Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Des polémiques françaises : Valls chante Marianne aux seins nus, Macron quitte Bercy

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

Amériques

Sanctions contre l'Iran : Washington étoffe sa liste noire

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/12/2013

Les États-Unis ont ajouté à leur liste noire des individus et des sociétés, qu'ils soupçonnent de soutenir le programme nucléaire iranien, en contournant les sanctions économiques déjà mises en places contre Téhéran.

Les États-Unis ont annoncé, jeudi 12 décembre, avoir ajouté à leur liste noire une dizaine d'entreprises et d'individus soupçonnés de contourner le programme de sanctions internationales contre l'Iran.

Ces sociétés et leurs dirigeants, majoritairement iraniens, sont ciblés notamment pour avoir apporté leur soutien au programme nucléaire que Téhéran est soupçonné de développer à des fins militaires sous couvert d'activités civiles, ont affirmé le département d'État et le ministère du Trésor dans un communiqué commun.

Éviter de nouvelles sanctions

Cette annonce intervient alors que l'administration américaine cherchait à éviter que le Congrès ne prenne de nouvelles sanctions contre le régime de Téhéran, de crainte qu'elles ne fassent capoter l'accord intérimaire conclu entre la communauté internationale et l'Iran le 24 novembre à Genève.

Cet accord "n'interfère pas et n'interférera pas avec nos efforts sans relâche, destinés à démasquer et atteindre tous ceux qui soutiennent le programme nucléaire de l'Iran ou qui cherchent à contourner les sanctions", a toutefois averti David Cohen, sous-secrétaire au Trésor en charge de la lutte anti-terroriste, cité dans ce même communiqué.

Au terme des mesures annoncées jeudi, les sociétés et dirigeants visés verront leurs éventuels avoirs aux États-Unis gelés, et toute société américaine ou faisant des affaires aux États-Unis auront pour interdiction de commercer avec eux.

Washington determiné à faire respecter les sanctions existantes malgré l'accord

L'accord conclu à Genève entre le groupe G5+1 [États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne] et l'Iran limite pendant six mois les activités nucléaires du pays, en échange d'un allègement partiel des sanctions occidentales, qui étouffent l'économie iranienne. Il doit conduire à un accord global d'ici un an.

"L'allègement qui a été offert ne représente qu'une fraction des sanctions, dont la pression continuera de se faire sentir sur les six prochains mois", a déclaré jeudi le secrétaire américain au Trésor, Jacob Lew, lors d'une intervention devant une organisation humanitaire juive à Washington.

Au cours de cette période, l'Iran continuera ainsi de perdre environ "30 milliards" de dollars de revenus pétroliers, a ajouté Jacob Lew devant l'American Jewish Joint Distribution Committee, assurant que l'accord intérimaire "n'affaiblit" pas la détermination des États-Unis à faire respecter les sanctions existantes.

Avec dépêches (AFP et REUTERS)

Première publication : 12/12/2013

  • NUCLÉAIRE

    L'Iran prévoit de geler ses activités nucléaires d'ici quelques semaines

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Bruxelles lèvera les premières sanctions contre l'Iran en décembre

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'allègement des sanctions peut-il sauver l'économie iranienne ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)