Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

EUROPE

En Turquie, le scandale de corruption fait vaciller le pouvoir

© AFP

Vidéo par Maud ROUBEAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/12/2013

Après le ministre de l'Intérieur et celui de l'Économie, le ministre turc de l'Environnement a démissionné mercredi et lancé un appel au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, frappé de plein fouet par un scandale financier, à faire de même.

Trois démissions en une seule matinée. Le ministre turc de l’Environnement, Erdogan Bayraktar, a annoncé, mercredi 25 décembre, sa démission quelques heures après celle de ses collègues de l'Économie, Zafer Caglayan, et de l’Intérieur, Muammer Guler. "Je démissionne de mon poste de ministre et de député," a indiqué le ministre de l’Environnement à la chaîne d'information NTV, invitant le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan à faire de même.  

Les démissions de ces trois ministres interviennent alors que Recep Tayyip Erdogan s'apprête dans les jours prochains à remanier son équipe gouvernementale, frappé de plein fouet par un scandale politico-financier. En effet, les fils de ses ministres de l'Intérieur et de l'Économie ainsi que le PDG d'une importante banque publique, Halkbank, ont été inculpés et placés en détention préventive avec 24 autres suspects pour malversations, fraude et blanchiment d'argent notamment. Le fils du ministre de l'Environnement a, lui, été relâché après avoir été brièvement détenu. Ce scandale financier est un comble pour l'AKP, qui s'était érigé comme le héros de la lutte anti-corruption dans le pays.

Un "complot" pour Erdogan


Le journal "Hürriyet" avait affirmé lundi que Recep Tayyip Erdogan, dont on s'attendait déjà à ce qu'il modifie la composition de son gouvernement dans la perspective des élections municipales du 30 mars, pourrait remplacer dix de ses ministres d'ici fin décembre.

De son côté, le président Abdullah Gül a souligné "que s'il y a une corruption, elle ne peut être étouffée". Les ministres incriminés et Recep Tayyip Erdogan, confronté à son plus grand défi depuis son arrivée au pouvoir, ont évoqué la thèse d'un "complot" émanant de la confrérie du prédicateur musulman Fetullah Gülen qui était jadis son alliée, visant à déstabiliser le gouvernement à quatre mois des municipales cruciales pour le Premier ministre. Elles sont en effet censées lui servir de tremplin pour l'élection présidentielle du mois d'août suivant.

Avec AFP

Première publication : 25/12/2013

  • TURQUIE

    Deux fils de ministres proches d'Erdogan inculpés pour corruption

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Cinq chefs de la police démis de leurs fonctions

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le pouvoir turc embarrassé par l'arrestation de proches d'Erdogan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)