Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Simple appareil"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le gazoduc "Force de Sibérie" : l'appel de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

SUR LE NET

Les hommages à Michael Brown se multiplient sur Internet

En savoir plus

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici "simple" sous-commissaire ?

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • Le siège du parti de l'ex-président Gbagbo mis à sac

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

EUROPE

Amnistie en vue pour les militants de Greenpeace et des Pussy Riot

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/12/2013

La Douma a adopté mercredi une loi d’amnistie, à l’occasion du 20e anniversaire de la Constitution. Quelque 20 000 prisonniers dont les membres des Pussy Riot et de l'équipage de Greenpeace devraient en bénéficier.

Les Pussy Riot et les membres de Greenpeace bientôt libres ? C’est en tout cas l’espoir des associations de défense des droits de l’Homme après le vote, mercredi 18 décembre, d’une loi d'amnistie - proposée par Vladimir Poutine - pour les 20 ans de la Constitution.

Sur les 700 000 prisonniers que comptent la Russie, quelque 20 000 détenus - dont les Pussy Riot et les membres de l’équipage de Greenpeace - seraient concernés par le texte qui prévoit d'amnistier les personnes condamnées à des peines inférieures à cinq ans de détention. Il devrait surtout bénéficier en priorité aux mineurs, mères d’enfants mineurs, aux femmes enceintes et aux détenus de plus de 60 ans. Selon la presse, l'amnistie pourrait également concerner les participants d’un rassemblement anti-Poutine en mai 2012 qui avaient été inculpés pour des heurts avec la police.

"Libérer sans paperasserie bureaucratique"

Les deux jeunes femmes du groupe contestataire Pussy Riot, Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova – toutes deux mères d’enfants en bas âge - qui purgent une peine de deux ans de détention pour avoir chanté en février 2012 une "prière punk" contre Vladimir Poutine dans la cathédrale de Moscou, devraient donc recouvrer la liberté même si les deux chanteuses devaient de toute façon être libérées en mars prochain.

Les autorités pénitentiaires à Krasnoïarsk et Nijni Novgorod, où sont détenues respectivement Tolokonnikova et Alekhina, ont promis de les libérer "immédiatement, sans paperasserie bureaucratique, probablement demain [jeudi]", a écrit sur Twitter le mari de Tolokonnikova, Piotr Verzilov.

Colère des ONG de défense des droits de l'Homme

Les membres de Greenpeace, détenus eux pour "hooliganisme" devraient eux aussi sortir de prison. Les membres de l'équipage de l'Arctic Sunrise, dont 26 sont étrangers, avaient été arrêtés en septembre après une action contre une plateforme pétrolière dans l'Arctique.

En revanche, Mikhaïl Khodorkovski, l’ancien patron de Ioukos devrait rester derrière les barreaux. Libérable l'an prochain après avoir déjà purgé dix ans de prison pour escroquerie et fraude fiscale, l'ex-magnat du pétrole et critique du Kremlin ne devrait pas bénéficier de cette grâce.

Une décision qui a provoqué la colère des associations. "Cette amnistie n'a rien à voir avec ce que nous avons proposé", a déclaré Lioudmila Alexeeva, la présidente du groupe Helsinki de Moscou, l’une des plus anciennes ONG de défense des droits de l’Homme de Moscou. "Nous avons proposé une large amnistie (...) qui aurait permis de libérer des centaines de milliers de personnes. Nous voulions aussi que tous les prisonniers politiques soient libérés", a-t-elle souligné.

Avec AFP

 

Première publication : 18/12/2013

  • JUSTICE

    Russie : la quasi totalité de l'équipage de Greenpeace libéré sous caution

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Une Pussy Riot envoyée dans un camp en Sibérie

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    La Russie réduit les charges de l'équipage Greenpeace à "hooliganisme"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)