Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Présidentielle: le double 21 avril"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

CAMEROUN ANGLOPHONE: INTERNET RÉTABLI APRÈS 3 MOIS DE COUPURE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le pari de Theresa May : les Britanniques aux urnes pour un Brexit fort

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Orchestre symphonique de Téhéran s'ouvre à Fauré et Berlioz

En savoir plus

Amériques

Le Canada laisse libre cours à la prostitution

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/12/2013

Des mesures interdisant les maisons closes et empêchant aux prostituées de solliciter des clients au Canada ont été invalidées vendredi par la Cour suprême du pays. Ces dispositions portaient atteinte aux droits des prostituées, selon la Cour.

Pas touche aux maisons closes et à la liberté de racoler au Canada. La Cour suprême du pays vient d'invalider, vendredi 20 décembre, des dispositions du code pénal canadien restreignant la prostitution, estimant qu'elles compromettaient la sécurité physique des prostituées et violaient leurs droits constitutionnels.

Ces dispositions, qui empêchaient de vivre de la prostitution, de tenir des maisons closes ou encore de solliciter des clients dans la rue, portent en effet atteinte à des droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés, pierre angulaire de la Constitution, selon la plus haute instance judiciaire du pays.

L'affaire n'est pas de savoir "si la prostitution doit être légale ou non", a écrit la juge en chef de la Cour suprême, Beverly McLachlin, mais de déterminer "si les dispositions adoptées par le législateur fédéral pour encadrer sa pratique résistent au contrôle constitutionnel".

Restrictions "excessives" et "disproportionnées" selon des prostituées

La Cour suprême a ainsi donné raison à trois prostituées ou ex-prostituées, qui soutenaient que ces restrictions compromettaient leur sécurité et les empêchaient de prendre des mesures pour se protéger. Une instance inférieure avait par ailleurs jugé ces mesures "arbitraires, excessives" et "disproportionnées".

Le tribunal a néanmoins suspendu l'application de sa décision pour un an afin de permettre au législateur d'imposer d'autres limites.

Avec AFP

Première publication : 20/12/2013

  • PORTRAITS

    Prostitution : ces femmes qui travaillent aux corps

    En savoir plus

  • INFOGRAPHIE

    Prostitution : en Europe, à chacun sa législation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)