Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

Moyen-Orient

Israël : une députée d'origine éthiopienne interdite de donner son sang

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/12/2013

La Magen David Adom, l'équivalent de la Croix-Rouge israélienne, a provoqué un scandale dans l'État hébreu pour avoir refusé, mercredi, le don du sang de la députée juive d'origine éthiopienne Pnina Tamato-Shata.

"Nous n’acceptons pas le sang particulier des juifs éthiopiens". C’est avec cette phrase que la députée noire israélienne Pnina Tamato-Shata a été reçue, mercredi 11 décembre, par un membre de la Magen David Adom - l'équivalent de la Croix-Rouge - alors qu’elle se rendait à une collecte de don du sang à la Knesset, le Parlement israélien.

Ce refus a provoqué un tollé dans l’État hébreu. Selon les médias, le ministère de la Santé s’est justifié en affirmant que le sang des juifs d'origine éthiopienne - qui ne sont pas nés en Israël - serait susceptible de propager des maladies notamment le sida. Pour rappel, la Magen David Adom refuse également les donneurs ayant séjourné en Grande-Bretagne entre 1980 et 1986 pendant la maladie de la vache folle, ou encore les dons du sang en provenance de pays où sévit la malaria.

Mais pour la députée, qui fut la première représentante de la minorité falasha [les Juifs éthiopiens] à accéder au Parlement, l'argument sanitaire n'est pas valable."J'ai 32 ans, je suis arrivée à l'âge de trois ans en Israël, j'ai effectué mon service militaire et j'ai deux enfants, il n'y a aucune raison de me traiter de la sorte", s'est-elle indignée. Pour Pnina Tamato-Shata, la cause de ce refus serait surtout raciste. Lors d’une interview sur la chaîne de télévision privée "10", elle s’est insurgée contre cet "affront fait à toute une communauté en raison de la couleur de sa peau."

Le sang des Falashas jeté

Une pratique contre laquelle s’était déjà rebellée Pnina Tamato-Shana. C’était en 1997. Elle était alors adolescente, engagée, et avait participé à une grande manifestation de la communauté des Falashas à Jérusalem devant les bureaux du Premier ministre. À l’époque, les médias venaient de révéler que les autorités sanitaires se débarrassaient sans l'utiliser du sang donné par les membres de cette communauté. "Depuis […] rien n'a changé", a-t-elle déploré.

Outre le domaine du sang, les juifs éthiopiens dont la plupart ont immigré en Israël au cours des trente dernières années, souffrent quotidiennement de discriminations et de racisme au sein de la société israélienne. Selon l’ONU, environ 52% des familles juives éthiopiennes vivent en dessous du seuil de pauvreté, contre 16% de la population juive israélienne dans son ensemble. Une grande majorité de la communauté éthiopienne vit d’ailleurs dans des quartiers aux allures de bidonvilles. "Si les Falashas se considèrent comme les descendants du fils du roi Salomon et de la reine de Saba, pour Israël, ils n’en sont pas moins, et de plus en plus, des Juifs à part et des immigrés", explique Jeune Afrique.

Pour tenter de calmer la polémique, les responsables du Magen David Adom ont décidé de revenir sur leur décision. Seulement voilà, ils ont indiqué qu’ils étaient prêts à accepter le don de sang de la députée falasha mais que celui-ci serait congelé et non utilisé. Alerté, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a indiqué qu'il allait faire examiner les directives à l'origine de cette affaire.

Avec AFP

Première publication : 12/12/2013

  • ITALIE

    Cécile Kyenge, ministre noire italienne en croisade contre le "racisme institutionnel"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)