Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les musulmans de France sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

Economie

L’Irlande s'affranchit de la tutelle de la troïka

© AFP

Vidéo par Enda O’LOONEY , Stephen CARROLL

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/12/2013

L’ex-"Tigre celtique" devient le premier pays ayant bénéficié d’un plan de sauvetage international à pouvoir se passer de l’argent de la troïka. Un moment crucial pour la zone euro, pour lequel l’Irlande a payé un lourd tribut à l’austérité.

L’Irlande y est parvenue. Trois ans après avoir bénéficié d’un plan d’aide internationale de 85 milliards d’euros pour éviter la faillite, l’ancien “Tigre celtique” est sorti dimanche 15 décembre, de la tutelle de la troïka [Banque centrale européenne et FMI].

“Ce n’est pas encore le bout du tunnel, mais un pas significatif dans cette direction”, s’est réjoui Michael Noonan, le ministre irlandais des Finances, lors d’une conférence de presse, vendredi 13 décembre. C’est, en tout cas, un moment crucial pour la zone euro de l’ère post-crise des dettes souveraines. L’Irlande devient, en effet, le premier des quatre pays [avec la Grèce, le Portugal et Chypre] à retrouver le chemin des marchés financiers après avoir bénéficié d’un plan de sauvetage international.

“Ça signifie, en effet, que dorénavant l’Irlande peut de nouveau emprunter sur les marchés pour se financer au lieu de dépendre quasi-exclusivement de l’argent de l’aide internationale”, explique Christophe Blot, économiste spécialiste de la zone euro à l’Observatoire français des conjonctures économiques [OFCE].

Une indépendance retrouvée

Politiquement, c’est aussi une indépendance retrouvée. “La troïka perd son droit de regard sur les décisions du gouvernement irlandais”, confirme Christophe Blot. Un retour à une certaine souveraineté économique dont se réjouissent les Irlandais. “Je vais peut-être créer quelques T-shirts ‘J’ai survécu au plan de sauvetage’ pour fêter ça”, s’amuse sur Twitter Owen Gannon, un internaute irlandais.

Pour la troïka, les performances du "bon élève" irlandais justifient la fin de la tutelle internationale. Dublin a ramené, à grands coups de coupes budgétaires drastiques, son déficit à 8 %, alors qu’il se situait à 30 % en 2010, même si le plan de sauvetage des banques irlandaises représentait près de 20 % de ce montant astronomique. Le système financier, qui menaçait de s’effondrer et de mettre le pays en faillite, a aussi été assaini.

Trois ans d'efforts d'après le ministère irlandais des Finances

Chômage en hausse et croissance en berne

Preuve que l’effort d’austérité a porté ses fruits d’un point de vue financier : le taux d’intérêt auquel Dublin pourra emprunter sur les marchés s’élève à 3,5 %, alors qu’il avait atteint plus de 14 % avant le plan de sauvetage international.

Mais ce retour à une certaine normalité économique ne signifie pas que l’Irlande se porte mieux qu’en 2010. Au contraire : “L’austérité imposée aux Irlandais s’est traduite par une augmentation du chômage [13,6 % en septembre 2013 contre 10 % en 2010, NDLR], une hausse du niveau de pauvreté, une baisse des investissements et une croissance faible après une longue période de récession”, résume Christophe Blot. Preuve supplémentaire que la situation sociale est loin d’être au beau fixe : environ 1 000 jeunes Irlandais quittent le pays chaque semaine, rapporte le quotidien “Les Échos”.

Un contexte économique dégradé qui risque d’handicaper longtemps l’Irlande. “Le pays va mettre des années à se remettre des conséquences de l’austérité de ces dernières années”, assure Christophe Blot. Ainsi, la baisse des salaires, la précarité et le chômage font que le niveau d’endettement des ménages atteint actuellement 210 % des revenus disponibles des Irlandais. Le moindre nouvel accroc économique risque de se traduire par des faillites personnelles en cascade.

Surtout, le cas irlandais ne signifie pas que le remède de la troïka pour remettre sur pied les pays européens surendettés fonctionnera à tous les coups. La Grèce et le Portugal sont, ainsi, encore loin de pouvoir s’affranchir de l’aide internationale. “L’Irlande avait des avantages propres, tels qu’une fiscalité incitative pour les grands groupes et un meilleur accès à certains marchés comme les États-Unis, ce qui explique que le pays a mieux supporté la rigueur que le Portugal et la Grèce”, souligne Christophe Blot.

Première publication : 13/12/2013

  • ZONE EURO

    L'Irlande annonce son retrait du plan de sauvetage UE-FMI à la mi-décembre

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Dublin obtient un long répit de la Banque centrale européenne

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Budget 2013 : Dublin poursuit sa cure d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)