Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 24/01/2014

Indonésie : Banda Aceh, renaître après le tsunami

© James André / France 24

En Indonésie, Banda Aceh a été la ville la plus touchée par le tsunami du 26 décembre 2004. Neuf ans plus tard, Banda Aceh s’est reconstruite, grâce aux milliards de dollars d’aide humanitaire. La plupart des survivants ont refait leur vie et tentent de se remettre de ce traumatisme. Nos reporters les ont rencontrés.

La première surprise en descendant de l’avion à Banda Aceh est sans doute de découvrir que c’est un endroit magnifique. En roulant vers le centre-ville, nous apercevons des rizières et un relief volcanique recouvert de jungle, dont les pentes se terminent en plage de sable fin dans les eaux turquoises de l’océan Indien.

La ville elle-même est vivante et colorée. Il y a des parcs où flâner, d’innombrables échoppes bordent les rues où circulent des milliers de motos surchargées. Un joyeux chaos où la courtoisie l’emporte sur le code de la route. La gentillesse des habitants d’Aceh transpire dans tous les aspects de la vie. Tout est simple et plaisant. Partout, l’apparition de deux Occidentaux chargés de matériel de télévision suscite une curiosité bienveillante.

La terrible épreuve qu’ils ont surmontée a rendu les Achénais à la fois incroyablement résistants et ouverts d’esprit, mais les cicatrices profondes du traumatisme sont encore bien présentes. La vague tueuse de décembre 2004 a en effet laissé un champ de ruines parsemé de dizaines de milliers de cadavres. Lors des interviews, à chaque évocation du tsunami, l’émotion est palpable, les voix tremblent, les yeux s’embrument… Le souvenir est là, gravé à jamais dans les esprits. Tous ont une histoire insoutenable. Tous, ou presque, ont perdu des êtres chers et vu leur vie basculer en quelques secondes.

Punition divine

Pour autant, à l’image de Banda Aceh, les habitants se sont reconstruits, partout hommes et femmes travaillent, le coeur de la ville est très moderne, avec ses centres commerciaux et ses concessions automobiles. Internet est disponible gratuitement dans tous les cafés, les Achénais aiment dire de leur ville qu'elle est une "cyber city", une ville connectée.

Dans les rues, toutes les femmes sont voilées, mais travaillent et vivent exactement comme les hommes. Le voile est une obligation dans cette ville très pieuse, et tout écart peut être sanctionné par la police de la charia. Pour la plupart des Achénais, le tsunami est une punition divine et la charia, introduite avant la catastrophe en 2002, doit être appliquée.

Si l’imam de la grande mosquée de Banda Aceh espère un jour lapider les couples adultères et amputer les voleurs, il reste tout de même des espaces de liberté. À la plage, par exemple, les femmes ne sont pas obligées de se voiler.

C’est ce que nous explique Reisha Radhiah (photo), 21 ans, employée dans une nouvelle concession automobile qui vend des voitures japonaises, et première surfeuse de Banda Aceh. Elle et sa famille ont été épargnées par la vague, mais leur maison a été balayée. Reisha fait partie de la jeune génération de Banda Aceh, qui garde espoir et optimisme.

Par James ANDRE , Catherine NORRIS TRENT

COMMENTAIRE(S)

Les archives

05/01/2017 Afrique

Soudan du Sud : la peur des massacres au quotidien

Cinq ans après son indépendance, le Soudan du Sud est en proie à la guerre civile. Depuis 2013, l'armée du gouvernement et les troupes rebelles s'affrontent. Plusieurs dizaines...

En savoir plus

16/12/2016 Afrique

RDC : Goma la volcanique, entre résignation et révolte

Près de quinze ans après la grande éruption du volcan Nyiragongo et quatre ans après l’offensive de la rébellion du M23, Goma continue de panser ses plaies. Entre résilience et...

En savoir plus

18/11/2016 Iran

Iran : après le séisme, Bam veut redevenir le joyau touristique d'antan

Nous vous proposons un reportage rare et exclusif. Treize ans après le séisme meurtrier à Bam, dans le sud en Iran, France 24 est retourné sur place pour filmer le retour à la...

En savoir plus

03/11/2016 Italie

Italie : à L’Aquila, la double peine du séisme et de la corruption

Alors que la péninsule italienne est secouée par ses séismes à répétition depuis quelques semaines, France 24 est retourné dans la ville de L'Aquila, meurtrie par un puissant...

En savoir plus

27/10/2016 États-Unis

À Chicago, la population se mobilise pour en finir avec la violence

Alors que le deuxième et dernier mandat de Barack Obama touche à sa fin, notre reporter est retourné à Chicago, fief du premier président noir des États-Unis. Dans cette ville...

En savoir plus