Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

EUROPE

Cinq chefs de la police démis de leurs fonctions

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/12/2013

Selon le quotidien Hurriyet, cinq chefs de la police turque ont été remerciés jeudi. Une décision qui intervient 48 heures après un raid anti-corruption des forces de l’ordre, qui a vu l’interpellation de plusieurs proches du gouvernement.

Deux jours après un vaste coup de filet dans le cadre d’un plan de lutte contre la corruption, cinq chefs de la police turque ont été démis de leur fonction jeudi 19 décembre, annonce le quotidien Hurriyet.

Certains de ces chefs de la police avaient programmé la série de raids menée mardi à Istanbul, notamment à l’encontre de proches du gouvernement.

Mardi, les forces de l’ordre avaient interpellé 49 personnes à Ankara ainsi qu’à Istanbul. Parmi eux, des fils de ministre et des hommes d’affaires influents soupçonnés notamment de corruption active, de blanchiment d'argent et de fraude dans le cadre d’appels d'offres publics pour la construction de logements sociaux.

Les fils des ministres de l'Intérieur, de l'Économie et de l'Urbanisme, trois membres influents du parti islamo-conservateur de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002, ont notamment été interpellés.

Ces raids ont également visé le PDG de la grande banque publique Halkbankasi, Süleyman Aslan, ainsi que quelques pontes du secteur de la construction immobilière et un maire AKP d'un district d'Istanbul.

Lutte de pouvoir au sommmet de l'État

Selon les analystes politiques, cette série d’événements serait la partie émergée d’une lutte de pouvoir entre le parti gouvernemental du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et une puissante confrérie musulmane, le mouvement Hizmet, autrefois alliés.

En Turquie, la justice et la police sont réputées être contrôlées par la confrérie de l'imam Fethullah Gülen, chef spirituel du mouvement Hizmet, exilé aux États-Unis depuis 1999.

Depuis la décision du gouvernement de fermer les nombreux établissements de soutien scolaire, en novembre dernier, Gülen est entré en guerre ouverte contre l'AKP. Ces centres éducatifs constituent une importante manne pour la confrérie. Ils sont devenus une véritable institution parallèle en Turquie.

Avec AFP

Première publication : 19/12/2013

  • TURQUIE

    Le pouvoir turc embarrassé par l'arrestation de proches d'Erdogan

    En savoir plus

  • ISLAM

    Turquie : des députées se présentent voilées au Parlement

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : le spectre des manifestations de juin ravivé par la mort d’un manifestant

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)