Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Remaniement ministériel majeur en Turquie sur fond de scandale financier

© AFP - Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/12/2013

Dans la tourmente après la démission de trois de ses ministres mis en cause dans un scandale politico-financier sans précédent, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé, mercredi soir, la nomination de dix nouveaux ministres.

Quelques heures la démission de trois de ses ministres, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a procédé, mercredi 25 décembre, à un vaste remaniement ministériel. Au sortir d’une réunion avec le président Abdullah Gül, Erdogan a annoncé la nomination de dix nouveaux ministres sur les 20 que comptent son gouvernement.

Parmi les ministres qui font les frais de ce remaniement figure Egemen Bagis, le responsable du portefeuille des Affaires européennes, dont le nom a été cité dans le vaste scandale politico-financier qui frappe la Turquie depuis huit jours.

Plus tôt dans la journée, le ministre turc de l’Environnement, Erdogan Bayraktar, avait déjà annoncé sa démission, quelques heures après celle de ses collègues de l'Économie, Zafer Caglayan, et de l’Intérieur, Muammer Guler.

Malversations, fraude et blanchiment d'argent

Ces défections intervenaient dans la foulée de l’éclosion d’un retentissant scandale, il y a une semaine. Une affaire qui secoue jusqu’au sommet de l’État, notamment suite à l’interpellation des fils des ministres de l'Intérieur et de l'Économie ainsi que le PDG d'une importante banque publique, Halkbank.

Ils ont été inculpés et placés en détention préventive avec 24 autres suspects pour malversations, fraude et blanchiment d'argent notamment. Le fils du ministre de l'Environnement avait également été interpellé, puis relâché après une brève détention.

Ce scandale financier est particulièrement difficile à gérer pour le parti présidentiel AKP, qui s’était érigé jusqu’alors comme le chantre de l’anti-corruption à travers le pays.

Avec dépêches AFP

Première publication : 25/12/2013

  • TURQUIE

    En Turquie, le scandale de corruption fait vaciller le pouvoir

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Deux fils de ministres proches d'Erdogan inculpés pour corruption

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Cinq chefs de la police démis de leurs fonctions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)