Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

Le puissant clan Ianoukovitch au bord de la fissure

© AFP | Viktor Ianoukovitch lors d'un rassemblement politique en 2004

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 13/12/2013

Un influent homme d’affaires allié du président ukrainien Viktor Ianoukovitch s’est positionné, vendredi, en faveur d’un dialogue avec les manifestants. Une prise de position qui pourrait menacer le tout-puissant clan de l'actuel président.

"Dehors la bande !", scandent les manifestants en Ukraine. Ces slogans s'adressent avant tout au président Viktor Ianoukovitch et à son Premier ministre, Mykola Azarov. Mais ils visent aussi un panel d’oligarques, confortablement installés dans leurs fauteils de députés ou sur leurs richesses. Cependant, au sein de ce clan, constitué des fils Ianoukovitch, d’hommes politiques et de puissants hommes d'affaires, des dissensions commencent à se faire sentir.

Les hostilités ont été ouvertes, vendredi 13 novembre, par Rinat Akhmetov, riche homme d’affaires, longtemps considéré comme l'éminence grise du Parti des régions, le parti majoritaire. "Le fait que des gens pacifiques descendent dans la rue pour des manifestations pacifiques montre que l'Ukraine est un pays libre et démocratique", a-t-il écrit celui, appelant le gouvernement à des négociations rapides.

"Pression au moins aussi puissante que celle de la rue"

Le milliardaire Rinat Akhmetov © AFP

Un message fort, selon Alain Guillemoles, journaliste au quotidien La Croix et spécialiste de l’Ukraine. "Cette pression est considérable, elle est au moins aussi puissante que celle de la rue", estime-t-il. Car si les divergences d’opinion existent au sein du clan au pouvoir, Rinat Akhmetov est une personnalité quasi intouchable, "le seul oligarque à avoir de l'influence sur Viktor Ianoukovitch", estime même Volodymyr Fessenko, chercheur au centre d'analyse Penta, cité par l’AFP.

Cette prise de position n’est pourtant pas si surprenante, Akhmetov ayant la réputation d’être pro-européen. "L’intérêt pour lui c’est de préserver les liens de l’Ukraine avec Bruxelles, car il vend de l’acier en Europe," explique Alain Guillemoles. De plus, sur la chaîne Ukraïna, qu'il possède, la parole est donnée aux manifestants anti-régime,comme sur la chaîne Inter, qui est liée, elle, au magnat de la chimie Dmitri Firtach.

En 2010, alors fraîchement élu à la tête du pays, Viktor Ianoukovitch avait pourtant bien tenté de prendre ses distances avec Rinat Akhmetov. Ce dernier a en effet financé pendant dix ans le Parti des régions du président ukrainien, avant d’être élu au Parlement en 2007 – en guise de renvoi d’ascenseur, glisse-t-on.

Connivences entre business et politique

Le puissant Akhmetov est loin d’être le seul homme d'affaires avec lequel le gouvernement entretient des relations troubles. "Les partis politiques en Ukraine sont financés par des hommes d’affaires. En contrepartie, ils permettent à ces mêmes hommes d’affaires d’être élus au Parlement et d’influer sur la politique économique du pays", détaille Alexandra Goujon, maître de conférences, spécialiste de l’Ukraine et de la Biélorussie.

Rinat Akhmetov, lui-même, a contribué à l’élection de plusieurs députés. L’actuel vice-Premier ministre, Serhi Arbouzov, n’est autre que l’ancien directeur d’une banque appartenant au fils aîné du président, Olexandre Ianoukovitch.

Des connivences largement répandues au sein de cette "mafia", comme le qualifie Olexandra Koujel, député de l’opposition ukrainienne, dans les colonnes du Monde. "Ianoukovitch a toujours été financé et placé sous la coupe d’autres personnes. Puis il a voulu devenir plus riche qu’eux pour ne plus être dépendant et ne plus recevoir d’ordres." En vain.

Première publication : 13/12/2013

  • UKRAINE

    Négociations tendues entre pouvoir et opposition à Kiev

    En savoir plus

  • MANIFESTATIONS PRO-EUROPE

    Ukraine : quatrième semaine de manifestations, Washington menace de sanctions

    En savoir plus

  • MANIFESTATIONS PRO-EUROPE

    Ukraine : les manifestants tiennent bon, la police contrainte de se retirer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)