Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Angela Merkel à Kiev pour arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

Afrique

Le parti présidentiel décroche la majorité absolue à l’Assemblée mauritanienne

© AFP | Mohamed Ould Abdel Aziz, le président mauritanien, à droite

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/12/2013

L’Union pour la République (UPR), le parti au pouvoir en Mauritanie, a obtenu la majorité absolue à l’Assemblée nationale, alors que plusieurs partis d'opposition ont boycotté ces élections. L’UPR a également remporté les municipales.

Dès la mi-novembre, les premières tendances avaient placé le parti présidentiel UPR largement en tête des législatives mauritaniennes. Les résultats officiels, publiés  dimanche 22 décembre, confirment sans surprise les estimations. Le taux de participation, qui était de plus de 75% au premier tour, le 2 novembre, était de "plus de 72%" au second, selon la Commission électorale.

L'Union pour la République a remporté 74 sièges sur les 147 que compte l'Assemblée nationale. Une majorité absolue obtenue sur le fil, mais la coalition dont elle fait partie a obtenu un total de 108 sièges de députés. L’UPR a également très largement assis son pouvoir au niveau municipal. Les candidats du parti présidentiel ont remporté la victoire dans 154 communes sur les 218 que compte le pays.

"Aucune solution à la crise politique"

En face, l’opposition n’est parvenue à arracher que 37 sièges, dont 16 pour les islamistes de Tawassoul, qui devient ainsi le deuxième parti du pays. Le scrutin a été boycotté par dix partis d'opposition rassemblés au sein de la Coalition de l'opposition démocratique (COD), qui dénonce son organisation "unilatérale" par le parti du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Ce dernier a mené en 2008 un putsch militaire contre l'ancien chef de l'État, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, accusé d'incompétence face aux problèmes économiques du pays. Il s'agissait du premier scrutin parlementaire depuis son coup de
force et son élection à la présidence en 2009.

Ces élections "n'apporteront aucune solution à la crise" politique en Mauritanie, à cause des "énormes irrégularités qui les ont marqués" et du boycott d'une partie de l'opposition, a déclaré dimanche à la presse le président de Tewassoul, Jemil Ould Mansour. Fort de ses résultats, il a appelé dimanche à un "dialogue urgent" pour résoudre la crise politique.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 22/12/2013

  • MAURITANIE

    Élections en Mauritanie : le taux de participation a dépassé les 50 %

    En savoir plus

  • MALI

    Isolés en Mauritanie, 74 000 réfugiés maliens sont en situation critique

    En savoir plus

  • MAURITANIE

    Le président mauritanien de retour à Nouakchott après 40 jours de soins en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)