Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

EUROPE

Le puissant clan Ianoukovitch au bord de la fissure

© AFP | Viktor Ianoukovitch lors d'un rassemblement politique en 2004

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 13/12/2013

Un influent homme d’affaires allié du président ukrainien Viktor Ianoukovitch s’est positionné, vendredi, en faveur d’un dialogue avec les manifestants. Une prise de position qui pourrait menacer le tout-puissant clan de l'actuel président.

"Dehors la bande !", scandent les manifestants en Ukraine. Ces slogans s'adressent avant tout au président Viktor Ianoukovitch et à son Premier ministre, Mykola Azarov. Mais ils visent aussi un panel d’oligarques, confortablement installés dans leurs fauteils de députés ou sur leurs richesses. Cependant, au sein de ce clan, constitué des fils Ianoukovitch, d’hommes politiques et de puissants hommes d'affaires, des dissensions commencent à se faire sentir.

Les hostilités ont été ouvertes, vendredi 13 novembre, par Rinat Akhmetov, riche homme d’affaires, longtemps considéré comme l'éminence grise du Parti des régions, le parti majoritaire. "Le fait que des gens pacifiques descendent dans la rue pour des manifestations pacifiques montre que l'Ukraine est un pays libre et démocratique", a-t-il écrit celui, appelant le gouvernement à des négociations rapides.

"Pression au moins aussi puissante que celle de la rue"

Le milliardaire Rinat Akhmetov © AFP

Un message fort, selon Alain Guillemoles, journaliste au quotidien La Croix et spécialiste de l’Ukraine. "Cette pression est considérable, elle est au moins aussi puissante que celle de la rue", estime-t-il. Car si les divergences d’opinion existent au sein du clan au pouvoir, Rinat Akhmetov est une personnalité quasi intouchable, "le seul oligarque à avoir de l'influence sur Viktor Ianoukovitch", estime même Volodymyr Fessenko, chercheur au centre d'analyse Penta, cité par l’AFP.

Cette prise de position n’est pourtant pas si surprenante, Akhmetov ayant la réputation d’être pro-européen. "L’intérêt pour lui c’est de préserver les liens de l’Ukraine avec Bruxelles, car il vend de l’acier en Europe," explique Alain Guillemoles. De plus, sur la chaîne Ukraïna, qu'il possède, la parole est donnée aux manifestants anti-régime,comme sur la chaîne Inter, qui est liée, elle, au magnat de la chimie Dmitri Firtach.

En 2010, alors fraîchement élu à la tête du pays, Viktor Ianoukovitch avait pourtant bien tenté de prendre ses distances avec Rinat Akhmetov. Ce dernier a en effet financé pendant dix ans le Parti des régions du président ukrainien, avant d’être élu au Parlement en 2007 – en guise de renvoi d’ascenseur, glisse-t-on.

Connivences entre business et politique

Le puissant Akhmetov est loin d’être le seul homme d'affaires avec lequel le gouvernement entretient des relations troubles. "Les partis politiques en Ukraine sont financés par des hommes d’affaires. En contrepartie, ils permettent à ces mêmes hommes d’affaires d’être élus au Parlement et d’influer sur la politique économique du pays", détaille Alexandra Goujon, maître de conférences, spécialiste de l’Ukraine et de la Biélorussie.

Rinat Akhmetov, lui-même, a contribué à l’élection de plusieurs députés. L’actuel vice-Premier ministre, Serhi Arbouzov, n’est autre que l’ancien directeur d’une banque appartenant au fils aîné du président, Olexandre Ianoukovitch.

Des connivences largement répandues au sein de cette "mafia", comme le qualifie Olexandra Koujel, député de l’opposition ukrainienne, dans les colonnes du Monde. "Ianoukovitch a toujours été financé et placé sous la coupe d’autres personnes. Puis il a voulu devenir plus riche qu’eux pour ne plus être dépendant et ne plus recevoir d’ordres." En vain.

Première publication : 13/12/2013

  • UKRAINE

    Négociations tendues entre pouvoir et opposition à Kiev

    En savoir plus

  • MANIFESTATIONS PRO-EUROPE

    Ukraine : quatrième semaine de manifestations, Washington menace de sanctions

    En savoir plus

  • MANIFESTATIONS PRO-EUROPE

    Ukraine : les manifestants tiennent bon, la police contrainte de se retirer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)