Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Moyen-Orient

Nucléaire iranien : Laurent Fabius sceptique sur un accord final

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/12/2013

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, cité par "The Wall Street Journal", a émis des doutes sur le fait que les Iraniens accepteront d'abandonner définitivement toute capacité à se doter de l'arme nucléaire.

"Il n'est pas certain que les Iraniens accepteront d'abandonner définitivement toute capacité à se doter de l'arme [nucléaire] ou seulement de suspendre le programme nucléaire." Cette déclaration sceptique émane du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, cité dans un article du "The Wall Street Journal" daté du 18 décembre.

Dubitatif, le chef de la diplomatie français se montre pour le moins prudent sur la possibilité de mener jusqu'à leur terme les pourparlers sur le nucléaire iranien, près d’un mois après l'accord intermédiaire du 24 novembre, signé par Téhéran et les grandes puissances à Genève.
 
Discussions à Genève
 
"Nous devons mettre en œuvre honnêtement la première phase" de l'accord de Genève du 24 novembre, a expliqué Laurent Fabius au quotidien américain. Aux termes de cet accord, la République islamique s'était notamment engagée à limiter pendant six mois la production d'uranium faiblement enrichi et à réduire son stock d'uranium enrichi à plus de 20%, facile à transformer en vue d'une utilisation militaire. En échange, il n'y aura pas de nouvelles sanctions contre l'Iran durant cette période de six mois.
 
"Ma préoccupation principale concerne la seconde phase [de l’accord, NDLR]", a ajouté le ministre français."L'enjeu, c'est de s'assurer qu'il n'y ait pas de possibilité" pour les Iraniens d'échapper aux contraintes empêchant de relancer la fabrication de l'arme nucléaire, a-t-il insisté.
 
Cette déclaration intervient au moment même où les discussions pour l'application de l'accord de novembre entre des experts des grandes puissances et de l'Iran reprenaient jeudi à Genève et doivent se poursuivre ce vendredi. Téhéran n’a pas encore réagit à ces propos.
 
Avec AFP

 

Première publication : 19/12/2013

  • Nucléaire iranien

    L'Iran suspend les négociations sur le nucléaire après une décision américaine

    En savoir plus

  • Nucléaire iranien

    Sanctions contre l'Iran : Washington étoffe sa liste noire

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    L'Iran prévoit de geler ses activités nucléaires d'ici quelques semaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)