Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Economie

Criminal Case : Facebook aime le made in France

© Pretty Simple

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/12/2013

Éclipsés les Candy Crush, FarmVille et autre Mafia Wars, Facebook a décerné, cette année, son prix du meilleur jeu à Criminal Case. Cocorico : c'est un jeu produit par un studio français baptisé Pretty Simple.

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif et champion du made in France, doit être content : Facebook a décerné, lundi 9 décembre, son prix du meilleur jeu à Criminal Case, produit par Pretty Simple, un studio parisien de 50 personnes. Il devance des poids lourds du secteur comme "Candy Crush".

C’est “la start-up française qui connaît la plus forte croissance de l'histoire du Web en France”, s’enflamme Julien Codorniou, directeur Europe de Facebook, dans un communiqué. Une affirmation qui fait sourire Corentin Raux, co-fondateur de ce jeu vidéo français disponible en neuf langues : “c’est sûr que lorsqu’on passe de zéro à plus de 10 millions d’euros de bénéfices d’exploitation, on affiche une croissance impressionnante, maintenant, il va falloir voir comment les choses vont évoluer”.

Le prix décerné par Facebook devrait doper encore un peu plus la popularité de Criminal Case qui affiche, pourtant, déjà d’impressionnantes performances. Cent millions d’utilisateurs de Facebook ont testé, les douze derniers mois, leurs compétences de fins limiers virtuels. Au quotidien, ce sont près de 6 millions de joueurs - essentiellement hors de France - qui cherchent à trouver le meurtrier de la semaine.

Cette popularité, Pretty Simple l’explique essentiellement par l’originalité de Criminal Case. “L’enquête policière est un sujet qui n’avait pas encore été abordé dans les jeux sur Facebook alors que c’est un thème qui parle à beaucoup de monde, on touche donc un large public”, explique Corentin Raux.

100 embauches d'ici 2015

Comme la plupart des jeux sur Facebook, Criminal Case a l’apparence du jeu gratuit, mais ne l’est pas tout à fait. Les utilisateurs peuvent acheter des bonus - comme des autopsies plus rapides - pour leur simplifier l’enquête. Ce modèle de micro-transactions a déjà fait la fortune de grands noms du secteur comme Zynga (FarmVille, Mafia Story etc.). Pretty Simple est ainsi rentable depuis 2011, soit un an après sa création.

Une sacrée performance pour une start-up française. À l’heure où les entrepreneurs hexagonaux de tous poils - regroupés au sein de collectifs comme les Pigeons (ou Geonpi), Poussins ou Tondus - dénoncent les lourdeurs fiscales et plus généralement un modèle économique français à la traîne, Corentin Raux ne voit, lui, pas de problème particulier à réussir en France. “Si on veut vraiment entreprendre, on peut parfaitement réussir à le faire en France”, assure-t-il.

Mieux. Pour lui, le modèle français a même de sérieux avantages sur ses concurrents anglo-saxons. “Avec Bastien Cazenave [l’autre co-fondateur de Pretty Simple, ndlr] nous avons pu nous mettre au chômage plusieurs mois afin de monter notre société, cela aurait été difficile dans des pays comme les États-Unis”, assure cet entrepreneur pour qui c’est la contrepartie des lourdeurs administratives hexagonales.

Le jackpot de leur premier jeu permettra à Pretty Simple d’embaucher cent nouveaux salariés d’ici 2015 afin de développer deux nouveaux titres et de faire des versions pour smartphones et tablettes de Criminal Case.

Première publication : 11/12/2013

  • JEUX VIDEO

    "Call of Duty : Ghost" veut détrôner "GTA V"

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Europe : jouer à "Angry Birds" est bon pour l'emploi

    En savoir plus

  • INTERNET

    Guerre des consoles : Google prochain géant du jeu vidéo ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)