Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Corée du Sud : des questions encore

En savoir plus

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Libérés de l'enfer

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

EUROPE

Ukraine : les manifestants tiennent bon, la police contrainte de se retirer

© AFP

Vidéo par Laure MANENT , Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2013

Les forces anti-émeutes de la police ukrainienne ont tenté de reprendre mercredi matin la mairie de Kiev, sans succès. Depuis plus d'une semaine des centaines de manifestants pro-européens y ont établi leur quartier général.

Les centaines de policiers anti-émeutes ukrainiens qui avaient lancé un assaut dans la nuit de mardi à mercredi contre les manifestants pro-européens dans le centre de Kiev se sont retirés mercredi en milieu de matinée.

Vers 10 h, heure locale, le ministre ukrainien de l'Intérieur a appelé au calme et déclaré qu'il n'y aurait pas d'envahissement de la place de l'Indépendance par les forces de l'ordre. Peu avant, des affrontements entre la police et des manifestants avaient eu lieu devant la mairie, toujours occupée par les anti-Ianoukovitch.

L'Ukraine peut signer avec l'UE si elle reçoit 20 milliards d'euros d'aide

L'Ukraine a besoin de 20 milliards d'euros d'aide européenne pour signer un accord d'association avec l'UE, a assuré mercredi le Premier ministre ukrainien. "Nous proposons de régler la question d'une aide financière à l'Ukraine. Nous avons défini son montant approximatif : 20 milliards d'euros", a déclaré Mykola Azarov lors du Conseil des ministres.

L'Ukraine, en grande difficulté économique et financière, a renoncé le mois dernier à signer un accord d'association avec l'Union européenne prévoyant la mise en place d'une zone de libre-échange, invoquant les pertes économiques qu'une crise avec Moscou ferait subir au pays.

En fin de matinée, les manifestants pouvaient cependant se déplacer librement dans le centre de la capitale.

Opération policière nocturne

Au milieu de la nuit, au moins 10 000 personnes avaient afflué sur la place de l’Indépendance malgré l'arrivée massive des forces de l'ordre. Réunis par centaines aux extrémités de la place de l'Indépendance, les policiers casqués avaient commencé à repousser les manifestants à l'aide de leurs boucliers peu avant 2 h locales (00h00 GMT).

Affirmant s'appuyer sur une décision de justice, ils ont franchi les barricades placées en plusieurs extrémités de la place, alors que la foule chantait l'hymne ukrainien et des prières. Les policiers ont également démonté plusieurs tentes qui avaient été montées.
L'assaut, qui s'est déroulé en grande partie dans le calme, a cependant fait plusieurs blessés, dont un député d'opposition, et entraîné onze arrestations, a indiqué à la presse le leader du parti nationaliste Svoboda, Oleg Tiagnibok. La police a confirmé avoir interpellé plusieurs manifestants qui lui opposaient résistance et indiqué que dix de ses représentants avaient été blessés.

"Nous ne pardonnerons pas"

L'opposition a prédit "des millions" de manifestants mercredi contre le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, tandis que les États-Unis ont fait part de leur "dégoût" et l'Union européenne de sa "tristesse" quant à la réaction des contestation née du refus du président ukrainien de signer, fin novembre, un accord d'association avec l'Union européenne (UE) et opté pour un rapprochement avec Moscou.

"Nous ne lui pardonnerons pas. Demain il y aura un million de personnes ici et le régime tombera", a lancé Arseni Iatseniouk, du parti de l'ex-ministre emprisonnée, Ioulia Timochenko. Il a estimé que le président ukrainien avait "craché à la figure de l'Amérique, des 28 pays de l'Union européenne et de 46 millions d'Ukrainiens".

Loin d'être découragés, des milliers de manifestants ont ensuite afflué, faisant bloc pour protéger la place. "Habitants de Kiev, levez-vous, venez !", a déclaré de son côté une autre figure de la contestation, le boxeur Vitali Klitschko.

"Absolument inadmissible"

De leurs côtés, Américains et Européens ont vivement dénoncé l'opération de police. "Je condamne l'usage de la force et la violence - qui ne peuvent pas être la réponse aux manifestations pacifiques - et j'appelle à la plus grande retenue", a déclaré dans un communiqué Catherine Ashton, qui s'est entretenue mardi avec le président Ianoukovitch. Elle s'est dite "très impressionnée par la nature pacifique et courageuse des manifestations en cours en soutien aux aspirations européennes" de l'Ukraine. 

La France pour sa part a souligné qu'elle "récusait tout usage de la force", par la voix du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. 

La représentante américaine, Victoria Nuland, qui a rencontré Ianoukovitch dans la journée de mercredi et s’est rendue sur la place de l’Indépendance, a indiqué lui avoir "dit clairement que ce qui s'était passé était absolument inadmissible dans un État démocratique".

Avec AFP et Reuters 

En Ukraine, le parti nationaliste Svoboda engrange les adhésion

Première publication : 11/12/2013

  • UKRAINE

    À Kiev, la police démonte les barricades des manifestants pro-Europe

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Une marée humaine à Kiev pour réclamer le départ de Ianoukovitch

    En savoir plus

  • UKRAINE

    VIDÉO : au coeur du quartier général de l'opposition à Kiev

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)