Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Nos reporters retournent dans les pays qui ont marqué l’actualité. Comment vit-on dans les villes traumatisées par une guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel ?... Un dimanche sur deux, à 20h40.

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 24/01/2014

Indonésie : Banda Aceh, renaître après le tsunami

© James André / France 24

En Indonésie, Banda Aceh a été la ville la plus touchée par le tsunami du 26 décembre 2004. Neuf ans plus tard, Banda Aceh s’est reconstruite, grâce aux milliards de dollars d’aide humanitaire. La plupart des survivants ont refait leur vie et tentent de se remettre de ce traumatisme. Nos reporters les ont rencontrés.

La première surprise en descendant de l’avion à Banda Aceh est sans doute de découvrir que c’est un endroit magnifique. En roulant vers le centre-ville, nous apercevons des rizières et un relief volcanique recouvert de jungle, dont les pentes se terminent en plage de sable fin dans les eaux turquoises de l’océan Indien.

La ville elle-même est vivante et colorée. Il y a des parcs où flâner, d’innombrables échoppes bordent les rues où circulent des milliers de motos surchargées. Un joyeux chaos où la courtoisie l’emporte sur le code de la route. La gentillesse des habitants d’Aceh transpire dans tous les aspects de la vie. Tout est simple et plaisant. Partout, l’apparition de deux Occidentaux chargés de matériel de télévision suscite une curiosité bienveillante.

La terrible épreuve qu’ils ont surmontée a rendu les Achénais à la fois incroyablement résistants et ouverts d’esprit, mais les cicatrices profondes du traumatisme sont encore bien présentes. La vague tueuse de décembre 2004 a en effet laissé un champ de ruines parsemé de dizaines de milliers de cadavres. Lors des interviews, à chaque évocation du tsunami, l’émotion est palpable, les voix tremblent, les yeux s’embrument… Le souvenir est là, gravé à jamais dans les esprits. Tous ont une histoire insoutenable. Tous, ou presque, ont perdu des êtres chers et vu leur vie basculer en quelques secondes.

Punition divine

Pour autant, à l’image de Banda Aceh, les habitants se sont reconstruits, partout hommes et femmes travaillent, le coeur de la ville est très moderne, avec ses centres commerciaux et ses concessions automobiles. Internet est disponible gratuitement dans tous les cafés, les Achénais aiment dire de leur ville qu'elle est une "cyber city", une ville connectée.

Dans les rues, toutes les femmes sont voilées, mais travaillent et vivent exactement comme les hommes. Le voile est une obligation dans cette ville très pieuse, et tout écart peut être sanctionné par la police de la charia. Pour la plupart des Achénais, le tsunami est une punition divine et la charia, introduite avant la catastrophe en 2002, doit être appliquée.

Si l’imam de la grande mosquée de Banda Aceh espère un jour lapider les couples adultères et amputer les voleurs, il reste tout de même des espaces de liberté. À la plage, par exemple, les femmes ne sont pas obligées de se voiler.

C’est ce que nous explique Reisha Radhiah (photo), 21 ans, employée dans une nouvelle concession automobile qui vend des voitures japonaises, et première surfeuse de Banda Aceh. Elle et sa famille ont été épargnées par la vague, mais leur maison a été balayée. Reisha fait partie de la jeune génération de Banda Aceh, qui garde espoir et optimisme.

Par James ANDRE , Catherine NORRIS TRENT

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/09/2014 Cambodge

Billet Retour à Phnom Penh

De 1975 à 1979, tout un peuple a été contraint aux travaux forcés par ses dirigeants. Massacres, exécutions, persécutions… les Cambodgiens ont vécu le troisième génocide du XXe...

En savoir plus

21/11/2014 Liban

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

Au Liban, le sujet de la guerre civile (1975-1990) reste encore tabou à Beyrouth, 25 ans après la fin du conflit. Nos reporters sont retournés dans la capitale libanaise, à la...

En savoir plus

07/11/2014 Inde

Inde : Bhopal, dans l'ombre de la catastrophe industrielle

Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, l'explosion d'une usine de produits chimiques à Bhopal, dans le nord de l'Inde, provoque la mort de milliers de personnes.

En savoir plus

24/10/2014 Norvège

Norvège : vivre après le massacre d’Utoya

Le 22 juillet 2011, la Norvège est sous le choc : un tireur fou vient d'abattre 69 personnes, et d'en blesser une centaine d'autres, sur la petite île norvégienne d’Utoya, qui...

En savoir plus

10/10/2014 Irlande

Belfast, les "Troubles" en héritage

Quinze ans après la signature d'un accord de paix, la capitale nord-irlandaise a connu une profonde mutation, mais les divisions persistent entre communautés catholique et...

En savoir plus