Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

Afrique

Pétrole : Pékin inquiet de la tournure des combats au Soudan du Sud

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/12/2013

La Chine, qui possède de nombreux intérêts dans le secteur pétrolier sud-soudanais, est préoccupée par les combats qui font rage dans le pays. Depuis quinze jours, forces armées et rébellion s'affrontent pour le contrôle des régions pétrolifères.

Deux semaines après le début des combats qui menacent de dégénerer en guerre civile au Soudan du Sud, Pékin fait part de son inquiétude. "La Chine est très inquiète de l’évolution de la situation au Soudan du Sud", a d'ailleurs déclaré jeudi 26 décembre le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

Le géant commercial chinois possède, en effet, de nombreux intérêts dans le secteur pétrolier sud-soudanais, où sont impliqués les groupes d'État Sinopec et China National Petroleum Corp (CNPC]. Pour Pékin, laisser la guerre s’installer serait prendre le risque de perdre un marché considérable. 

Le Soudan du Sud - qui tire 98 % de ses revenus de son or noir – n’a pas non plus intérêt à voir déguerpir son partenaire chinois, à qui il doit sa survie économique. Plus des deux tiers de sa production sont exportés vers Pékin. Et pourtant, mercredi 25 décembre, quelque 300 travailleurs chinois ont été évacués du site de Fuluj, au nord du pays, en raison de la proximité des combats.

Pour l’heure, Pékin a annoncé qu’il n’avait pas l’intention de fermer les sites sur lesquels travaillent ses ressortissants. Le pays a toutefois précisé qu’il pourrait continuer à évacuer son personnel si les combats se poursuivaient à Juba.

Contrôler le pétrole, c’est contrôler le pays

Les violences entre Dinkas et Nuers - ethnies respectives du président Salva Kiir et de son opposant Riek Machar - ont éclaté le 15 décembre à Juba, capitale de ce jeune État indépendant depuis 2011, et se sont rapidement étendues dans les régions pétrolifères et au-delà.

Ces derniers jours, les rebelles sud-soudanais se sont emparés de plusieurs puits au grand dam de Salva Kiir. Les deux camps savent pertinemment que contrôler les sites pétroliers revient à contrôler le pays.

La Chine, qui a toujours refusé de s’immiscer dans les affaires internes de ses partenaires, mais qui cherche à protéger ses investissements, a exceptionnellement décidé de jouer un rôle de médiateur pour tenter de renouer le dialogue entre les deux parties ennemies. Un émissaire chinois a été envoyé jeudi à Juba pour faire avancer les négociations.

De son côté, le Conseil de sécurité a approuvé mardi l’envoi de renforts pour la Mission des Nations unies au Soudan du Sud [Minuss], dont les effectifs doivent passer de 7 900 hommes à près de 14 000.

Selon les Nations unies, les combats, qui ont lieu dans cinq des dix États du Soudan du Sud, ont contraint 58 000 civils à demander la protection des casques bleus. L’organisation évalue à 92 500 le nombre de déplacés depuis le début des combats.

Première publication : 27/12/2013

  • CONFLIT

    Nouvelle tentative de médiation au Soudan du Sud malgré les combats

    En savoir plus

  • EXCLUSIF

    Soudan du Sud : "La police regardait ceux qui se faisaient tuer"

    En savoir plus

  • SUR RFI

    Soudan du Sud : Riek Machar prêt à négocier avec le président Salva Kiir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)