Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

SPORT

Vainqueur du Raja, le Bayern Munich s'offre le Mondial des clubs 2013

© AFP

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 22/12/2013

À Marrakech, le Raja Casablanca n’a pas démérité mais s’est incliné face au Bayern Munich (2-0) en finale du Mondial des clubs 2013. Un nouveau titre pour les Allemands, qui assoient un peu plus leur domination sur le football mondial.

Poussé par un stade de Marrakech en effervescence, le Raja Casablanca rêvait de renverser le grand Bayern Munich en finale du Mondial des clubs. Mais face au champion d'Allemagne, les Marocains, héroïques en demi-finale face à l’Atlético Mineiro de Ronaldinho (3-1), n’ont jamais semblé en mesure de l’emporter.

Le Bayern de Guardiola présentait pour l’occasion son meilleur visage, puisque seuls Arjen Robben, touché au genou droit, et Bastian Schweinsteiger, opéré de la cheville droite en novembre, manquaient à l’appel.

Face à cette équipe de gala, le coach du Raja, Faouzi Benzarti, avait décidé de reconduire les onze joueurs qu’il avait déjà alignés face à l’Atlético Mineiro. Émoussés ou tout simplement surclassés, les joueurs de Casablanca ont peiné en première mi-temps, encaissant deux buts avant de relever la tête en seconde période.

Un premier acte 100 % munichois

D’entrée de jeu, le Bayern a posé le pied sur le ballon et, dès la 7e minute, a concrétisé sa supériorité. Sur une remise de la tête de Boateng dans l’axe, Dante, étrangement seul au point de pénalty, parvenait à se retourner et trouvait les filets d’une frappe limpide du pied gauche.

Au quart d’heure de jeu, le Bayern comptait 80 % de possession de balle. Une suprématie statistique qui allait à nouveau trouver écho au tableau d’affichage. À la 22e minute, un crochet d’Alaba, lancé côté gauche par Ribéry, permettait au latéral munichois de passer le ballon en retrait en direction de Thiago Alcantara. Le jeune Espagnol faisait parler sa lourde frappe de balle et doublait la mise d’un puissant plat du pied droit.

C’est finalement une fois à l’abri que le Bayern aurait pu laisser revenir le Raja. Transparents jusqu’alors, les Marocains se voyaient offrir une superbe opportunité de réduire la marque à la 38e minute.

Sur un dégagement totalement manqué de Manuel Neuer, Chtibi récupérait le ballon dans l’axe à une trentaine de mètres. Mais sa frappe, décochée alors que le portier allemand courait vers sa ligne de but, fuyait le cadre de quelques centimètres.

Le renouveau du Raja

À la reprise, le Bayern se montrait plus brouillon, malgré quelques fulgurances (Tiago, 53e ou Shaqiri, 62e). Mais c’est finalement le Raja qui allait se montrer le plus dangereux, porté par un El Hachimi inspiré. C’est d’ailleurs de lui que venait l’une des plus belles opportunités pour le Raja, à la 57e minute. Sur un centre d’El Hachimi, Iajour reprenait le ballon de la tête mais Neuer parvenait à capter le ballon.

Une alerte qui n’aura finalement pas suffi pour enflammer les débats. Malgré l’appui du public, le Raja n’a jamais réussi à recoller au score, malgré une ultime opportunité de Moutouali à la 83e minute. Le capitaine du Raja, seul dans l’axe à l’entrée de la surface, voyait sa reprise s’envoler dans les tribunes du stade de Marrakech.

En toute fin de match, c’était au tour de Kachani de se distinguer. Lancé dans l’axe, sa frappe était finalement captée par un Neuer vigilant (89e).

Une ultime occasion qui n’empêchait pas le Bayern de terminer sereinement la partie et de s’offrir un nouveau titre en 2013.

Avec ce succès en Coupe du monde des clubs, Guardiola remporte son second trophée avec le Bayern après la Supercoupe d’Europe arrachée face à Chelsea l’été dernier (2-2, 5-4 t.à.b).

Pour le Raja, qui n’a pas démérité notamment en seconde période, cette défaite honorable met en lumière l’évolution du niveau du football continental africain, déjà présent il y a quatre ans en finale avec l’épopée du club congolais du Tout-Puissant Mazembe, battu à l’époque au même stade par l’Inter Milan (3-0).

Première publication : 21/12/2013

  • FOOTBALL

    Mondial des clubs : qualifié pour la finale, le Raja Casablanca veut encore rêver

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le Raja Casablanca invité surprise de la finale du Mondial des clubs

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le Bayern se qualifie pour la finale de la Coupe du monde des clubs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)