Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-Orient

La mort d’un jeune photographe en Syrie embarrasse Reuters

© facebook.com/molhem.barakat | Molhem Barakat a publié cette photo de profil le 11 décembre

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 23/12/2013

Molhem Barakat, un jeune photographe syrien, est décédé le 20 décembre alors qu’il couvrait des combats à Alep. Il vendait régulièrement ses clichés à l'agence de presse Reuters qui reste silencieuse sur les circonstances de sa mort.

Comment est-il mort ? Quel âge avait-il vraiment ? Était-il entraîné à couvrir les zones de guerres ? D’où provenait son matériel ? Depuis la mort, vendredi 20 décembre, du jeune photographe syrien Molhem Barakat, les questions s’accumulent, alors que les médias ont de plus en plus recours aux services de ceux que l'on appelle les journalistes-citoyens, ces lambdas qui s'improvisent souvent reporters de guerre.

Basé à Alep, Molhem Barakat avait été repéré au début de la contestation syrienne en photographiant des manifestations avec son téléphone portable. Depuis le mois de mai, il s’était équipé et collaborait très régulièrement avec l’agence Reuters en tant que freelance. Ses photos ont fait le tour du monde et ont été diffusées dans de nombreux titres de presse parmi les plus prestigieux.

Sa mort a été annoncée en premier, dans la nuit de vendredi à samedi, sur Twitter par des activistes affirmant qu’il n’avait que 17 ans. Un cliché de son appareil photo maculé de sang a fait le tour des réseaux sociaux.

L’agence Reuters très peu bavarde

Il a fallu attendre le lendemain pour que Reuters confirme l’information via une dépêche très succincte qui n'a fait aucune mention de l’âge de Molhem Barakat : “Un photographe syrien indépendant travaillant pour Reuters a été tué lors d'un reportage sur les combats à Alep, apprend-on auprès de l'opposition. Molhem Barakat est mort vendredi alors qu'il prenait des photos d'une bataille autour d'un hôpital entre les rebelles et les forces loyales au président Bachar al-Assad”, indique seulement Reuters.

L’Agence France Presse (AFP), qui fournit plus de détails sur les circonstances du drame, affirme, de son côté, que le jeune garçon était âgé de 18 ans. Mohamed al-Khatib, un citoyen-journaliste basé à Alep et ami de Molhem Barakat, leur a uniquement confirmé qu’il était “très jeune”. "Lui et son frère sont morts en même temps dans la bataille [de l’hôpital] d'al-Kindi. Leurs parents n'avaient pas d'autres enfants", a également précisé Mohamed al-Khatib à l’AFP. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 20 soldats et six rebelles ont été tués dans ces affrontements.

Malgré les nombreuses sollicitations des médias internationaux, Reuters a choisi de ne pas communiquer sur cette affaire. Stuart Hughes, journaliste spécialiste des questions internationales à la BBC, a toutefois obtenu une maigre réponse : “Nous sommes profondément tristes de la mort de Molhem Barakat, qui a vendu des photos à Reuters en tant que freelance. Afin de protéger au mieux les nombreux journalistes sur le terrain, nous pensons qu’il est inapproprié de commenter davantage pour le moment”, explique l'agence basée à Londres.

Une politique de l’autruche qui passe mal auprès de certains professionnels des médias, à l’instar de Corey Pein, un journaliste d’investigation et blogueur américain. “Ce n’est pas parce que Reuters qualifie Molhem de freelance qu’il était freelance au regard de la loi. Et qu’il l’ait été ou pas, d’un point de vue légal, l’agence a la responsabilité de s’assurer qu’il était préparé aux activités qu’on l’encourageait à poursuivre”, écrit-il, sur son site.

Preuve relative de son engagement envers Reuters, Molhem Barakat avait indiqué sur sa page Facebook qu’il travaillait pour l’agence, se considérant comme un employé.

Capture d'écran de la section "carrière" sur la page Facebook de Molhem Barakat.

Reporters de guerre ou journaliste-citoyen ?

Sans vouloir accabler Reuters outre mesure, Stuart Hughes et Corey Pein souhaitent avant tout ouvrir le débat sur les conditions de travail et d’encadrement des reporters de guerre. “Je sais que dans les zones de conflits la situation est floue. Si Molhem n’avait pas pris de photos, il aurait sûrement choisi de prendre les armes. L’équipe de Reuters en Syrie a certainement pensé qu’elle lui faisait une faveur, et d’une certaine manière je suis persuadé que c’était le cas. Mais ça ne leur donne pas le droit de balayer d’un revers de main les questions quant aux circonstances de sa mort”, poursuit Corey Pein, toujours sur son blog.

D’autant plus que Reuters applique des directives et une politique d’encadrement strict pour les reporters qui sont amenés à travailler en zone à risques. “La sécurité de nos journalistes, qu’ils soient employés ou freelance, est primordiale. Aucune image ni  article ne vaut une vie sacrifiée [...] Vous ne pouvez évoluer dans des zones dangereuses qu’avec l’autorisation de votre supérieur [...] Les missions sont limitées à ceux qui ont l’expérience de ce genre de situation. Aucun journaliste ne peut être envoyé en mission sans avoir préalablement suivi notre cours d’entraînement sur les environnements hostiles”, stipule le règlement de l’agence publié sur son site internet.

Devant un nombre croissant d’agressions et d’enlèvements des journalistes, les rédactions du monde entier prennent de moins en moins le risque d’envoyer leurs reporters dans les zones difficiles. Moins expérimentés, sans protection, ce sont bien souvent les journalistes-citoyens, comme Molhem Barakat, qui rapportent l’information au péril de leur vie. En 2013, selon Reporters sans frontières, 37 d’entre eux ont été tués, la plupart en Syrie.

Première publication : 23/12/2013

  • SYRIE

    Le pilonnage intensif d'Alep fait plusieurs dizaines de morts

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour Damas, rien n'empêche Assad de se représenter à la présidence

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Des armes turques en Syrie pour "la chasse"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)