Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une œuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Guerre et paix" : l'épitaphe de la Toile pour Shimon Peres

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colombie : le chef des Farc demande pardon aux victimes du conflit

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Biomimétisme : quand la technologie s'inspire de la nature

En savoir plus

Afrique

Centrafrique : "Les machettes, je ne m'en sers que pour assurer ma sécurité"

© FRANCE 24 | Les troupes françaises patrouillent dans Bangui

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/12/2013

L'armée française poursuit ses opérations de désarmement près de Bangui. Reportage dans une zone difficile d'accès, où les soldats tricolores ne retirent pas toujours leurs armes aux ex-Séléka qui craignent des représailles.

Des blindés français se sont déployés, jeudi 19 décembre, dans un quartier musulman de Bangui, où est établi un groupe de l'ex-Séléka. "Faites un tour des fondations pour voir s'il n'y a pas de munitions cachées", lance un soldat français.

Le gradé s'approche d'un petit groupe de villageois. "Faut pas attendre les gens au coin de la rue avec ça", lance-t-il à un homme portant une balaka à la main. "Je reste là tant que je n'ai pas le nunchaku et les deux machettes, prévient-il. Ce genre d'armes sert pour le travail aux champs, et non à découper les gens." "Je ne m'en sers que pour assurer ma sécurité", rétorque le villageois.

"Conjuguer le règlement avec un peu de bon sens"

Les soldats français repartent en leur laissant leurs armes blanches. Dans ce quartier éloigné, désarmer le groupe pourrait exposer ses hommes à des représailles immédiates. "C'est toute la difficulté de cette mission, commente le gradé. C'est de conjuguer les règlements avec un peu de bon sens."

Le meilleur moyen de sécuriser cette zone difficile d'accès consiste à "leur donner les moyens de faire tampon le temps qu'on intervienne", explique le militaire. Avant de nuancer : "En revanche, dès qu'on s'approche des axes principaux, on ratisse toutes les armes qu'on voit, quelle que soit l'obédience de la personne".

"La situation reste tendue à Bangui"

Première publication : 20/12/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Un millier de morts dans les violences en Centrafrique, selon Amnesty

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    En patrouille avec les fidèles de Bozizé

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    "Dans notre quartier de Bangui, musulmans et chrétiens s’entraident"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)