Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

EUROPE

Le pouvoir turc embarrassé par l'arrestation de proches d'Erdogan

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/12/2013

Après l'arrestation à Istanbul d'une cinquantaine de personnes soupçonnées de corruption, dont des proches du pouvoir, cinq chefs de la police ont été démis de leurs fonctions. L'opposition demande la démission du Premier ministre Erdogan.

En réaction à une vaste opération anti-corruption qui a visé, mardi 17 décembre, des proches du gouvernement turc, cinq chefs de la police ont été démis mercredi de leurs fonctions et remplacés, sans autre forme d'explication. Une mesure qui apparaît comme une vengeance de l'État dirigé par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Son vice-Premier ministre a pourtant affirmé que le gouvernement respectait la procédure judiciaire.

Lors du coup de filet organisé mardi à l'aube, plus de cinquante personnes se sont retrouvées en garde à vue dans le cadre de cette affaire, selon le vice-Premier ministre Bülent Arinç. Parmi les interpellés figurent le PDG de la banque publique Halk Bankasi, Süleyman Aslan, des patrons, des hommes d'affaires ou des membres de l'AKP, le parti au pouvoir, dont le maire du très conservateur district stambouliote de Fatih, Mustafa Demir. Les fils des ministres de l'Intérieur Muammer Güler, de l'Economie Zafer Caglayan et de l'Environnement Erdogan Bayraktar ont également été interpellés, achevant de donner un tour très politique au scandale.

Tous sont soupçonnés de corruption active, de fraude ou de blanchiment d'argent dans trois enquêtes différentes ouvertes il y a plusieurs mois par le parquet d'Istanbul.

Guerre entre Erdogan et la confrérie de l'imam Gülen

Selon les détails qui ont filtré, la première enquête vise un homme d'affaires originaire d'Azerbaïdjan, Rezza Zarrab, suspecté d'avoir payé des pots de vin pour cacher certaines transactions, notamment des ventes illégales d'or à l'Iran sous embargo international, via la Halk Bankasi. Les deux autres enquêtes concernent le versement de dessous-de-table à des proches du gouvernement en marge de marchés publics immobiliers.

Ces arrestations ont créé une onde de choc dans le pays, où l'opposition a exigé la démission du gouvernement islamo-conservateur.

D'après des observateurs politiques, cette rafle dans des milieux proches du gouvernement a pour toile de fond une lutte de pouvoir entre le parti de Recep Tayyip Erdogan et une puissante confrérie de l'imam Fethullah Gülen, qui jouit de la réputation d’être aux commandes de la justice et de la police.

La confrérie de Gülen est en guerre contre l'AKP depuis la décision en novembre de fermer les nombreux établissements privés de soutien scolaire, importante source de revenus de la confrérie et devenus une véritable institution parallèle en Turquie.

Avec AFP

Première publication : 18/12/2013

  • ISLAM

    Turquie : des députées se présentent voilées au Parlement

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : le spectre des manifestations de juin ravivé par la mort d’un manifestant

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : les restrictions sur l'alcool entrent en vigueur, malgré les critiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)