Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

SPORT

Mondial-2013 : les handballeuses françaises prennent la porte

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 18/12/2013

L’équipe de France féminine de handball est éliminée des championnats du monde. Les Bleues ont été battues, mercredi, par la Pologne (22-21) en quarts de finale à Novi Sad (Serbie). Un gros coup dur pour l’équipe d’Alain Portes.

Novi Sad, ville maudite pour le handball français ? Après le naufrage des Français lors du championnat d’Europe en 2012, ce sont les Bleues qui ont sombré, mercredi 18 décembre, sur les rives du Danube. Les coéquipières de Siraba Dembélé se sont inclinées face à la Pologne en quarts de finale du Mondial (22-21). Une désillusion pour les Françaises, doubles vice-championnes du monde en titre (2009 et 2011).

Favorite, les Bleues n’ont jamais paru en mesure de se qualifier pour le dernier carré de ce mondial. Visiblement crispées, les protégées d’Alain Portes ont déjoué. "Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, a déclaré la gardienne Cléopâtre Darleux au micro de Sport +. On a fait un très mauvais match. On a loupé beaucoup de choses. On est très déçues car on avait beaucoup d’espoir."

Les Bleues ont été rattrapées par la réalité. Leur manque de vécu commun, avec l'arrivée d'un nouveau sélectionneur, Alain Portes, et les retouches apportées à un effectif rajeuni ont fini par avoir raison d'elles. Les coéquipières d’Alison Pineau avaient pourtant bien entamé cette rencontre, avant de connaître un véritable trou d’air en première période n’inscrivant aucun but en 13 minutes ! La Pologne en profitait alors pour creuser l’écart (10-5, 21e). Un sursaut d’orgueil permit toutefois aux Françaises de rejoindre les vestiaires avec un retard de trois buts (11-8)

"On a fait des erreurs de débutantes"

La Pologne, dont le meilleur résultat, depuis 30 ans, était une cinquième place à l'Euro-1998, n’a jamais paniqué dans ce match. Il faut dire que le manque de réalisme des arrières françaises n’incitait pas à la crainte. Pour autant, les Bleues ont eu plusieurs fois l’occasion de recoller au score en seconde période, mais, à chaque fois, de grossières erreurs techniques ont empêché une telle issue. De quoi passablement énerver le technicien français Alain Portes. "À chaque fois que l’on voulait égaliser, on a fait des erreurs de débutantes. La frustration vient de là, elle vient des incompétences techniques !"

La France s’incline donc d’un petit but face à des Polonaises qui filent vers les demi-finales du mondial. Un véritable coup d’arrêt pour les Françaises qui restaient sur six victoires en six matches dans cette compétition.

Pas sûr donc que les propos d’avant-match de la pivot Nina Kanto, qui indiquait qu’une élimination "ne serait pas un pas en arrière, car on ne se voyait pas là avant le début de la compétition", soit toujours d’actualité après cette triste défaite.

Première publication : 18/12/2013

  • HANDBALL

    Les handballeuses françaises s’engagent pour l’Afrique

    En savoir plus

  • HANDBALL

    Handball : nouveau départ pour les Bleues et leur gardienne Cléopâtre Darleux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)