Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Mali : second tour des législatives sous tension après l'attentat de Kidal

© Archives AFP

Vidéo par Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/12/2013

Le second tour des législatives, censé parachever le retour à l'ordre constitutionnel au Mali, s'est tenu dimanche dans un climat tendu, au lendemain d'un attentat qui a coûté la vie à deux soldats sénégalais de l'ONU.

Quelque 6,5 millions de Maliens ont été appelés, dimanche 15 décembre, à voter pour le second tour des élections législatives, dernière étape d'un processus électoral qui doit sceller le retour à l'ordre constitutionnel au Mali. Un scrutin qui n'a pas motivé les foules, au regard d’une campagne électorale terne. De l'ouverture des bureaux à 8h00 (locales et GMT) jusqu'à leur fermeture à 18h00, des journalistes de l'AFP ont pu constater une faible affluence à Bamako, confirmée par les observateurs maliens.

"Les gens ne sont pas motivés", selon Badra Traoré, président de l'un de ces bureaux, en raison "du comportement des dirigeants, des autorités de ce pays".

Un premier tour déjà sans enthousiasme

À l'issue du premier tour, le 24 novembre, seuls 19 sièges ont été pourvus sur les 147 que compte l'Assemblée nationale. Le taux de participation y avait été nettement plus faible qu'à la présidentielle, remportée le 11 août par Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

Lors de ce scrutin, l'objectif pour IBK est que son parti, le Rassemblement pour le Mali (RPM), et ses alliés obtiennent une confortable majorité à l'Assemblée nationale. Soumaïla Cissé, candidat malheureux lors de la présidentielle, a lui été élu dès le premier tour dans sa circonscription de Niafunké, près de Tombouctou, et entend devenir le chef de l'opposition parlementaire.

Les forces armées en alerte maximum

Plusieurs centaines d'observateurs nationaux et internationaux ont surveillé le vote, essentiellement dans le sud et le centre du pays, le Nord-Mali étant considéré comme encore trop dangereux pour s'y aventurer.

Craignant un attentat le jour du scrutin, les forces de l'ONU, de la France et du Mali ont quant à elles été mises en état d'alerte maximum. La veille, un attentat perpétré à Kidal, fief des rebelles touareg, a tué deux soldats sénégalais de l'ONU. Dans cette localité, toutefois, il n’y aura pas d’élection, les quatre députés de la ville et de sa région ayant été élus dès le premier tour.

Avec AFP

Première publication : 15/12/2013

  • MALI

    Attentat de Kidal : François Hollande dénonce "un acte odieux"

    En savoir plus

  • MALI

    Le président malien IBK sur FRANCE 24 : "Il n’y aura pas d’autonomie du Nord-Mali"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)