Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

La procureure de la CPI demande le report du procès Kenyatta

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/12/2013

Fatou Bensouda, la procureure de la CPI en charge du procès du président kényan Uhuru Kenyatta, a demandé un report en raison d’une insuffisance de preuves. Kenyatta est poursuivi pour son rôle présumé dans les violences de 2007-2008.

Jeudi, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) Fatou Bensouda a effectué une demande de report du procès du président kényan Uhuru Kenyatta pour crimes contre l'humanité. Elle a estimé qu’elle n’avait plus suffisamment de preuves, à la suite de la défection de deux témoins.

"Après avoir soigneusement examiné les preuves dont je dispose et l'impact des deux retraits, je suis arrivée à la conclusion qu'actuellement le dossier de M. Kenyatta ne répond pas aux critères élevés en matière de preuves exigés à un procès", explique Fatou Bensouda dans un communiqué.

Le procès du président Kenyatta doit s’ouvrir le 5 février 2014. Il est poursuivi pour son rôle présumé lors des violences post-électorales en 2007-2008. Ces heurts avaient fait plus de 1 000 morts et plus de 600 000 déplacés.

Début décembre, un témoin avait révélé avoir livré un faux témoignage concernant un "événement crucial". Et selon Fatou Bensouda, un autre témoin à charge contre Kenyatta aurait finalement décidé de se retirer.

De multiples reports

"Il est donc nécessaire que je dispose de plus de temps pour obtenir des preuves supplémentaires, et décider si ces preuves permettent à mon bureau de répondre aux exigences en matière de preuves requises lors du procès", explique le document.

"C'est précisément à cause de notre dévouement et notre sens de la responsabilité envers les victimes que j'ai demandé plus de temps aux juges qui président ce cas pour prendre toutes les mesures possibles restantes afin de renforcer le dossier et veiller que justice soit faite à toutes les victimes", poursuit la procureure.

Les procès de M. Kenyatta et de son vice-président William Ruto, tous deux poursuivis pour leurs rôles présumés dans ces violences, ont été retardés à plusieurs reprises, notamment en raison de la rétractation de témoins mais aussi à la suite d’une campagne du Kenya pour reporter leurs procès.

Le procès de M. Ruto a débuté le 10 septembre.

Avec AFP

 

Première publication : 19/12/2013

  • DIPLOMATIE

    Londres accueille le président kenyan malgré son inculpation par la CPI

    En savoir plus

  • KENYA

    Uhuru Kenyatta prend officiellement ses fonctions de président du Kenya

    En savoir plus

  • KENYA

    Raila Odinga dépose un recours contre sa défaite à la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)