Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Les indicateurs sont au rouge pour François Hollande

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Le livre de Trierweiler, coup de grâce politique pour le président Hollande ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

L'UMP en crise, l'heure de vérité pour Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Nicolas Sarkozy sur l'Europe, une tribune pour la reconquête ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Remaniement : un second souffle pour l'exécutif ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Manuel Valls, chef d'un gouvernement "de combat" ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Municipales : un remaniement en perspective ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce l'installation d'un hôpital militaire en Guinée contre Ebola

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

Moyen-Orient

Le rapt de Razan Zaitouneh, un tournant

© DR | Dessin représentant Razan Zaitouneh, partagé sur les réseaux sociaux

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 17/12/2013

Razan Zaitouneh, opposante syrienne de la première heure, a été enlevée le 10 décembre et les soupçons se portent sur un groupe d'obédience salafiste. Son sort symbolise celui des Syriens pris en étau entre le régime d'Assad et les djihadistes.

Cela fait une semaine que cette icône du soulèvement en Syrie focalise l'attention. Razan Zaitouneh, militante de longue date contre le régime de Bachar al-Assad, a été enlevée le 10 décembre au matin par des hommes armés et masqués, à Douma, une ville sous contrôle rebelle située à l’est de Damas, assiégée par les forces du régime.

De multiples forces rebelles, dont des djihadistes du Front al-Nosra et de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) sont présents dans cette région. Un groupe de l'opposition armée pourrait être derrière cet enlèvement, a déclaré à l'AFP Fares Mohamed, militant au sein des comités locaux de coordination [LCC, réseau national de militants d'opposition]. Il pourrait s'agir de Liwa al-Islam, d'obédience salafiste.

Sur le plateau de FRANCE 24, Imad Houssari, membre du LCC, confirme cela. "Une milice, dont on ignore précisément l’identité, a kidnappé Razan Zaitouneh", a-t-il affirmé. "Douma a été libérée des forces d'Assad depuis très longtemps et était sous le contrôle de la brigade Liwa al-Islam dirigé par Zahran Allouch", explique-t-il. "Le régime d'Assad n’avait pas réussi à mettre la main sur Razan et ses amis quand elle se trouvait à Damas il y a de celle quelques mois, mais là ces gens là [la brigade Liwa al-Islam] l’ont enlevée à Douma", précise-t-il.

Imad Houssari estime ainsi que l’enlèvement de Razan Zaitouneh est emblématique du dilemme des Syriens. "Le peuple syrien est coincé, pris au piège entre le régime de Bachar al-Assad et les djihadistes", observe-t-il amer. "Les djihadistes n’ont jamais porté la voix du peuple. Pour les Syriens, ils sont sur la même ligne que le régime", insiste l'opposant.

Selon les LCC , l'avocate de 36 ans a été enlevée avec son mari, Wael Hamada, et deux collègues.

Razan Zaitouneh a réussi a échapper au régime, mais est enlevé par des rebelles

Nombreux sont ceux au sein de l’opposition qui relèvent ce paradoxe. "Razan est une véritable icône de la révolution, elle est l'une des dernières à porter la flamme originelle du soulèvement", affirme ainsi dans un article du Monde Jaber Zaien, l'un de ses proches, qui siège au sein de la Coalition nationale syrienne (CNS), principale formation d'opposition au régime d'Assad. "Nous sommes très perturbés par le fait qu'elle ait disparu dans une zone aux mains des rebelles, alors que, pendant des mois, quand elle se trouvait à Damas, elle a su échapper à la surveillance du régime", ajoute l’opposant.

Depuis le début du soulèvement en mars 2011, Razan Zaitouneh se cachait en raison de son travail sur les atrocités commises par les forces gouvernementales. L’activiste a reçu en 2011 le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit avec d'autres militants du Printemps arabe.

L’avocate, qui s’était faite la voix des prisonniers politiques, avait déjà fait l’objet de menaces de la part de groupes rebelles. En septembre dernier, des coups de feu ont été tiré près de son bureau, où siège une ONG qui recense les violations des droits de l’Homme en Syrie, de l’un ou de l’autre des camps.

Ces événements surviennent alors que la montée du djihadisme en Syrie inquiète les pays occidentaux. Certains, comme les États-Unis et le Royaume-Uni semblent modifier leur politique et ont d’ores et déjà décidé de cesser d’envoyer de l’aide, pourtant non létale, destinée à l’Armée syrienne libre (ASL). "Le problème, c’est que de nombreuses brigades, dont certaines sont djihadistes, se battent sous le logo de l’ASL ", explique à FRANCE 24 Walid Phares, conseiller auprès du Congrès américain sur le Moyen-Orient.

Première publication : 16/12/2013

  • SYRIE

    Washington et Londres suspendent leur aide "non létale" à la rébellion syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attaque chimique en Syrie : une enquête à charge contre l'administration Obama

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Deux journalistes espagnols kidnappés en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)