Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

McDo en Russie : scandale sanitaire ou pression politique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance c'est la confiance"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt va-t-en-guerre

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

Culture

La photographie de VuThéara Kham : du smartphone aux galeries d'art

© VuThéara Kham

Texte par Farah BOUCHERAK

Dernière modification : 13/01/2014

C'est l'une des stars françaises sur Instagram. VuThéara Kham expose pour la première fois à Paris ses photographies en grand format à la galerie Joseph, dans le cadre de l'exposition "Art Loves You". Rencontre avec l'artiste.

Avant l'iPhone, VuThéara Kham ne connaissait pas grand-chose à la photographie. Pourtant, en deux ans, ce graphiste de trente ans est devenu l'un des Français les plus suivis sur le réseau de partages de photos en ligne Instagram. L'an dernier, les éditions de La Martinière ont publié un recueil de ses photographies intitulé "Point of Vuth". On y retrouve notamment ses instantanés d'un Paris "cliché" rêvé des touristes, mais pas seulement. À l'occasion de l'exposition "Art loves you" organisée par la Galerie Joseph à Paris, et réunissant une dizaine d'artistes, VuThéara dévoile pour la première fois en grand format ses photos d'architecture et de street art prises avec son smartphone dans la capitale.

Vous avez plus de 450 000 abonnés sur Instagram. Vous attendiez-vous à un tel succès ?

Pas vraiment, mais pour ma part ce ne sont que des chiffres. La plupart des gens se focalisent sur le trafic, la visibilité, mais il y a quand même un travail derrière, si je suis arrivé à un tel chiffre c'est qu'il y avait une certaine maturité et cohérence dans mon travail.
J'ai acheté mon premier iPhone d'occasion pour 100 euros... C'était en 2010. J'écoutais beaucoup de musique et je voulais un téléphone surtout pour appeler et faire baladeur. Et puis après, par jeu, j'ai commencé à partager mes photos via les réseaux sociaux comme un journal intime...Des photos du Paris des amoureux, d'architecture, de skate, de street art, tout ce qui pouvait me toucher. Instagram est venu à partir de février 2011, aux débuts de l'application. Les personnes qui démarrent aujourd'hui sur Instagram sont venus un peu "après la guerre", donc s'ils veulent vraiment être visibles, c'est devenu beaucoup plus difficile.

Vous attendiez-vous à voir un jour vos photos exposées dans une galerie ?

J'ai eu beaucoup de chance et fait de belles rencontres. J'ai exposé à New York, Berlin, via par exemple des concours de photographie mobile. En gagnant en visibilité sur Internet, j'ai attiré l'attention d'une maison d'édition qui m'a contacté pour faire un recueil de mes photos...Une opportunité incroyable. Je ne cherche pas du tout  la notoriété, je veux avant tout m'amuser.

Vos photos sont sur Instagram et en même temps vendues dans les galeries. C'est un peu paradoxal, non ?

Quand on partage nos photos sur Instagram, on joue la règle du jeu. Nos photos peuvent être copiées, imprimées, etc. Les photos exposées à la galerie sont exploitées via le fichier brut de l'iPhone, c'est-à-dire des fichiers originaux tandis que ceux partagés sont compressés, filtrées, retaillées, etc.. Seul l'auteur de la photo possède ces fichiers et peut les retravailler.

Ne souhaitez-vous pas utiliser un "vrai" appareil photo ?

J'ai acheté récemment un reflex pour un guide touristique commandé par la ville de Paris. Je trouve incroyable de passer de l'iPhone à un appareil photo. J'ai beaucoup de chance... La photographie c'était pas vraiment mon don, je suis webdesigner à la base et maintenant la photographie devient une passion... ça m'amuse, je suis curieux et j'ai toujours envie d'apprendre. J'essaie d'avoir carte blanche sur ce que je veux faire. Mais j'ai encore envie de travailler avec mon iPhone.


Exposition "Art Loves You"

Galerie Joseph

116 rue de Turenne - 75003 Paris

Première publication : 22/12/2013

COMMENTAIRE(S)