Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama signe l'accord budgétaire

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/12/2013

Le président américain Barack Obama a signé, jeudi, l'accord budgétaire sur deux ans, conclu mi-décembre au Congrès entre élus démocrates et républicains, ainsi que la loi sur la défense.

Le président américain Barack Obama a signé, jeudi 26 décembre,  le compromis budgétaire sur deux ans entériné mi-décembre au Congrès et la grande loi anuelle sur la défense.

Ce compromis bipartisan fixe le cadre des dépenses pour 2014 et 2015 et assouplit le mécanisme des coupes automatiques dans les dépenses publiques. Il réduit en outre le risque d'un nouveau "shutdown", synonyme d’une paralysie partielle des administrations fédérales, comme ce fût le cas en octobre.
 
Grâce à l'annulation partielle de cette austérité, les dépenses fédérales, après deux années de baisse historique, devraient repartir à la hausse en 2014, passant de 967 milliards de dollars pour 2013 à 1 012 milliards en 2014 et 1 014 milliards en 2015.
 
Le plafond de la dette publique en suspens
 
Les dépenses militaires, qui devaient subir une réduction nette, augmenteront légèrement. Les républicains ont concédé une hausse de plusieurs taxes et redevances mais les impôts n'ont pas été augmentés, conformément à leur promesse. Quant aux grandes réformes de l'État-providence - retraite, santé, aides sociales - ou du code fiscal, elles sont reportées sine die.
 
L'accord bipartisan n'a toutefois pas réglé la question cruciale du relèvement du plafond de la dette publique, actuellement fixé à 16 700 milliards de dollars. L'administration Obama a averti le Congrès que l'État fédéral pourrait, dès février, ne plus être en mesure de lever de nouveaux emprunts si les parlementaires ne relevaient pas ce plafond.
 
Selon le communiqué de la Maison blanche, le président a en outre promulgué la grande loi annuelle sur la défense, qui avait elle aussi été approuvée par le Congrès à la suite d'un compromis entre démocrates et républicains. Elle assouplit notamment les restrictions sur le transfèrement à l'étranger des détenus de Guantanamo, où 148 personnes de différentes nationalités restent incarcérées depuis plusieurs années pour certaines, sans avoir été jugées.
 
Avec AFP et Reuters

Première publication : 27/12/2013

COMMENTAIRE(S)