Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Culture

L'ONG américaine qui a acheté les masques hopis va les restituer aux Indiens

© AFP | Quelques masques "Katsinam" de la tribu Hopi

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2013

Une ONG américaine a annoncé avoir acheté, lundi, les masques "sacrés" amérindiens qui avaient été mis en vente à Paris, malgré une vive polémique. L'ONG assure en avoir fait l'acquisition pour les restituer à la tribu Hopi.

Une association américaine, la Fondation Annenberg, a annoncé avoir acheté aux enchères à Paris, lundi 9 décembre, 24 masques hopis et Apache san Carlos afin de les rendre à ces tribus amérindiennes qui les considèrent sacrés.

Ce geste altruiste vient mettre fin à la polémique autour de la mise en vente de ces masques à l’Hôtel Drouot – qui avait suscité l’indignation des États-Unis et des associations de défense des tribus indiennes. La fondation privée, basée à Los Angeles, a déboursé 530 000 dollars pour acquérir 21 masques hopis et 3 masques Apache san Carlos.

L’ambassade des États-Unis avait, en effet, tenté, samedi 8 décembre, de faire suspendre la vente en mettant en avant l’argument de l’importance de ces objets pour les communautés Hopi et Apache. Le communiqué de la représentation américaine précisait que les deux tribus devaient pouvoir avoir "la possibilité d'identifier les objets, de vérifier leur provenance" afin de déterminer si elles pouvaient "revendiquer ces objets selon les termes de la Convention de l'Unesco de 1970 sur l'exportation et le transfert de propriété de biens culturels, ou de toute autre juridiction".

Une association déboutée par la justice

Cette intervention faisait suite à l’échec de Survival International, l’association de défense des peuples aborigènes, à empêcher légalement cette vente aux enchères de 25 masques hopis.

L’association a en effet été déboutée par le tribunal de grande instance de Paris, vendredi 6 décembre, de sa demande de suspension. "Si la vente de ces objets cultuels peut constituer un outrage à la dignité de la tribu Hopi, cette considération morale et philosophique ne donne pas, à elle seule, droit au juge des référés de suspendre la vente de ces masques qui n'est pas interdite en France", a notamment considéré la juge des référés, Claire David, dans son ordonnance consultée par l'AFP. Le document pointe également qu'"aucune disposition législative française n'interdit la vente d'objets provenant de la tribu Hopi".

Quant à la tribu concernée, elle a été déclarée irrecevable à agir, dans une ordonnance de référé.

Considérés comme sacrés, les masques appelés "Katsinam" par les indiens de la tribu Hopi, sont portés par des danseurs lors de cérémonies religieuses, généralement interdites aux personnes extérieur. En avril dernier, la maison Neret-Minet & Tessier Sarrou avait vendu 70 masques hopis pour 930 000 euros, à l’Hôtel Drouot, à Paris, malgré une vague de protestations des associations et de personnalités comme l’acteur Robert Redford.

Avec AFP

Première publication : 11/12/2013

  • FRANCE

    Le combat d'Indiens d'Arizona contre une vente aux enchères parisienne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des clichés historiques de l'International Herald Tribune aux enchères à l'Hôtel Drouot

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les devoirs d'anglais de Napoléon adjugés 325 000 euros à un musée parisien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)