Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

EUROPE

Une vidéo d'immigrants humiliés à Lampedusa choque l'Italie

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 18/12/2013

Des hommes et des enfants nus, laissés dans le froid, avant d'être aspergés d'eau. Ces images dégradantes filmées dans le camp de Lampedusa lève le voile sur le sort des réfugiés débarquant sur cette île, porte d'entrée vers l'Europe.

C'est une vidéo qui fait grand bruit en Italie. Diffusé lundi 16 décembre sur la chaîne de télévision RAI2, ce film a été tourné par un réfugié syrien avec son téléphone portable au début du mois de décembre dans le centre d'accueil des migrants à Lampedusa. Les images mettent en scène des hommes et des enfants, qui doivent se déshabiller. Après avoir attendu nus dans le froid, ils sont aspergés au jet d'eau avec des produits désinfectants afin de traiter la galle que certains ont contractée sur la petite île de Méditerrannée.

Dans le reportage, un des migrants surnommé Khalid raconte que les immigrants sont alignés et traités "comme des animaux".

"Camp de concentration"

En regardant ces images humiliantes, toute l'Italie a ouvert les yeux sur le triste sort réservé aux migrants clandestins. De nombreuses personnalités ont fait part de leur indignation. La présidente de la Chambre des députés en Italie, Laura Boldrini, a estimé que "déshabiller des hommes et femmes dehors en plein hiver" n'est pas "digne d'un pays civilisé". Le maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, a lui réagi à la vidéo en comparant le centre à un "camp de concentration". Selon lui, l'Italie devrait "avoir honte" du traitement infligé aux migrants.

De son côté, la Commission européenne a également dénoncé les "traitements épouvantables" infligés aux migrants, tout en menaçant Rome de sanctions. "Nous avons ouvert une enquête sur les traitements épouvantables dans beaucoup de centres de rétention, dont celui de Lampedusa, et nous n'hésiterons pas à lancer une procédure d'infraction", a fait savoir la Commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström, sur son compte Twitter. Le ministère de l'Intérieur italien a, pour sa part, annoncé l'ouverture d'une enquête.

Surpopulation permanente dans les centres d'accueil

Les organisations non gouvernementales sur place en ont également profité pour tirer la sonnette d'alarme sur les conditions de détention des centres à Lampedusa. Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a exhorté l'Italie à agir d'urgence afin d'améliorer les centres de réception pour les personnes qui arrivent par la mer. "La dégradation dans ce centre d'accueil est inacceptable. Des familles entières doivent dormir en plein air, même quand il pleut", souligne le responsable régional du HCR Laurens Jolles.

L'ONG a également demandé au gouvernement d'assurer un transfert plus rapide des migrants et des demandeurs d'asile dans des centres d'accueil mieux équipés en Italie continentale. Le centre de Lampedusa, dont la capacité d'accueil est limitée à 250 personnes, héberge souvent quatre à cinq fois plus de monde. “La surpopulation permente est intolérable et n'est pas sans conséquence sur le traitement des migrants, et ce malgré tous les efforts déployés par le personnel humanitaire sur place", a conclu Laurens Jolles.

Interrogé par le Corriere della Sera, le responsable de la coopérative en charge de la structure d'accueil, Cono Galipo, a lui affirmé que son personnel suivait "les protocoles médicaux en vigueur", fournis par les autorités sanitaires, estimant que la "réalité est différente" que celle montrées sur ces images.

 

Première publication : 18/12/2013

  • UNION EUROPÉENNE

    Naufrage à Lampedusa : la politique migratoire de l'UE pointée du doigt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)