Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Afrique

La dépouille de Mandela exposée au siège du gouvernement à Pretoria

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2013

Après un convoi funéraire dans les rues de la capitale sud-africaine mercredi matin, la dépouille de Nelson Mandela est arrivée aux Union Buildings, à Pretoria. Dès midi, le public, précédé des personnalités, pourra lui rendre hommage.

Le cercueil de Nelson Mandela est désormais dans l'enceinte des l'Union Buildings, le siège du gouvernement, à Pretoria. La dépouille mortelle de l'ancien président sud-africain va être exposée à partir de 10h00 (08h00 GMT). Les personnalités et représentants étrangers pourront alors venir s’incliner devant "Madiba", avant la foule des anonymes et ce pendant deux jours.

Un peu plus tôt dans la matinée, le cortège transportant le cercueil de Nelson Mandela avait quitté l’hôpital militaire de Pretoria pour traverser solennellement les rues de la capitale sud-africaine, durant une heure.

Le long de la route, les Sud-Africains ont pu saluer la dépouille de l’ancien président, qui repose dans un corbillard noir vitré et sous un drapeau du pays. Le convoi était accompagné par une ambulance, une vingtaine de voitures, ainsi que par de nombreux motards.

"C'est un moment de fierté pour un Sud-Africain", a déclaré à l'AFP Aubrey Makgobela, 24 ans, venu assister au passage du cortège avant de se rendre au travail.

"J'ai été électrisée en le voyant", a pour sa part commenté Thuli Nong, une femme de 35 ans, "je me demande maintenant qui va nous remettre sur la carte du monde".

"On a l’impression que c’est la fin d’une ère", a également ajouté Faaiqia Hartley, une fonctionnaire sud-africaine.

Lors de son départ de l’hôpital, le personnel s’est rassemblé pour entonner des chants à la gloire du héros de la lutte contre l’apartheid. Dans les rues de Pretoria, nombreux sont les sud-africains qui chantaient également au passage du cortège ou qui soufflaient dans les célèbres vuvuzelas, ces trompettes utilisées lors du Mondial 2010.

Un ultime adieu

Ce cortège a emprunté, notamment, "la rue Madiba" avant de rejoindre le siège du gouvernement, l’Union Buildings, où la dépouille mortelle de Nelson Mandela est exposée à partir de 10h00 (08h00 GMT). Les personnalités et représentants étrangers pourront alors venir s’incliner devant sa dépouille, avant la foule des anonymes.

Le même programme, cortège et exposition de la dépouille mortelle au public, sera suivi jeudi et vendredi.

Le corps de l’ancien président sera ensuite transféré samedi à plus de 900 km vers le petit village de Qunu, terre de ses ancêtres. Ses obsèques y seront célébrées dimanche 15 décembre lors d’une cérémonie traditionnelle mêlant culte chrétien et rite Xhosa.

Cette semaine d’hommages a été marquée par une cérémonie officielle au stade Soccer City de Soweto, mardi, en présence d’une centaine de chefs d’État et de gouvernement, ainsi que la famille de Nelson Mandela. Alors que l’affluence n’a pas été aussi forte qu’escomptée, le président américain Barack Obama a particulièrement marqué les esprits par son discours. Il a répété son admiration pour Madiba "qui a montré le pouvoir de l’action " tout en dénonçant une certaine hypocrisie dans les louanges qui s’élèvent du monde entier depuis l’annonce de sa mort.

"Il y a trop de dirigeants qui se disent solidaires du combat de Nelson Mandela pour la liberté, mais ne tolèrent pas l’opposition de leur propre peuple", a notamment déclaré Barack Obama.

Avec AFP

Première publication : 11/12/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    En images : à Soweto, une immense fête populaire pour dire adieu à Madiba

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    À Soweto, Obama héritier de Mandela

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)