Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Inquiétudes sur le projet de loi antiterroriste

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Puy du Fou, 40 ans de voyage dans le temps

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou out : pas de quartiers"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Gloire et décadence de Travis Kalanick, patron d'Uber

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Démission forcée du PDG d'Uber : quelles conséquences pour le groupe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fête de la musique : coupé-décalé en plein Paris

En savoir plus

Culture

Peinture : "La Liberté" de Delacroix va-t-elle guider le peuple chinois ?

© AFP | "La Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2013

Après avoir séjourné au Louvre-Lens, "La Liberté guidant le peuple", de Delacroix, pourrait repartir en Chine, annonce "Le Monde". Selon le quotidien, Laurent Fabius y est favorable dans le cadre du 50e anniversaire de la République populaire.

"La Liberté guidant le peuple", réalisée en 1830 par le peintre français Eugène Delacroix, n’en finit plus d’avoir des projets de voyage. Après avoir passé un an au Louvre-Lens, dans le nord de la France, le tableau, qui vient tout juste de réintégrer le célèbre musée parisien, pourrait repartir pour l’Asie.

Comme l’explique le journal "Le Monde", le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, souhaterait que cette toile, l'une des œuvres les plus connues en Chine,  "fasse partie d’un ensemble d’œuvres prêtées par la France à Pékin pour le cinquantième anniversaire de la naissance de la République populaire, proclamée le 27 janvier 1964, que le général de Gaulle fut parmi les premiers à reconnaître".

Selon le quotidien, la peinture de Delacroix serait ainsi associée aux quelques 380 projets culturels français mais aussi économiques et scientifiques qui auront lieu l’an prochain dans le cadre de ces célébrations.

Une œuvre fragile

Réagissant à ces informations, le Quai d’Orsay n’a pas voulu commenter. "Ce n’est pas au Quai d’Orsay de le faire, c’est au ministère de la culture ou au musée du Louvre", a ainsi répondu à France24.com Catherine Crosnier, adjointe au porte-parole en charge de la Coopération culturelle.

De son côté, Le ministère de la Culture n’a pas souhaité répondre aux journalistes du "Monde". D’après ces derniers, la ministre, Aurélie Filippetti, se serait toutefois "bien passée de ce boulet supplémentaire" et soutiendrait "la position du président-directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, opposé au déplacement".

Comme le rappelle le journal, de nombreuses raisons peuvent expliquer un tel refus. Déjà "taguée" par une visiteuse lors de son exposition au Louvre-Lens, "La liberté guidant le peuple" est une œuvre fragile. En 1958, la peinture avait été "frappée d’une limitation absolue de déplacements, décrochages et accrochages et d’une recommandation d’interdiction de prêt", ce qui n’avait toutefois pas empêché son voyage aux États-Unis en 1974 et au Japon en 1999.

Ce dernier déplacement long-courrier avait d’ailleurs nécessité la mise en place d’une logistique importante et coûteuse. Un Beluga, un super-cargo d’Airbus, avait été spécialement transformé pour l’occasion afin d’éviter les variations climatiques et les vibrations pendant le transport. Face à une telle débauche de moyens, l’article du "Monde" conclut que la décision est loin d’être prise et "semble pencher dans le sens souhaité par le Louvre et Aurélie Filippetti".

Première publication : 11/12/2013

  • MUSEE

    Une exposition au musée du Louvre crée la polémique en Allemagne

    En savoir plus

  • CULTURE

    Le célèbre tableau "La liberté guidant le peuple" vandalisé au Louvre-Lens

    En savoir plus

  • Le Louvre s'installe au pays des mineurs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)