Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

L’Irlande s'affranchit de la tutelle de la troïka

© AFP

Vidéo par Enda O’LOONEY , Stephen CARROLL

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/12/2013

L’ex-"Tigre celtique" devient le premier pays ayant bénéficié d’un plan de sauvetage international à pouvoir se passer de l’argent de la troïka. Un moment crucial pour la zone euro, pour lequel l’Irlande a payé un lourd tribut à l’austérité.

L’Irlande y est parvenue. Trois ans après avoir bénéficié d’un plan d’aide internationale de 85 milliards d’euros pour éviter la faillite, l’ancien “Tigre celtique” est sorti dimanche 15 décembre, de la tutelle de la troïka [Banque centrale européenne et FMI].

“Ce n’est pas encore le bout du tunnel, mais un pas significatif dans cette direction”, s’est réjoui Michael Noonan, le ministre irlandais des Finances, lors d’une conférence de presse, vendredi 13 décembre. C’est, en tout cas, un moment crucial pour la zone euro de l’ère post-crise des dettes souveraines. L’Irlande devient, en effet, le premier des quatre pays [avec la Grèce, le Portugal et Chypre] à retrouver le chemin des marchés financiers après avoir bénéficié d’un plan de sauvetage international.

“Ça signifie, en effet, que dorénavant l’Irlande peut de nouveau emprunter sur les marchés pour se financer au lieu de dépendre quasi-exclusivement de l’argent de l’aide internationale”, explique Christophe Blot, économiste spécialiste de la zone euro à l’Observatoire français des conjonctures économiques [OFCE].

Une indépendance retrouvée

Politiquement, c’est aussi une indépendance retrouvée. “La troïka perd son droit de regard sur les décisions du gouvernement irlandais”, confirme Christophe Blot. Un retour à une certaine souveraineté économique dont se réjouissent les Irlandais. “Je vais peut-être créer quelques T-shirts ‘J’ai survécu au plan de sauvetage’ pour fêter ça”, s’amuse sur Twitter Owen Gannon, un internaute irlandais.

Pour la troïka, les performances du "bon élève" irlandais justifient la fin de la tutelle internationale. Dublin a ramené, à grands coups de coupes budgétaires drastiques, son déficit à 8 %, alors qu’il se situait à 30 % en 2010, même si le plan de sauvetage des banques irlandaises représentait près de 20 % de ce montant astronomique. Le système financier, qui menaçait de s’effondrer et de mettre le pays en faillite, a aussi été assaini.

Trois ans d'efforts d'après le ministère irlandais des Finances

Chômage en hausse et croissance en berne

Preuve que l’effort d’austérité a porté ses fruits d’un point de vue financier : le taux d’intérêt auquel Dublin pourra emprunter sur les marchés s’élève à 3,5 %, alors qu’il avait atteint plus de 14 % avant le plan de sauvetage international.

Mais ce retour à une certaine normalité économique ne signifie pas que l’Irlande se porte mieux qu’en 2010. Au contraire : “L’austérité imposée aux Irlandais s’est traduite par une augmentation du chômage [13,6 % en septembre 2013 contre 10 % en 2010, NDLR], une hausse du niveau de pauvreté, une baisse des investissements et une croissance faible après une longue période de récession”, résume Christophe Blot. Preuve supplémentaire que la situation sociale est loin d’être au beau fixe : environ 1 000 jeunes Irlandais quittent le pays chaque semaine, rapporte le quotidien “Les Échos”.

Un contexte économique dégradé qui risque d’handicaper longtemps l’Irlande. “Le pays va mettre des années à se remettre des conséquences de l’austérité de ces dernières années”, assure Christophe Blot. Ainsi, la baisse des salaires, la précarité et le chômage font que le niveau d’endettement des ménages atteint actuellement 210 % des revenus disponibles des Irlandais. Le moindre nouvel accroc économique risque de se traduire par des faillites personnelles en cascade.

Surtout, le cas irlandais ne signifie pas que le remède de la troïka pour remettre sur pied les pays européens surendettés fonctionnera à tous les coups. La Grèce et le Portugal sont, ainsi, encore loin de pouvoir s’affranchir de l’aide internationale. “L’Irlande avait des avantages propres, tels qu’une fiscalité incitative pour les grands groupes et un meilleur accès à certains marchés comme les États-Unis, ce qui explique que le pays a mieux supporté la rigueur que le Portugal et la Grèce”, souligne Christophe Blot.

Première publication : 13/12/2013

  • ZONE EURO

    L'Irlande annonce son retrait du plan de sauvetage UE-FMI à la mi-décembre

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Dublin obtient un long répit de la Banque centrale européenne

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Budget 2013 : Dublin poursuit sa cure d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)