Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • En images : près de 280 disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

EUROPE

En Turquie, le scandale de corruption fait vaciller le pouvoir

© AFP

Vidéo par Maud ROUBEAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/12/2013

Après le ministre de l'Intérieur et celui de l'Économie, le ministre turc de l'Environnement a démissionné mercredi et lancé un appel au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, frappé de plein fouet par un scandale financier, à faire de même.

Trois démissions en une seule matinée. Le ministre turc de l’Environnement, Erdogan Bayraktar, a annoncé, mercredi 25 décembre, sa démission quelques heures après celle de ses collègues de l'Économie, Zafer Caglayan, et de l’Intérieur, Muammer Guler. "Je démissionne de mon poste de ministre et de député," a indiqué le ministre de l’Environnement à la chaîne d'information NTV, invitant le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan à faire de même.  

Les démissions de ces trois ministres interviennent alors que Recep Tayyip Erdogan s'apprête dans les jours prochains à remanier son équipe gouvernementale, frappé de plein fouet par un scandale politico-financier. En effet, les fils de ses ministres de l'Intérieur et de l'Économie ainsi que le PDG d'une importante banque publique, Halkbank, ont été inculpés et placés en détention préventive avec 24 autres suspects pour malversations, fraude et blanchiment d'argent notamment. Le fils du ministre de l'Environnement a, lui, été relâché après avoir été brièvement détenu. Ce scandale financier est un comble pour l'AKP, qui s'était érigé comme le héros de la lutte anti-corruption dans le pays.

Un "complot" pour Erdogan


Le journal "Hürriyet" avait affirmé lundi que Recep Tayyip Erdogan, dont on s'attendait déjà à ce qu'il modifie la composition de son gouvernement dans la perspective des élections municipales du 30 mars, pourrait remplacer dix de ses ministres d'ici fin décembre.

De son côté, le président Abdullah Gül a souligné "que s'il y a une corruption, elle ne peut être étouffée". Les ministres incriminés et Recep Tayyip Erdogan, confronté à son plus grand défi depuis son arrivée au pouvoir, ont évoqué la thèse d'un "complot" émanant de la confrérie du prédicateur musulman Fetullah Gülen qui était jadis son alliée, visant à déstabiliser le gouvernement à quatre mois des municipales cruciales pour le Premier ministre. Elles sont en effet censées lui servir de tremplin pour l'élection présidentielle du mois d'août suivant.

Avec AFP

Première publication : 25/12/2013

  • TURQUIE

    Deux fils de ministres proches d'Erdogan inculpés pour corruption

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Cinq chefs de la police démis de leurs fonctions

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le pouvoir turc embarrassé par l'arrestation de proches d'Erdogan

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)