Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Mini-krach boursier pour la monnaie virtuelle Bitcoin

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/12/2013

Le cours de la monnaie virtuelle Bitcoin est en chute libre, il a perdu près de 50 % de sa valeur en 24 heures. En cause, des mesures restrictives récemment prises par les autorités chinoises.

Bitcoin a plongé de près de 50 % mercredi 18 décembre. Un mini-krach initié en Chine, où la principale plateforme d'échanges refuse désormais les dépôts dans cette monnaie virtuelle.

Sur BTC China, la première plateforme mondiale de transactions de la monnaie électronique, le cours du bitcoin est tombé mercredi jusqu'à 2 100 yuans (340 dollars). Cette baisse représente une dégringolade de 46 % par rapport à son plus haut niveau des 24 dernières heures.

Un avertissement posté mercredi sur le site internet de BTC China indiquait que "suite à de nouveaux règlements gouvernementaux, (la plateforme) va suspendre les dépôts en CNY (yuans)" que les usagers peuvent faire sur leur portefeuille électronique.

La chute du cours du bitcoin
© vip.btcchina.com

Les autorités veulent contrôler le Bitcoin

Depuis le début de la semaine, des informations de presse ont exacerbé la nervosité des usagers chinois, qui représentent le premier marché mondial pour le Bitcoin.

"Si les moyens de déposer des yuans sur les plateformes (d'achat et de vente de bitcoins) disparaissent totalement, tous les échanges en Chine seront invalidés", a indiqué à l'AFP James Gong, spécialiste des devises numériques et membre de la Bitcoin Foundation, basée aux États-Unis. "Pour obtenir ou céder des bitcoins, les Chinois seront forcés de le faire de façon clandestine, ou alors de passer par les marchés à l'étranger."

Début décembre, un avertissement de la Banque centrale chinoise interdisant aux établissements toute transaction en bitcoins avaient déjà fait plonger la monnaie virtuelle, faisant se volatiliser en une heure l'équivalent de 5 milliards de dollars à l'échelle mondiale.

Ce n'est toutefois pas la première fois que l'"e-monnaie" survit à un éclatement de ce que des experts qualifient de bulle spéculative: en avril, le cours du bitcoin s'était effondré de 80% en deux jours, avant de rebondir et de reprendre son envol à un rythme décuplé.

 Avec AFP

Première publication : 18/12/2013

COMMENTAIRE(S)