Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Les relations diplomatiques entre Téhéran et Londres se réchauffent

© AFP | William Hague et Mohammad Javad Zarif.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2013

Le nouveau chargé d'affaires non résident iranien est attendu jeudi à Londres. Une visite évènement qui marque le réchauffement des relations entre les deux pays depuis l'élection en juin du président Hassan Rohani.

L’heure est à la normalisation entre la Grande-Bretagne et l’Iran. Le nouveau chargé d'affaires non résident iranien, Hassan Habibollah-Zadeh, est attendu jeudi 12 décembre à Londres, a annoncé le chef de la diplomatie britannique William Hague sur son compte Twitter.

Cette visite aura lieu un peu moins de 10 jours après celle de son homologue britannique à Téhéran, le 3 décembre, lorsque Ajay Sharma était devenu le premier diplomate du Royaume-Uni à se rendre en Iran depuis deux ans. Ce dernier, qui a déjà occupé le poste de numéro deux de la mission diplomatique britannique à Téhéran, avait alors eu, selon ses propres termes, "des discussions détaillées et constructives avec le ministère iranien des Affaires étrangères afin de faire avancer, étape par étape et sur une base réciproque, les relations bilatérales".
 
Détente diplomatique
 
L'accord d'échange diplomatique, qui marque le réchauffement des relations entre les deux pays, avait été finalisé entre le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif à la mi-octobre en marge de la première réunion de Genève entre les grandes puissances et l'Iran sur le programme nucléaire controversé de Téhéran. En septembre, les deux hommes s’étaient entretenus dans le cadre d’une rencontre bilatérale organisée à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. Autant de gestes rendus possibles par la détente diplomatique amorcée entre l’Occident et la République islamique depuis l'élection en juin du modéré Hassan Rohani à la présidence iranienne.
 
Si les deux pays n'avaient pas formellement rompu diplomatiquement après la mise à sac fin en novembre 2011 de la représentation britannique en Iran par des manifestants qui protestaient contre l'annonce de nouvelles sanctions de Londres contre Téhéran, leurs relations étaient devenues exécrables. Le ministère britannique des Affaires étrangères s’était déclaré "scandalisé" par "l'intrusion inacceptable" de manifestants dans son ambassade et répliqué par l’annonce des fermetures de sa chancellerie à Téhéran et de l'ambassade d'Iran sur son territoire.
 
Une relation tumultueuse depuis 1979
 
Les relations entre l'Iran et la Grande-Bretagne ont régulièrement été émaillées de crises depuis la révolution islamique de 1979, mais les tensions se sont accentuées après le durcissement du régime consécutif à la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009.
 
Téhéran avait alors accusé les services secrets britanniques d'utiliser la chaîne en persan de la BBC, très écoutée en Iran, pour chercher à déstabiliser le régime en soutenant l'opposition réformatrice. En outre, le Parlement iranien avait menacé en décembre 2010 de réduire les relations avec la Grande-Bretagne après des déclarations très critiques du précédent ambassadeur britannique à Téhéran, Simon Gass, sur la situation des droits de l'Homme en Iran. "Depuis 2009, l'ambassade de Grande-Bretagne travaille nuit et jour comme un cabinet de guerre" contre l'Iran, avait notamment accusé une parlementaire iranienne, Zohreh Elahian.
 
Avec AFP et Reuters

Première publication : 11/12/2013

  • DIPLOMATIE

    Réhabilitation de l’Iran : vers un rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite ?

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    L'Iran entrouvre ses portes aux grands pétroliers américains

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    L'Iran prévoit de geler ses activités nucléaires d'ici quelques semaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)