Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Vidéo : en Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

Afrique

En Centrafrique, un triste Noël pour les chrétiens de Bangui

© FRANCE 24

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Roméo LANGLOIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/12/2013

Malgré les violences quotidiennes à Bangui, les Centrafricains tentent de célébrer Noël. Mais cette année, le cœur n'est pas à la fête: l’archevêché s'est transformé en camp de réfugiés et l'achat de cadeaux est réservé aux plus riches.

C'est une triste messe de Noël qui a été célébrée, mardi 24 décembre, en l'église Saint-Paul de Bangui. Les fidèles chrétiens réunis en cette veille de fête étaient tous des déplacés ayant fui les violences dans leur quartier entre les milices anti-balaka et les pro-Séléka, favorables au président autoproclamé Michel Djotodia.

Depuis près d'un mois, quelque 3 000 personnes vivent à l'archevêché, abritées sous des tentes. Des soldats de l'Union africaine veillent sur eux. "Nous ne sommes pas à la maison parce que si les membres de la Séléka nous trouvent chez nous, ils vont nous tuer", témoigne un enfant.

Très vite, le camp de déplacés s'est transformé en village. Dès que les violences diminuent, certains en profitent pour aller en ville et revenir vendre leur marchandise aux réfugiés qui peuvent même trouver des cadeaux de Noël. Des objets pourtant difficiles d'accès pour certains, qui ont tout perdu. "C'est très cher, se désole une habitante du camp. Si on paye pour cela, on ne peut plus s'acheter à manger."

Le seul magasin de jouets pris d'assaut

Dans un quartier du centre-ville de Bangui, c'est une toute autre ambiance. Le seul magasin de jouets de la capitale, tenu par des Libanais, est en effet pris d'assaut par les habitants. "Tout le monde demande des réductions, raconte le gérant de la boutique. J’ai cassé les prix pour que tous puissent acheter des jouets."

Malgré les fêtes de fin d'année, à Bangui les violences restent quotidiennes. Plus de 200 000 civils ont fui leur maison mais beaucoup veulent célébrer Noël, malgré tout, en attendant des jours meilleurs.

Première publication : 25/12/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Nouvelle manifestation anti-française à Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Des milliers de musulmans pro-Séléka protestent contre l'armée française

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Centrafrique : "Les machettes, je ne m'en sers que pour assurer ma sécurité"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)