Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy fait son retour en politique... sur Facebook

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Afrique

Centrafrique : des milliers de déplacés fuient les violences à Bangui

© Capture d'écran / FRANCE 24

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Roméo LANGLOIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/12/2013

Alors que les violences se poursuivent dans la capitale centrafricaine, des milliers d'habitants prennent la fuite. Les musulmans, accusés d'appartenir aux ex-rebelles de la Séléka, sont pris pour cible par les chrétiens, ivres de vengeance.

Le jour s’est levé sur Bangui, jeudi 26 décembre, alors que les tirs ont retenti toute la nuit. Dans la matinée, ils se sont faits plus sporadiques. C’est l’occasion pour de nombreux Centrafricains de fuir une nouvelle fois leurs quartiers. "C’est la troisième fois que nous fuyons, raconte Nelly aux envoyés spéciaux de FRANCE 24 dans la capitale. Nous partons, nous revenons, puis nous devons fuir à nouveau."

Depuis le début du conflit, plus de 200 000 civils ont fui les combats entre les anti-balaka, à dominante chrétienne et hostiles au président Michel Djotodia, et les partisans de celui-ci, les ex-rebelles de la Séléka, en majorité musulmans.

Les 1 600 soldats français et les forces africaines de la Misca quadrillent la ville, mais leur tâche est immense. Jeudi, les quartiers de Gobongo, proches de l'aéroport dans le nord de Bangui, et celui de Pabongo, dans le sud de la capitale, ont été sécurisés. Mais d’autres zones de la ville sont encore en proie aux violences. “Nous sommes abandonnés, nous appelons les forces françaises et la Misca mais ils ne viennent pas”, déplore un habitant.

Tensions intercommunautaires

Face à ce sentiment d’abandon, de plus en plus de Banguissois s’arment pour se défendre eux-mêmes.… La querelle politique a pris une tournure confessionnelle : des églises et des mosquées sont prises pour cible. Chaque nouvelle attaque avive les tensions entre les communautés.

Lorsqu’ils sont arrivés dans la capitale, les rebelles de la Séléka, qui ne parlent pour la plupart ni le Sango - la langue locale -, ni le français, se sont logés dans les maisons des musulmans, arabophones, où certains ont entreposé le produit de leurs pillages, faisant d'eux des complices aux yeux des chrétiens.

Les envoyés spéciaux de FRANCE 24 ont rencontré trois musulmans venant d'échapper à un lynchage. Ils étaient accusés par les habitants d’appartenir à la Séléka. Les soldats français doivent à présent les protéger d’une foule ivre de vengeance. "Je ne me suis jamais engagé dans la Séléka", assure pourtant l'un d'entre eux, un bandeau autour de la tête. Et désignant l’un de ses compagnons, il poursuit : "Lui, c’est un chauffeur de taxi moto. Jamais nous n’avons fait partie de la Séléka."

"Ils veulent nous tuer, témoigne le jeune homme à ses côtés. Ils nous ont jeté des pierres. Nous sommes blessés. Ils n’ont rien demandé, ils ont seulement dit : ‘Les voilà ! Les voilà !’ Ils considèrent que tous les musulmans sont des bandits. Mais ce n’est pas le cas, et ce n’est pas le cas non plus pour les chrétiens."

Certains prônent la réconciliation

Malgré l’exode, malgré les violences, certains prônent encore la réconciliation. Dans une tribune publiée par le quotidien français "Le Monde" daté de vendredi 27 décembre, l'archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, et l'imam Omar Kobine Layama ont appelé l'ONU à déployer "de toute urgence" une force de maintien de la paix.

À Bangui, certains habitants veulent y croire. "Oui c’est possible, espère une femme interrogée par FRANCE 24.… Avec la grâce de Dieu, nous musulmans, nous n’avons pas de problèmes aujourd’hui. Même si ma mère était tuée, si on me demandait pardon, je pardonnerais."

Le CICR ne dispose pas encore d'un bilan complet des morts depuis le début des violences le 5 décembre. Certaines estimations font état d'un millier de personnes tuées à Bangui et en province, dans les attaques des milices anti-balaka et dans les représailles de la Séléka contre la population.

Selon le procureur de la République, qui s'est exprimé devant la presse, 30 corps ont été retrouvés mercredi 25 décembre à Bangui, certains ligotés, d'autres affichant des signes de torture. Mais selon lui, on ne peut pas parler de "charnier", car les 30 corps étaient "éparpillés". Jeudi 26 décembre vers 21h30, les affrontements dans le centre-ville ont fait quatre morts, deux hommes de la Séléka et deux soldats de la Misca appartenant au contingent du Congo Brazzaville, a annoncé la Misca. Alors en attendant la paix, jour après jour, à Bangui, l’exode suit son cours.

Première publication : 27/12/2013

  • CONFLIT

    Centrafrique : le rôle ambigu du contingent tchadien de la Misca

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Un charnier découvert à Bangui

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    En Centrafrique, un triste Noël pour les chrétiens de Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)