Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

Afrique

Madagascar attend le nom de son prochain président

© AFP | Robinson Jean Louis (à gauche) et Hery Rajaonarimampianina (à droite)

Vidéo par Inès OLHAGARAY , Georges LAEDERICH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/12/2013

Les Malgaches se sont rendus aux urnes dans le calme, vendredi, pour le second tour de la présidentielle. Ils devaient choisir entre Robinson Jean Louis et Hery Rajaonarimampianina. L'enjeu : sortir de la crise et revenir à l'ordre constitutionnel.

Les Malgaches ont voté vendredi 20 décembre pour le second tour de l'élection présidentielle et des législatives qui doivent permettre de sortir la Grande Île de la grave crise dans laquelle elle est plongée depuis le renversement du président Marc Ravalomanana par Andry Rajoelina en 2009.

"Après plus de 4 ans et demi de crise politique et économique, la population ici est fatiguée", explique Bilal Tarabey, le correspondant de FRANCE 24 à Madagascar. "Les gens sont venus voter en nombre, plus nombreux qu’à la même heure au premier tour. Ils sont calmes, sereins et décidés", ajoute-t-il.

En plus de leur président, les 7,9 millions d'électeurs malgaches doivent également désigner 151 députés. Les 20 001 bureaux de vote qui ont ouvert dès 6 heures (3 heures GMT) ferment désormais progressivement leurs portes depuis 17 heures (14 heures GMT). La journée avait été déclarée fériée pour cette double élection, présidentielle et législative.

Premières tendances attendues ce week-end

N’ayant pu se présenter à la présidentielle, la communauté internationale craignant des troubles, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina s'affrontent par candidats interposés : le médecin (et ancien ministre de la Santé) Robinson Jean Louis pour l'un, et le comptable (et ancien ministre des Finances) Hery Rajaonarimampianina pour l'autre.

Le scrutin est pour beaucoup l'indispensable premier pas qui permettra de sortir de la grave crise politique, économique et sociale dans laquelle Madagascar, mise au ban des nations, est plongée depuis l'éviction de Marc Ravalomanana. Plus de neuf habitants sur dix vivent désormais avec moins de deux dollars par jour, selon la Banque mondiale.

Les premières tendances devraient se dessiner ce week-end. Faute de sondages, il est difficile de connaître les véritables aspirations des électeurs, qui ont voté à plus de 50 % pour des candidats issus du camp Rajoelina au premier tour en octobre.

Mais ces derniers n'ont pas tous appelé à voter pour Hery Rajaonarimampianina vendredi, alors que le camp de Marc Ravalomanana - qui vit en exil en Afrique du Sud - s'est rassemblé autour de Robinson Jean Louis, à qui se sont également ralliés quelques transfuges. Les deux partent d'assez loin, Jean Louis et Rajaonarimampianina ayant réuni respectivement 25,16% et 15,85% en octobre.

Leurs partisans ne cessent de répéter qu'ils craignent des fraudes. Ils ont déjà affirmé que des bulletins précochés en faveur d'Hery Rajaonarimampianina avaient été découverts dans le sud du pays.

Comme au premier tour, les forces de l'ordre ont annoncé qu'elles seraient présentes en masse pour éviter tout débordement.

Avec AFP

 

Première publication : 19/12/2013

  • MADAGASCAR

    Présidentielle malgache : les candidats de Ravalomanana et Rajoelina au second tour

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALGACHE

    Reportage à Madagascar où les bulletins de vote sont acheminés par hélicoptère

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    "Madagascar est en train de revivre le duel Ravalomanana - Rajoelina"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)