de tous poils - regroupés au sein de collectifs comme les Pigeons (ou Geonpi), Poussins ou Tondus - dénoncent les lourdeurs fiscales et plus généralement un modèle économique français à la traîne, Corentin Raux ne voit, lui, pas de problème particulier à réussir en France. “Si on veut vraiment entreprendre, on peut parfaitement réussir à le faire en France”, assure-t-il.

Mieux. Pour lui, le modèle français a même de sérieux avantages sur ses concurrents anglo-saxons. “Avec Bastien Cazenave [l’autre co-fondateur de Pretty Simple, ndlr] nous avons pu nous mettre au chômage plusieurs mois afin de monter notre société, cela aurait été difficile dans des pays comme les États-Unis”, assure cet entrepreneur pour qui c’est la contrepartie des lourdeurs administratives hexagonales.

Le jackpot de leur premier jeu permettra à Pretty Simple d’embaucher cent nouveaux salariés d’ici 2015 afin de développer deux nouveaux titres et de faire des versions pour smartphones et tablettes de Criminal Case.

Première publication : 11/12/2013

  • JEUX VIDEO

    "Call of Duty : Ghost" veut détrôner "GTA V"

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Europe : jouer à "Angry Birds" est bon pour l'emploi

    En savoir plus

  • INTERNET

    Guerre des consoles : Google prochain géant du jeu vidéo ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)