Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Révélations croustillantes au procès de "News of the World"

© AFP - Andy Coulson et Rebekah Brooks, deux protagonistes du procès

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 18/12/2013

Le procès du tabloïd britannique "News of the World", pour écoutes illégales, égraine au fil des semaines les anecdotes qui en disent long sur les pratiques du journal… et qui égratignent la famille royale au passage.

"News of the World" a beau avoir publié sa dernière édition en 2011, après 168 ans d’existence, le tabloïd britannique continue d’alimenter la chronique avec des révélations tantôt croustillantes, tantôt fracassantes. Entamé le 28 octobre dernier, le procès de plusieurs responsables du journal pour, entre autres, écoutes téléphoniques illégales, apporte quasi quotidiennement son lot de petites histoires, qui mettent à jour les pratiques douteuses d’une machine à scandale, mais aussi les petites manies de la famille royale britannique.

Voici une sélection des meilleures histoires rendues publiques lors des premières audiences du procès de "News of the World" :

Les noix de cajou de la reine
 
Jeudi 12 décembre, le procureur Andrew Edis se lance dans le compte-rendu de mails échangés entre Andy Coulson, rédacteur en chef de "News of the World", et le journaliste en charge de Buckingham Palace, Clive Goodman. Son objectif : démontrer que le tabloïd a corrompu des fonctionnaires pour obtenir des scoops.
 
La démonstration du procureur a tourné à la blague. L’un des mails détaille la colère de la reine au moment du remariage du prince Charles avec Camilla Parker-Bowls, le 4 avril 2005. L’objet de son courroux : la gourmandise des policiers chargés de la sécurité, qui grignotent allègrement, aux dires de la reine, les amuse-bouches destinés aux invités. La royale irritation est d’autant plus grande que ces agents ont l’odieuse habitude de piocher dans les bocaux, disséminés dans le palais, remplis de noix de cajou, d’amandes et de "bombay mix" [mélange de riz soufflé, de haricots moong, de cacahuètes et de pois épicés], dont la reine est friande.
 
Comment s’en est-elle aperçu ? Elizabeth II n’a jamais surpris un "Bobby" la bouche pleine de cacahuètes ou une main dans un bocal. Mais, suspicieuse, elle a laissé des marques sur les ramequins pour vérifier le niveau des petites friandises.
 
Dans la salle d’audience du tribunal de l’Old Bailey, la cour criminelle centrale du Grand Londres, le public et les journalistes ont piqué un tel fou rire qu’il a fallu interrompre momentanément la séance. D’autant qu’à en croire "The Guardian", l’avarice de la monarque britannique est d’une renommée nationale. 
 
Liaison dangereuse
 
Autre révélation choc lors du procès : la relation amoureuse qu'ont entretenue la flamboyante Rebekah Brooks, ex-directrice générale de News International, et son successeur à la tête de la rédaction de "News of the World", Andy Coulson. Ils avaient tous deux affirmé se connaître à peine et ainsi ne pas être au courant des écoutes illégales pratiquées à tour de bras par la journal dans les années 2000. "Faux", a rétorqué le procureur Andrew Edis, le 31 octobre, en brandissant un mail dans lequel Rebekah Brooks a écrit : "Tu es mon meilleur ami, je te dis tout... je t'aime, je tiens à toi... je ne suis pas sûre d'y arriver sans toi".

Il ne s’agit pas de voyeurisme, assure le procureur. "Mme Brooks et M. Coulson sont accusés de conspiration, et lorsque des personnes sont accusées de conspiration, la première question à laquelle un jury doit répondre est de savoir à quel point ces personnes se connaissaient […] c'est pourquoi on vous en informe", a-t-il expliqué en s'adressant au jury
.

L’arroseur arrosé

Comble de l’ironie, Andy Coulson, qui a fait du piratage de téléphone portable son fonds de commerce, s’est montré bien peu méfiant au sujet de ses propres communications. Il a été enregistré par les enquêteurs britanniques alors qu’il menaçait, au téléphone, un ministre de révéler des informations sur sa vie privée. Ce dernier avait été piégé par des écoutes téléphoniques et des SMS interceptés par la rédaction de "News of the World", qui révélaient une liaison adultère avec une femme mariée et l’existence d’un enfant né de cette liaison.
 
Petites écoutes entre amis

Si l'espionnage de personnalités publiques a été démontré plusieurs fois lors du procès, celui entre journalistes concurrents semble avoir été monnaie courante. Le témoignage d’Ambi Sitham, juriste dans le domaine des médias, en dit long sur les us et coutumes dans le petit monde des tabloïds. La scène qu’elle relate remonte à 2003. Elle était invitée à l’anniversaire d’Andy Coulson, et se trouvait à table entre Rebekah Brooks, alors rédactrice en chef du "Sun", et Piers Morgan, alors rédacteur en chef du "Daily Miror". "Tous les deux étaient très occupés à boucler leurs journaux, peaufiner les unes et les derniers détails de leurs publications respectives, par téléphone, SMS, mails…", raconte Ambi Sitham, citée par "The Guardian".
 
À un moment, Piers Morgan se serait tourné vers Rebekah Brooks et lui aurait lancé : "Je sais déjà quelle est votre une et quels sont vos gros titres : j’ai écouté vos messages". "Avez-vous encore piraté mon téléphone, Piers ?", aurait-elle répondu. La plaisanterie se serait poursuivie sur un ton doux-amer : "Vous avez bien consulté mes mails", aurait rétorqué son interlocuteur.
 
Plus tard dans la soirée, Ambi Sitham a échangé quelques mots avec Rebekah Brooks, qui lui aurait demandé de lui laisser son numéro de téléphone. "Soyez prudente, elle va hacker votre téléphone", lui aurait glissé Piers Morgan.

Cet échange a été fait sur le ton de la plaisanterie, mais comme le souligne le procureur, elle en dit long sur les habitudes douteuses des journalistes de tabloïds. Des habitudes qui, jure-t-on dans le milieu, sont désormais révolues...

Première publication : 17/12/2013

COMMENTAIRE(S)