Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Amériques

Sanctions contre l'Iran : Washington étoffe sa liste noire

© AFP

Vidéo par Philippe GASSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/12/2013

Les États-Unis ont ajouté à leur liste noire des individus et des sociétés, qu'ils soupçonnent de soutenir le programme nucléaire iranien, en contournant les sanctions économiques déjà mises en places contre Téhéran.

Les États-Unis ont annoncé, jeudi 12 décembre, avoir ajouté à leur liste noire une dizaine d'entreprises et d'individus soupçonnés de contourner le programme de sanctions internationales contre l'Iran.

Ces sociétés et leurs dirigeants, majoritairement iraniens, sont ciblés notamment pour avoir apporté leur soutien au programme nucléaire que Téhéran est soupçonné de développer à des fins militaires sous couvert d'activités civiles, ont affirmé le département d'État et le ministère du Trésor dans un communiqué commun.

Éviter de nouvelles sanctions

Cette annonce intervient alors que l'administration américaine cherchait à éviter que le Congrès ne prenne de nouvelles sanctions contre le régime de Téhéran, de crainte qu'elles ne fassent capoter l'accord intérimaire conclu entre la communauté internationale et l'Iran le 24 novembre à Genève.

Cet accord "n'interfère pas et n'interférera pas avec nos efforts sans relâche, destinés à démasquer et atteindre tous ceux qui soutiennent le programme nucléaire de l'Iran ou qui cherchent à contourner les sanctions", a toutefois averti David Cohen, sous-secrétaire au Trésor en charge de la lutte anti-terroriste, cité dans ce même communiqué.

Au terme des mesures annoncées jeudi, les sociétés et dirigeants visés verront leurs éventuels avoirs aux États-Unis gelés, et toute société américaine ou faisant des affaires aux États-Unis auront pour interdiction de commercer avec eux.

Washington determiné à faire respecter les sanctions existantes malgré l'accord

L'accord conclu à Genève entre le groupe G5+1 [États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne] et l'Iran limite pendant six mois les activités nucléaires du pays, en échange d'un allègement partiel des sanctions occidentales, qui étouffent l'économie iranienne. Il doit conduire à un accord global d'ici un an.

"L'allègement qui a été offert ne représente qu'une fraction des sanctions, dont la pression continuera de se faire sentir sur les six prochains mois", a déclaré jeudi le secrétaire américain au Trésor, Jacob Lew, lors d'une intervention devant une organisation humanitaire juive à Washington.

Au cours de cette période, l'Iran continuera ainsi de perdre environ "30 milliards" de dollars de revenus pétroliers, a ajouté Jacob Lew devant l'American Jewish Joint Distribution Committee, assurant que l'accord intérimaire "n'affaiblit" pas la détermination des États-Unis à faire respecter les sanctions existantes.

Avec dépêches (AFP et REUTERS)

Première publication : 12/12/2013

  • NUCLÉAIRE

    L'Iran prévoit de geler ses activités nucléaires d'ici quelques semaines

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Bruxelles lèvera les premières sanctions contre l'Iran en décembre

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'allègement des sanctions peut-il sauver l'économie iranienne ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)