Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Moyen-Orient

Mandela a été entraîné par le Mossad dans les années 60

© AFP - Peres et Mandela en 2002.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/12/2013

Une semaine après les obsèques de Nelson Mandela, le quotidien israélien "Haaretz" révèle que ce dernier a été formé en 1962 au maniement des armes et au sabotage par le Mossad, le service de renseignement de l’État hébreu.

L'ancien président sud-africain et prix Nobel de la paix Nelson Mandela, décédé le 5 décembre dernier, a été formé en 1962 au maniement des armes et au sabotage par le Mossad, le service de renseignement israélien. Et ce quelques mois avant son retour et son arrestation en Afrique du Sud.

Cette information longtemps classée "Top secret" par l’État hébreu, est révélée, vendredi 20 décembre, par le quotidien israélien "Haaretz", qui a eu accès à un document déclassifié par les archives d'État israéliennes.
 
Le document en question est une lettre datée du 11 octobre 1962, adressée par le Mossad au ministère des Affaires étrangères israélien. Celle-ci indique que celui qui allait devenir le héros de la lutte anti-apartheid a reçu une formation militaire en Éthiopie dispensée par des agents du Mossad. Cette année-là, Nelson Mandela est un fugitif qui vient de fuir son pays pour échapper à la prison et qui parcourt l’Afrique en quête de soutiens financiers et militaires pour la branche armée du Congrès national africain, alors clandestin. Il visite plusieurs pays africains, dont l'Éthiopie, l'Algérie, l'Égypte et le Ghana, dans le but de plaider sa cause.
 
Selon Haaretz, la lettre est intitulée "The Black Pimpernel", à l’instar du surnom donné à Nelson Mandela à l’époque, en référence au Mouron rouge. Ce héros de la romancière britannique Emma Orczy, qui a sauvé de nombreux aristocrates français de la guillotine durant la Révolution française, inspirera plus tard le personnage de Zorro.
 
"Comme vous le savez, il y a trois mois, nous avons discuté du cas d'un élement qui est arrivé à l'ambassade [d’Israël] en Éthiopie sous le nom de David Mobsari venu de Rhodésie [le Zimbabwe actuel, NDLR] ", est-il précisé dans la lettre. "Le précité a été entraîné par les Éthiopiens [selon le Haaretz, il s’agit d’un nom de code pour désigner le personnel de l'ambassade israélienne, et plus certainement des agents du Mossad, NDLR] au judo, et à des méthodes de sabotage et au maniement des armes", est-il encore mentionné.
 
Mandela a-t-il dupé le Mossad?
 
Le document révèle toutefois que les agents formateurs ignoraient la véritable identité de celui qui allait devenir le premier président noir d’Afrique du Sud. Selon la lettre révélée par "Haaretz", ce n'est qu'en se basant sur des photographies, après l'arrestation de Mandela, que les agents découvrent que "David Mobsari" et Nelson Mandela sont "la seule et même personne".
 
Il est également indiqué que Nelson Mandela "a montré un intérêt pour les méthodes de la Haganah [une organisation sioniste clandestine créée en 1920 en Palestine, NDLR]". L’auteur de la lettre le décrit  comme un intellectuel familier des problèmes de la communauté juive et d’Israël. "Le personnel a essayé d’en faire un sioniste", précise-t-il. "Lors de conversations avec nous, il a exprimé une vision du monde socialiste et donnait parfois le sentiment qu'il penchait vers le communisme".
 
Selon "Haaretz", cette lettre conservée précieusement pendant plusieurs décennies dans les archives de l'État d'Israël a été découverte il y a quelques années par David Fachler, un chercheur israélien qui étudiait des documents sur les relations entre l'Afrique du Sud et Israël. Interrogé par le journal israélien, il a déclaré que "si on avait découvert en Afrique du Sud que Mandela avait été aidé par Israël, cela aurait pu mettre en danger la communauté juive vivant là-bas".
 
Ironie de l’histoire, Neslon Mandela a toujours été perçu comme un héros par les Palestiniens, alors qu’Israël était parmi les pays qui ont longtemps soutenu le régime d’apartheid. À la cérémonie d'hommage à Mandela, les dirigeants de l’Etat hébreu ont brillé par leur absence quand, de son côté, le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait décrété un jour de deuil officiel et la mise en berne des drapeaux.

 

Première publication : 20/12/2013

  • REPORTAGE

    "En fait, Mandela est juste un homme"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Des milliers de Sud-Africains disent une dernière fois adieu à Mandela

    En savoir plus

  • MORT DE NELSON MANDELA

    Quand le FLN algérien assurait la formation militaire de Mandela

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)